Aujourd'hui : Lundi, 13 juillet 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
RSF/Turquie : Vers “un monopole du discours officiel “
Publié le :

Info Collectif VAN – www.collectifvan.org – Le Collectif VAN vous présente ci-dessous le Communiqué de Reporters sans frontières en date du 22 mai 2020.






Légende photo : DR Erol Onderoglu



Publié le 29 mai 2020

Reporters sans frontières

22 mai 2020

Turquie : vers “un monopole du discours officiel “ grâce aux organismes de régulation des médias

Turquie

RSF dénonce une pression accrue des organismes de régulation des médias sur la presse indépendante et les voix critiques.

Les pressions des principaux organismes étatiques de contrôle des médias s’accentuent sur les journalistes jugés ‘récalcitrants’. Alors que 85% des médias nationaux sont aux mains d’hommes d’affaires proches du pouvoir et suivent déjà la ligne officielle de la présidence, la presse indépendante évolue de plus en plus dans un climat où la moindre critique et l’information indépendante passent pour de la trahison et de l’antipatriotisme.

Début mai, le Haut conseil de l’audiovisuel (RTÜK) de Turquie, composé majoritairement de représentants de la coalition AKP-MHP au pouvoir, a sanctionné la chaîne Halk TV (Peuple) pour avoir diffusé une interview de la responsable du principal parti d’opposition à Istanbul qui estimait que le pays devait “s’attendre à un changement de gouvernement, voire à un changement de régime». Le conseil a considéré que ces propos constituaient « une incitation au coup d’Etat ». L’émission incriminée a été interdite pendant cinq jours, et Halk TV à été condamné à payer une amende équivalant à 5% de ses recettes publicitaires mensuelles.

Cet incident n’est que le dernier d’un longue liste : ces derniers mois, les chaînes FoxTV, Télé1 et HaberTürkTV ont elles-aussi été sanctionnées par le RTÜK après avoir diffusé des propos critiques à l’égard du pouvoir.

De son côté, un autre organe de régulation sous contrôle de la présidence Erdogan, le Conseil des annonces de Presse (Basın İlan Kurumu – BİK), a infligé à différents journaux critiques du pouvoir, notamment Evrensel (Universel) et BirGün (Quotidien), une interdiction de publication d’annonces institutionnelles pour « manquement à l’éthique », privant ainsi les médias concernés de revenus publicitaires, indispensables à leur survie économique. BirGün a été interdit d’annonces pendant 42 jours en raison d’articles parus entre août et octobre 2019, critiquant les violences commises par les forces de police lors de manifestations.

"Alors que la crise financière empire à cause de la pandémie de covid-19 et que le gouvernement semble donner des signes de faiblesse, nous assistons à une répression croissante de l’information, qui vise à instaurer un monopole du discours officiel, déplore le représentant de RSF en Turquie, Erol Onderoglu. Sans démocratisation ni indépendance du système de régulation des médias, cette vague de répression risque d’anéantir le pluralisme journalistique, déjà fragile en Turquie".

Des juges aux ordres

Le gouvernement exerce par ailleurs un contrôle direct sur les activités de nombreux juges, qui censurent des dizaines d’articles publiés sur Internet, sans fournir de motif. A la mi-février, un juge d’Istanbul a ainsi ordonné le blocage de 232 articles publiés par des journaux en ligne et des sites d’information dont Cumhuriyet, Bianet, Diken, BirGün, Artı Gerçek, Gazete Duvar, T24, Odatv, Sputnik Türkiye, Evrensel, Halk TV, Tele1, Gerçek Gündem. Les articles mentionnaient l’achat par le ministre des Finances, Berat Albayrak -qui n’est autre que le gendre du président Erdogan- d’un terrain en Thrace orientale (nord-ouest du pays), sur lequel le gouvernement projette de creuser un canal reliant la mer Noire à la mer de Marmara.

Le chantage à la carte de presse

Une autre forme de pression s’exerce aussi par le truchement de la Direction des communications de la présidence (Cumhurbaşkanlık İletişim Başkanlığı), chargée de l’attribution des cartes de presse. Selon le site d’information Bianet, 27 journalistes turcs ont vu leur carte de presse annulées au cours des premiers mois de l’année. De même, près de 150 correspondants de médias internationaux attendent toujours d’obtenir ou de renouveler leurs cartes de presse. Privés de ce précieux sésame, plusieurs journalistes allemands, britanniques, suédois, français et américains rencontrent des difficultés à travailler sur le terrain et se retrouvent sous la menace constante de contrôles policiers ou administratifs.

RSF s’est associée aux démarches de l’Association des Médias Étrangers (FMA-tr) de Turquie pour que les cartes de presse leur soient fournies sans délai.

La Turquie occupe la 154e position sur 180 au Classement mondial de la liberté de la presse 2020 établi par RSF.





Retour � la rubrique


Source/Lien : Reporters sans frontières



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org