Aujourd'hui : Vendredi, 14 décembre 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du NĂ©gationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenętre !  Envoyer cette page ŕ votre ami-e !
 
Turquie : le juge Faruk Özsu ridiculise le négationnisme
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Certains Turcs méritent de voir leur nom gravé au Panthéon des Justes. Ainsi en est-il de Faruk Özsu, juge d’Odemish près de Izmir. Ce dernier a signé un article publié dans le quotidien libéral turc Taraf du 30 octobre 2008 et y tient des propos qui peuvent lui valoir d’être poursuivi au titre de l’Article 301 du Code pénal turc. Ce courageux juge turc fustige la version dénaturée du gouvernement turc sur le génocide arménien et estime qu’en pénalisant le négationnisme du génocide arménien, la Suisse n’a pas restreint la liberté d’expression, mais qu’elle a, au contraire, fait respecter la dignité humaine. Le juge Faruk Özsu cite Elie Wiesel disant que la négation du génocide est la continuation du génocide et il conclut : "Il est obligatoire que le négationnisme soit considéré comme un crime." Concernant le négationniste Dogü Perinçek, Faruk Özsu critique le fait que "L’Association de Perincek porte le nom de Talaat Pasha qui est considéré comme un 'Hitler turc.' Il condamne également l’historien français Gilles Weinstein et le professeur turc Baskin Oran qui affirment que "Il n’y a pas de documents prouvant que les massacres ont été commis selon un plan prévu par le gouvernement, et par conséquent, il est impossible de qualifier ces événements de génocide." Impressionnant. Ce sont des Turcs comme Monsieur Özsu, qui nous font garder espoir qu’un jour peut-être… Le Collectif VAN vous propose la traduction de l'éditorial de Harut Sassounian publié dans The California Courier daté du 06 novembre 2008.



Un juge turc critique publiquement le négationnisme du génocide arménien


De Harut Sassounian
Édité par The California Courier
Éditorial de Sassounian du 6 novembre 2008

De nombreux articles très compatissants envers le génocide arménien ont paru dans la presse turque ces derniers mois, malgré la loi répressive turque qui criminalise toute discussion sur ce sujet tabou.

L’un de ces articles a été publié dans le quotidien libéral Taraf du 30 octobre*. Son auteur est un auteur inattendu -- le juge Faruk Özsu d’Odemish, près de Izmir. C’est sans doute la première fois qu’un juge turc en fonction, exprime publiquement des pensées aussi audacieuses, en violation de l’article 301 du code pénal. Il critique et se moque de la version dénaturée du gouvernement turc sur le génocide arménien, dont on abreuve le public depuis des décennies.

Le juge Özsu estime que les négationnistes turcs sont en contradiction avec eux-mêmes, tout d’abord en niant que quelque chose se soit passé en 1915, puis en déclarant que ces massacres ont été commis "pour défendre la patrie."

Faisant référence aux trois Turcs récemment jugés et condamnés par une Cour suisse, pour négation du génocide arménien, le juge Özsu écrit que, contrairement à la déformation turque largement répandue, la Suisse n’a pas restreint la liberté d’expression, mais elle a fait respecter la dignité humaine. De plus, il ridiculise ceux qui prétendent que "du point de vue de la liberté d’expression, la Turquie est plus en avance que la Suisse" -- une déclaration qu’il qualifie de comédie hilarante ! Dans son opinion, ceux qui suivent la ligne officielle turque à propos du génocide arménien, sont des "patriotes aveugles" qui accusent de trahison quiconque exprime la moindre sensibilité humaine sur ce sujet.

Le juge Özsu se décrit lui-même comme "Un homme simple qui n’a pas perdu sa conscience, en dépit de son éducation nationaliste." Il explique que la Suisse ayant reconnu comme un génocide ce qu’il s’est passé en 1915, tout le monde dans le pays est obligé d’obéir à la loi de ce pays. Il poursuit et cite Elie Wiesel disant que la négation du génocide est la continuation du génocide. C’est pourquoi, écrit le juge, "Il est obligatoire que le négationnisme soit considéré comme un crime."

L’honorable juge soutient en outre que la négation du génocide n’est pas liée à la recherche universitaire des faits. Il condamne l’historien français Gilles Weinstein et le professeur turc Baskin Oran qui affirment que "Il n’y a pas de documents prouvant que les massacres ont été commis selon un plan prévu par le gouvernement, et par conséquent, il est impossible de qualifier ces événements de génocide." Dans l’opinion du juge, ceux qui font de tels commentaires sont simplement en train d’essayer de sauver leur peau "des griffes de l’article 301."

Faisant une référence directe à Dogü Perinçek qui a été condamné par la Cour Suprême suisse l’an dernier, pour négation du génocide, le juge Özsu a fait les observations suivantes :

-- "L’Association de Perinçek porte le nom de Talaat Pacha qui est considéré comme un 'Hitler turc.'"

-- "Ceux qui déclarent que le génocide arménien est 'un mensonge impérialiste' ne font preuve d’aucun respect pour la mort de centaines de milliers de personnes, et ils s’exclament : 'Vive les Ittihadistes; nous avions raison [de tuer les Arméniens] et nous pouvons faire la même chose aujourd’hui', car la seule personne qui fera attention à eux, c’est le juge suisse."

-- "Contester le génocide, émettre des déclarations racistes, et faire l’apologie d’un crime sont désormais en Suisse des questions juridiques, et non une tentative pour chercher la vérité par le biais d’une enquête scientifique."

Pour être sûr, le juge analyse sombrement le système éducatif de son pays qui maintient les Turcs dans un état d’ignorance sur 1915, tandis que les gens en dehors de la Turquie, qui n’ont pas eu une "éducation turque", voient les choses différemment. Il explique que le terme de génocide a été inventé par un avocat juif-polonais du nom de Raphael Lemkin en 1933, après le génocide arménien, et avant que l’holocauste ne se déroule, ce qui signifie que "La Convention du Génocide signée par la Turquie a été inspirée par le génocide arménien."

Le juge est particulier furieux devant l’insensibilité du gouvernement turc envers les massacres des Arméniens. Il déclare: "La position officielle turque est que pendant la guerre, les Arméniens de certaines régions ont été temporairement déplacés vers des régions situées plus au sud, et pendant cette période environ 300 000 Arméniens ont péri dans des circonstances différentes. Tout Turc qui n’a pas subi 'l’éducation turque' et qui a encore une conscience intacte, dirait, en entendant le nombre 300 000, 'Oh Mon Dieu !' et commencerait à réfléchir à ce nombre."

Par conséquent, le juge suggère que la première chose que les Turcs devraient faire est "de déclarer que nous nous sentons très mal par rapport à ces événements... Ceux qui périrent à cette époque n’étaient pas nos ennemis, mais nos citoyens. Certains de ces morts étaient des enfants. Personne ne peut parler d’enfants en tant qu’ennemis."

Le juge Özsu conclut : "Le verdict de la Cour suisse n’est pas contre la démocratie ni contre la liberté d’expression. La Suisse ne permet tout simplement pas que les événements qui ont mené à la mort de centaines de milliers de personnes soient caractérisés par des mots insensibles et racistes qui insultent la dignité des gens. La Suisse ne permet tout simplement pas que la victime soit “victimisée” une deuxième fois !“

Étant donné le passé bien établi du gouvernement turc sanctionnant toute référence factuelle au génocide arménien, nous craignons que ce juge intègre ne soit renvoyé de son poste, voire même emprisonné pour avoir simplement dit la vérité !

©Traduction C.Gardon pour le Collectif VAN - 05 novembre 2008 - 15:00 - http://www.collectifvan.org

*Texte original en turc :

Yasak olan dĂĽşĂĽnce değil insan onuruna hakaret




Retour Ă  la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org