Aujourd'hui : Jeudi, 21 mars 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Turquie : Temel Demirer jugé pour avoir rendu hommage aux victimes de Daech
Publié le :

Info Collectif VAN – www.collectifvan.org – L’écrivain communiste Temel Demirer, maintes fois poursuivi en Turquie au titre de l’article 301 du Code pénal turc pour ses courageuses déclarations sur le génocide arménien, sera à nouveau - le 21 mars 2019 - devant la justice de son pays, cette fois-ci pour un discours qu’il avait prononcé le 20 juillet 2017, lors de la commémoration de l’attentat du 20 juillet 2015 à Suruç (Turquie) perpétré par l’organisation État islamique (Daech). Pour mémoire, le 20 juillet 2015, plusieurs centaines d’étudiants s’étaient rassemblés à Suruç en Turquie dans le but de partir vers Kobané en vue de participer à la reconstruction de la ville. La ville de Kobané, située en territoire syrien, avait été le théâtre d'une violente bataille d'octobre 2014 à janvier 2015 entre les forces kurdes syriennes et Daech, organisation vraisemblablement soutenue par l’Etat profond turc : chacun se rappelle que, campés sur la frontière, les chars et les soldats turcs empêchaient que des Kurdes de Turquie ne viennent prêter main forte à leurs frères de Syrie. L’attentat de l’organisation État islamique à Suruç avait fait 33 morts et une centaine de blessés, le gouvernement turc étant aussitôt accusé par les milieux kurdes et progressistes de « complicité » avec l’EI du fait de l’absence de mesures de sécurité. Le procès ubuesque intenté par le pouvoir contre un intellectuel qui rend hommage aux victimes de l’organisation État islamique en pointant dans son discours les responsabilités de l’Etat turc (ce qui lui vaut d’être accusé d’« éloge d’un acte criminel » !), ne contribue pas à alléger les soupçons de complicité d’Ankara avec Daech. Le Collectif VAN publie ici un communiqué reçu via les canaux d’opposants turcs, communiqué que nous avons légèrement reformulé. Solidarité avec Temel Demirer !


Temel Demirer est encore une fois poursuivi

Temel Demirer, un écrivain communiste de Turquie, est une fois de plus devant la justice de son pays.

Le 20 juillet 2017, il avait prononcé un discours lors de la commémoration du massacre de Suruç, au cours duquel 33 jeunes se dirigeant vers Kobané en signe de solidarité, ont été tués dans un attentat à la bombe de l'Etat islamique; Temel Demirer avait souligné la responsabilité de l’Etat turc qui n’avait pas pris de mesures de sécurité.

Temel Demirer a été placé en détention peu de temps après son discours et une procédure a été ouverte contre lui pour « propagande terroriste ».
Cependant, le tribunal pénal s'était déclaré incompétent et avait renvoyé l’affaire devant le tribunal pénal de première instance.
L’accusation a ensuite été reformulée en « éloge d’un acte criminel ».
Le procureur a fondé son réquisitoire en faveur de la condamnation de M. Demirer sur le rapport des forces de sécurité affirmant avoir noté une « déclaration du suspect selon laquelle il aurait été le « camarade de Paramaz Kızılbaş » (militant communiste tué par l'Etat islamique) et « sa participation habituelle aux activités organisées par l'organisation terroriste et par les organisations de gauche ».

C'est tout! Dans l'acte d'accusation, il n'y a aucun élément indiquant une enquête du procureur sur la participation de M. Demirer à un événement réellement organisé par une "organisation terroriste", ni aucune explication pour justifier pourquoi les déclarations « nous sommes des camarades de Paramaz Kizilbash » et « nous sommes les 33 » doivent être considérées comme un « crime ».

Comme on l’a vu récemment dans presque tous les procès de tant d’accusés pour motifs politiques, il s’agit d’extraits « copiés-collés » des rapports de police.

L’article 215 du code pénal turc relatif à « l’éloge des actes criminels » prévoit une condamnation à condition que cet éloge fasse peser une menace ouverte et immédiate sur l'ordre public. Toutefois, l’acte d’accusation n’indique pas quelle « menace ouverte et immédiate » a été détectée pendant ou après le discours de M. Demirer en date du 20 juillet 2017.

Des milliers de personnes ont récemment été jugées et la plupart condamnées sur la base d’accusations absurdes portées par les forces de police, transformées en actes d'accusation « copiés-collés » par les procureurs puis en verdicts par des juges… Le système judiciaire devrait être plus sérieux s'il veut être digne du respect et de la confiance du peuple.

Solidarité avec Temel Demirer contre la camisole de force qui menace tous les opposants de Turquie !


Date du procès : 21 mars 2019 à 11h05

Lieu : Palais de justice Anadolu, Salle 33 du Tribunal pénal de Première instance d’Istanbul
Esentepe Mahallesi, Mustafa Kemal Cd. No:5, 34876 Kartal/Ä°stanbul, Turquie

Communiqué remanié par le Collectif VAN – www.collectifvan.org – 15 mars 2019


Lire aussi :

Turquie : l’universitaire Baskin Oran jugé pour avoir signé la pétition pour la Paix

Wikipedia : Attentat du 20 juillet 2015 à Suruç

Génocide des Arméniens : Le procès de Temel Demirer a débuté il y a 2 ans

Génocide arménien : poursuites contre un démocrate turc





Retour � la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org