Aujourd'hui : Jeudi, 9 avril 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Maxime Gauin, négationniste et défenseur de l'extrême-droite antisémite turque ?
Publié le :


















Légende photo : Retrouvez dans le pdf à télécharger en fin d’article, ce visuel et les captures de deux écrits de Maxime Gauin, dont un mail envoyé au Collectif VAN sous son pseudo Dussardier à partir de l’adresse-mail de son autre pseudo, Lucrèce.



Info Collectif VAN – www.collectifvan.org - Maxime Gauin, négationniste et défenseur de l'extrême-droite antisémite turque ? Et de deux ! Ce jeudi 28 mars 2019 en début d'après-midi, Maxime Gauin a été débouté des trois procédures en appel qu'il intentait contre Ara Toranian (Directeur de la rédaction de Nouvelles d’Arménie Magazine et d’armenews.com) et un contributeur du forum du site des NAM. L'étudiant français - qui prépare sa thèse à Ankara grâce au financement du think tank négationniste turc AVIM - avait été qualifié par Ara Toranian de « négationniste patenté » du génocide arménien de 1915 et comparé au négationniste de la Shoah, Robert Faurisson. Il avait également été traité de « véritable tâcheron au service du fascisme turc » par Samuel Tilbian sur le forum des NAM. A ce titre, Maxime Gauin poursuivait les deux "prévenus" pour diffamation, plainte pour laquelle il avait déjà été débouté en première instance le 28 novembre 2017. Le tribunal a donc confirmé en appel le premier jugement et a relaxé les deux "accusés".

A l'occasion de ce verdict, nous avons choisi de rappeler que l'étudiant en histoire Gauin ne se contente pas de nier avec constance le génocide arménien (comme il l’a d'ailleurs réaffirmé sans état d'âme devant les juges lors de l'audience de première instance le mardi 17 octobre 2017, et l'audience en appel le jeudi 21 février 2019), mais qu'il a aussi des opinions très personnelles sur le MHP, Parti d'action nationaliste, situé à droite de la droite sur l’échiquier politique turc parlementaire.

Contre toute évidence, Maxime Gauin estime que "le MHP n'est ni d'extrême droite, ni à plus forte raison antisémite" et que l'ancien gourou du MHP, Alparslan Türkes, n'aurait manqué « aucune occasion de rappeler les bons rapports entre Turcs et Juifs ». Pour mémoire, M. Gauin - qui attend encore des preuves "de la « xénophobie » supposée du MHP" - parle ici de celui qui avait déclaré en 1978 : « Nous devons exterminer les Kurdes, les Arméniens, les Arabes et les Juifs. »...

Pour la petite histoire, M. Gauin ne répugne pas à prendre la pose aux côtés de Gökçen Çatlı, la fille d'Abdullah Çatlı, l'un des assassins du mouvement terroriste Les Loups Gris, sinistre bras armé du MHP. Cette dernière honore la mémoire de feu son père, et ce d'autant mieux qu'elle partage avec lui les idéaux ultra-nationalistes de cette mouvance haineuse.

« Je défends la vérité » explique le plus sérieusement du monde Maxime Gauin pour justifier son « analyse » positive du MHP. Il est vrai qu'en matière de vérité, le doctorant nous a déjà indiqué où il situait son curseur, par ses nombreux écrits niant le génocide arménien, que ce soit sous son nom ou celui de Dussardier, pseudo qu'il employait avant que son identité ne soit révélée, comme il l'a reconnu lors de l'audience du 21 février.

Nous avions pour notre part reçu le 4 janvier 2008, un mail nous menaçant de poursuites, signé Dussardier, mais envoyé (par erreur ?) via la boîte-mail "lucrece@club.lemonde.fr" (voir la capture d'écran dans le pdf en fin d'article), confirmant ainsi que Lucrèce était bien l'autre pseudo de prédilection de Maxime Gauin que nul ne connaissait à l'époque, pseudo sous lequel il ne se privait pas de diffamer à tour de bras d'éminents historiens.

Fin janvier 2015, Maxime Gauin avait adressé à notre association Collectif VAN, un droit de réponse particulièrement révélateur qui avait été publié sur notre site.
Nous vous proposons de relire des extraits de sa missive, dont nous avons mis les passages les plus significatifs en bold.
Comme en 2015, nous faisons suivre son courrier de nos informations sérieuses et sourcées au sujet du MHP et des terroristes Loups Gris.

Notons que les prises de positions bienveillantes du doctorant en histoire envers l'un des pires partis antisémites et racistes d'extrême-droite au monde sont régulièrement réitérées via le compte Twitter @MaximeGauin, ce dernier se plaisant d'ailleurs à se dépeindre comme un homme de gauche.

Un « homme de gauche » qui, le 21 février 2019, lors de l'audience en appel, a craché sur la mémoire de Missak Manouchian, dont le 75e anniversaire de l'exécution par les nazis était commémoré à la même heure au Mont Valérien par Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées.

Par ses paroles blessantes, Maxime Gauin ne souhaitait vraisemblablement viser que « l'Arménien » Manouchian, mais ce faisant, il a de facto réduit tous les combattants de l'Affiche Rouge, exécutés le 21 février 1944, juifs pour la plupart et communistes comme Missak Manouchian, à des staliniens qui - selon ses termes - n'étaient pas morts pour la France, mais plutôt pour le Goulag.


Collectif VAN


/////

Publié le 29 mars 2019



Droit de réponse envoyé au Collectif VAN
par Maxime Gauin le 29 janvier 2015.


Extraits :




Madame la directrice de la publication,

(...)

Il est également dit de moi : « Maxime Gauin, qui présente l'Arménie comme un pays antisémite, soutient lui-même ouvertement le parti d'extrême droite de Turquie, le Parti d'action nationaliste. Outre sa position affirmée soutenant la négation du génocide arménien, ce parti est connu pour sa propagande antisémite et xénophobe. Et pourtant, Gauin ferme les yeux sur ce fait. » Or, je ne « soutiens » pas le Parti d'action nationaliste (MHP), je défends la vérité. J'ai dit, je persiste et je signe : le MHP n'est ni d'extrême droite, ni à plus forte raison antisémite. Son fondateur, Alparslan Türkes (1917-1997), fut le partisan le plus résolu de l'alliance turco-israélienne dans les années 1980 et 1990, affichant son admiration pour Tsahal, l'industrie israélienne de haute technologie, et ne manquant aucune occasion de rappeler les bons rapports entre Turcs et Juifs à travers l'histoire. Même les militants les plus radicaux du MHP étaient, sont encore, souvent sous l'influence de l'écrivain Nihal Atsýz (1905-1975), or ce dernier a opéré, après 1945, un virage philosémite et farouchement pro-sioniste, voyant dans les Juifs « des modèles pour le monde », rien de moins (Nihal Atsýz, « Kýzýl Elma », 1947). Fidèle à sa ligne pragmatique, le MHP a récemment réclamé un retour à la normale dans les relations entre Ankara et Jérusalem. Quant à la « xénophobie » supposée du MHP, j'attends encore des preuves.


Maxime Gauin


////



NOTA CVAN : LA VERITE AU SUJET DU MHP ET DE SES IDEOLOGUES


Concernant le parti turc MHP, Milliyetçi Hareket Partisi (MHP), Parti d'action nationaliste, qui ne serait, selon Maxime Gauin, ni d'extrême-droite, ni antisémite (ni donc raciste), nous avons recensé sur cette page quelques informations sérieuses et sourcées sur ce parti fondé en 1958 et dirigé depuis 1997 par Devlet Bahceli.


////


INFORMATIONS AU SUJET DU MHP,
PARTI D'ACTION NATIONALISTE :

Esquisse n° 59 - Türkes et le MHP, nation, race et religion

Publié par l'historien Etienne Copeaux - 3 Janvier 2016

Introduction :

L'instrumentalisation de l'islam par le MHP conduit à l'élargissement du concept de racisme et à l'éclatement d'un consensus créé par le système ottoman des millet, dans lequel seule comptait l’appartenance religieuse ; désormais, il faut l'appartenance à la religion et à la race, et la non-fidélité à la race entraîne l'accusation d'apostasie. C'est la synthèse turco-islamique poussée à bout.

Lire sur :

SUSAM SOKAK


/////


ALPARSLAN TÜRKES, LE « FÜHRER DU PANTURQUISME »

Concernant Alparslan Türkes, un petit tour sur le site de l'Encyclopaedia Universalis nous fournit des détails fâcheux sur ce prétendu « philosémite » qui avait déclaré en 1978 : « Nous devons exterminer les Kurdes, les Arméniens, les Arabes et les Juifs. »

Encyclopaedia Universalis

ALPARSLAN TÜRKES (1917-1997)


Leader incontesté des ultranationalistes turcs pendant plus de trois décennies, Alparslan Türkes est né à Nicosie (Chypre) en 1917. Il poursuit ses études à l'école de guerre et entre dans l'armée turque en 1938. En juin 1941, la Turquie et l'Allemagne nazie signent un traité d'amitié. Alparslan Türkes, jeune officier chargé de la propagande, approuve. Alors que les agents de la Gestapo, très nombreux en Turquie jusqu'en 1944, le qualifient de « Führer du panturquisme », il comparaît devant la justice turque en 1944 pour « activités racistes ». Colonel à la fin des années 1950, il est un des principaux acteurs du coup d'État militaire du 27 mai 1960 contre le gouvernement libéral. Tenant d'une lutte à outrance contre le communisme et pour l'union de tous les Turcs des Balkans à la Chine, il échoue dans une tentative de coup d'État encore plus radical en septembre 1960. Renvoyé de l'armée, il s'exile le mois suivant.
De retour en Turquie en février 1964, il commence à infiltrer le Parti national paysan (P.N.P.) dont il prend la direction en août 1965. Deux mois plus tard, il n'obtient que 2 p. 100 des voix aux élections législatives, mais il est élu député. En mars 1968, il organise les premières manifestations de masse des ultranationalistes. Au printemps, ses militants commencent à brutaliser les étudiants de gauche et, à l'été, il organise des camps d'entraînement paramilitaire pour ses jeunesses, qui vont fonder le mouvement terroriste des Loups gris.
En février 1969, il transforme le P.N.P. en Parti du mouvement national (P.M.N.) et prend le titre de « guide suprême ». Deux mois plus tard, ses Loups gris commencent leurs expéditions meurtrières sur les campus. Mais le P.M.N. reste groupusculaire, n'obtenant que 3 p. 100 des voix aux législatives d'octobre 1969 et d'octobre 1973. Durant l'été de 1970, les Loups gris organisent une série d'attentats meurtriers.
En mars 1975, lorsque les conservateurs de Süleyman Demirel forment une coalition des droites, ils offrent deux ministères au P.M.N. Alparslan Türkes devient vice-Premier ministre en charge de la police, de l'éducation et de l'administration. Cette « respectabilité » n'empêche pas les Loups gris de s'en prendre ouvertement aux grandes organisations légales de la gauche durant l'été de 1975. En juin 1977, le P.M.N. obtient 6 p. 100 aux législatives. Türkes soutient encore un gouvernement conservateur mais n'y participe pas. En décembre 1978, ses militants sont responsables de nombreux massacres au Kurdistan. C'est l'époque où la Turquie bascule dans la guerre civile. De véritables combats de rue opposent les Loups gris à l'extrême gauche. Türkes déclare alors : « Nous devons exterminer les Kurdes, les Arméniens, les Arabes et les Juifs. »
Lors du coup d'État militaire du 12 septembre 1980, comme tous les autres partis, le P.M.N. est interdit et le guide suprême emprisonné jusqu'en 1984. En 1987, il obtient l'autorisation de reprendre ses activités politiques et transforme le P.M.N. en Parti nationaliste du travail. S'il n'enregistre que de faibles scores aux élections et si les Loups gris ont arrêté leurs actions terroristes en Turquie, les fidèles de Türkes ont cependant conquis de nouvelles positions. Leurs thèses sont relayées par le quotidien Türkiye et l'hebdomadaire Yeni Düşünce. Ils sont très présents dans le trafic de drogue, dans les services spéciaux de la police en lutte contre la guérilla kurde et dans la diaspora en Allemagne. Par ailleurs, ils se sont rapprochés des islamistes et ont obtenu des postes administratifs importants dans les gouvernements conservateurs de Tansu Ciller.

Écrit par :
Christophe CHICLET : docteur en histoire du XXe siècle de l'Institut d'études politiques, Paris, journaliste, membre du comité de rédaction de la revue Confluences Méditerranée.

Encyclopaedia Universalis

/////


Lire au sujet de la doctrine raciste nazie de l'inspirateur du MHP, Nihal Atsiz :

John M. VanderLippe, The politics of Turkish democracy,
State University of New York Press (30 August 2005). pg 108:

"A third group was led by Nihal Atsiz, who favored a Hitler style haircut and mustache, and advocated Nazi racist doctrines."


/////


LA XENOPHOBIE DU MHP


Nous reproduisons ici quelques extraits révélateurs du discours tenu à Liège en Belgique, le 20 mai 2012, par Devlet Bahceli, président du Parti Mouvement National (MHP) :


"Turcs d'Europe, vous représentez la gloire et la splendeur de l'identité turque".

"Certes, nous savons que, dans ce pays, vous êtes perçus comme étrangers et vous avez rencontré beaucoup de difficultés en tant que porteurs d'une identité et d'une culture étrangère. Mais vous ne leur avez jamais cédé."

"Vous avez fait de la Belgique votre Emirdag, vous avez ramené l'Anatolie en Belgique, vous n'avez pas rompu avec vos traditions et vos habitudes, vous n'avez pas abandonné vos racines, vos ressources et votre minaret".

"Au début de cette deuxième décennie du siècle, vous luttez pour la vie dans un monde qui s'éloigne des valeurs de l'humanité. Dans la capitale de l'Union européenne, centre politique des valeurs occidentales, vous enseignez la civilisation et vous montrez ainsi qui est la nation turque".

--

Le grand patron du MHP s'en prend ensuite aux "lobbies de la diaspora" qui, en France, tentent d'obtenir la pénalisation du "soi-disant génocide arménien" et il compare les descendants de rescapés du génocide arménien aux nazis :

"Comme des fascistes et des racistes, ils ont proféré à notre égard des bassesses qu'un esprit sain ne saurait imaginer (...). "Ils doivent savoir que leurs mentalités et leurs intentions sont pires que celles des nazis."

--

Pour les Kurdes (dont il ne prononce par le nom), Devlet Bahceli prévient :

"Nous n'allons pas rester silencieux concernant le souhait de certains de voir la Turquie se diviser, de poser des exigences d'enseignement dans leur langue maternelle..."

"Les Turcs vivant ici sont arrivés à une position qui leur a permis d'apporter une contribution importante à la vie commerciale, politique, économique et socio-culturelle de la Belgique. Mais il faut certainement arriver à un stade encore supérieur."

"Pour bénéficier de tous les types de droits sociaux, politiques et économiques, et être pris en compte comme une "force sociologique", vous devez lutter et afficher vos intentions. Représentez la nation turque dans les élections locales et nationales, et veillez aux intérêts de la Turquie et du pays dans lequel vous vivez."

LE VIF.BE

Au sujet de Devlet Bahceli, lisons aussi une analyse de l'intellectuel arménien de Turquie, Hayko Bagdat (désormais réfugié en Europe) :

Turquie : la traque aux origines non-turques


/////


Différents articles soulignent le rôle des Loups Gris, hommes de main du MHP (et de ce que l'on appelle l'Etat profond turc), une organisation islamiste et nationaliste turque reconnue responsable de l'assassinat de quelque sept cents personnes durant les « années de plomb » turques (1974-1980), sans oublier la tentative d'assassinat du Pape Jean-Paul II le 13 mai 1981, par leur membre Mehmet Ali Ağca :

Les Loups gris au service du national-islamisme

Résistances dans Le Soir

Le vrai discours des Loups gris turcs

Voici ce que l'historien français Vincent Duclert écrit dans son ouvrage « L'Europe a-t-elle besoin des intellectuels turcs ? » (Armand Colin, 2010) à propos des Loups Gris :

« Dénoncé comme Juif par l'extrême-droite, l'éditorialiste démocrate du grand journal modéré Milliyet, Abdi Ipekçi, fut exécuté devant son domicile le 1er février 1979 par un membre des Loups Gris, une organisation de tueurs idéalistes fondée par Arparslan Türkes. »

P.S. : Vincent Duclert est agrégé d'histoire, professeur agrégé à l'École des hautes études en sciences sociales EHESS, nommé à l'Inspection générale de l'Éducation nationale le 24 avril 2013, nommé en octobre 2016 par la ministre de l'Education nationale à la présidence de la mission d'étude sur la recherche et l'enseignement des génocides et crimes de masse.


/////


Contrairement à Maxime Gauin, le parti « Europe Ecologie Les Verts » n'a pas saisi la nature humaniste du MHP :

« Parti du Mouvement National (MHP, 52 sièges), parti d'extrême droite raciste qui a une assise assez forte dans le nord-est du pays, autour de la mer Noire mais aussi dans le reste du pays où le nationalisme est la conséquence logique de la construction de l'Etat-nation depuis les Jeunes-Turcs des années 1890. Le racisme du MHP ne s'exprime pas contre les étrangers (l'immigration, bien que non négligeable, est assez invisible en Turquie sauf depuis l'arrivée de plus d'un million de réfugiés syriens) mais contre tous les habitants de Turquie ne se reconnaissant pas dans le discours officiel: les minorités ethniques (plus de 90 en Turquie, Kurdes en tête) mais aussi religieuses (les 30% d'alévis, les chrétiens, les juifs). »

Turquie : analyse de la situation politique interne et perspectives d'action écologiste

/////


REPRESENTANTS DU MHP :



D'autres articles au sujet du MHP et de son actuel leader Devlet Bahçeli, le "Le Pen turc" :

Turquie : profanation d'une église arménienne

Namur: la venue du « Le Pen turc » le 20 mai refusée par Namur Expo

Pour les turcophones, voici une vidéo de Devlet Bahçeli, actuel Président du MHP, lors d'un discours anti-arménien :

L'Ultra Nationalisme en Turquie

« Devlet Bahçeli, le leader du Parti du Mouvement Nationaliste (MHP), pendant sa campagne électorale à Konya, a critiqué l’AKP pour avoir vendu Petkim* avant les élections. « Est-ce moral ? Les élections sont dans 15 jours. » Devlet Bahçeli a également soutenu qu’un des acheteurs est aussi l’un des financiers de la Diaspora arménienne : « Comment pouvez-vous vendre Petkim à ceux qui accusent la Turquie d’avoir commis un génocide ? »

*Petkim : Groupe pétrochimique turc


/////


DECLARATIONS DE DEUX REPRESENTANTS DU MHP :

1."Le sionisme juif et chrétien" (Yenicag, 4 Mars 2005)


Résumé d'une lecture donnée à la réunion de la Fondation culturelle Turan [panturque] par Mehmet Gül, ancien parlementaire du MHP: "[ ... ] le seul pouvoir 'secret' derrière le projet de la mondialisation sont les Juifs et les maçons! [...] Les 'Sionistes juifs', dont l'objectif est la domination juive totale du monde, affirment qu'un 'Messie' descendra du ciel et va établir le 'Royaume Monde'! [...] La même attente est largement partagée par les 'sionistes chrétiens' qui acceptent tout ce qui est dans l'Ancien Testament! [...] Les sionistes chrétiens croient que toute l'humanité deviendra chrétienne avec la venue de Jésus, le 'Fils de Dieu'! [...] Les représentants néo-conservateurs de l'évangélisme qui fusionnent le 'sionisme chrétien' et le 'sionisme juif' sont au pouvoir Amérique maintenant ! [ ... ] ils sont à la recherche d'alliés sacrés dans le monde musulman pour servir leurs objectifs! Au cours des dernières années, certaines communautés avec des 'vue messianique' sont apparues dans le monde musulman [ ... ]! [ ... ] On comprend mieux les coups contre le monde musulman lorsqu'on sait que le 'Wahhabisme', originaire d'Arabie Saoudite, est manipulé par les 'maçons' pour 'abandonner les Musulmans'. Le Bahaïsme, Kadianism [...] et d'autres communautés musulmanes 'messianiques' contribuent toutes à servir 'le nouvel ordre mondial'! [ ... ] Il semble que ces 'musulmans sionistes' diront bientôt que le 'grand Israël' est la volonté du grand architecte de l'univers! Les Turcs musulmans qui les suivent ne verront que la réalité lorsqu'il sera trop tard et que nos terres entre l'Euphrate et le Tigre seront déjà dans les mains des Israéliens. [ ... ] Le 'Messianisme' est un 'piège sioniste' pour toute l'humanité! [ ... ]

Memri

---

2. Nationalist deputy targets Armenian member of wise men with racist remarks Today’s Zaman

April 05, 2013, Friday/ 13:07:00

« Ahmet Duran Bulut, député MHP: "Je n'ai pas besoin du cerveau d'un Arménien. Que pourrait penser un Arménien pour la nation turque?" »

MHP Balıkesir deputy Duran Bulut speaks during a parliamentary session

5 April 2013/TODAYSZAMAN.COM, Ä°STANBUL

A Turkish nationalist deputy has ferociously criticized the inclusion of a Today's Zaman columnist of Armenian descent in the group of “wise men” tasked with explaining to the public the necessity to move forward with the settlement process in the hope of ending the decades-old conflict between the Turkish military and the terrorist Kurdistan Workers' Party (PKK).

Balıkesir deputy of the opposition Nationalist Movement Party (MHP) Ahmet Duran Bulut on Friday criticized the inclusion of Armenians on the list. It was not immediately clear which people he was referring to but there is only one person on the list, Etyen Mahçupyan, who openly identifies himself as Armenian. Bulut ridiculed Mahçupyan, belittling him and mocking the description of him as “wise.”

“I don't need the brain of an Armenian. What could an Armenian think for the Turkish nation? We have Armenian citizens in Turkey. I respect and love them. But they [the government] appointed those people who want to take revenge on the Turkish state as wise men,” Bulut said.

The deputy also said he was saddened to see prominent Turkish movie actor Hülya Koçyiğit listed among people he described as “dirty.” He claimed that the people on the wise men list are “tools” to divide Turkey and that they are disturbed by the notion of “Turkishness.” He also labeled most of them as “disabled in their race.”

Members of the wise men group, made up of 62 public opinion leaders, academics and artists, were announced on Wednesday. The formation of the “wise men” list sparked debates in the media and among the public. Turkish Prime Minister Recep Tayyip Erdoğan stated that the common aim of all people within the commission is the solution of the Kurdish conflict.

The commission is made up of groups organized on a regional basis and will be active in seven regions across the country, but its duties are not yet clear. There will be a chairman, a deputy chairman and a secretary for each region's group of wise people.

A noter : The Today's Zaman, journal güléniste ayant subi les affres de la répression d'Erdogan, n'existe plus mais son article est toujours en ligne sur cet ancien Fil RSS.



/////



Pour conclure, et bien que cela ne concerne pas exclusivement le MHP mais l’idéologie nationaliste turque en général, nous donnons la parole ici à l'universitaire turc Baskin Oran. Ce dernier, dans son article « Être plus turquiste que le Turc » publié par Radikal* le 26 décembre 2014 - avait dit son fait à l’« expert en histoire » Gauin.


RADIKAL

26 décembre 2014

En parlant du racisme...

“Il est étonnant de voir qu’un Expert en Histoire de la Turquie ne sait pas que l’idéologie raciste était puissante en Turquie dans les années 1930-40 et que le quotidien où Cumhuriyetil écrit était connu comme un partisan de l’Allemagne nazie lors de la Deuxième guerre mondiale.

En réalité, il ne faut pas trop culpabiliser le quotidien, car le premier ministre de l’époque, Saraçoğlu exprimait ceci sous l’ambiance du panturquisme profond : « Nous sommes turcs, nous sommes turquistes et nous resterons turquistes [acclamations]. Pour nous, le turquisme est aussi bien une affaire de sang qu’une question de conscience et de culture » (Ayın Tarihi, août 1942, p. 31).

Et surtout, ce panturquisme était mené par le soutien financier grand et secret des Nazis. Parmi les archives secrètes allemandes publiées après la guerre également chez nous, le ministre des Affaires étrangères von Ribbentrop écrivait ce message crypté à l’ambassadeur von Papen à Ankara, le 5 décembre 1942 : « J’ai ordonné que l’on vous accorde un budget de 5 millions de reichsmarks pour que vous puissiez soutenir nos amis en Turquie. Je vous prie de dépenser cette somme de façon confortable et généreuse et de me tenir informé sur son usage » [Baskın Oran (éd.), Türk Dış Politikası (La politique extérieure turque), vol. I, p. 449, les éditions Iletişim].
Un Expert, ne doit-il pas savoir que les Nazis distribuaient “généreusement” des pots-de-vin en Turquie pas plus tard qu’hier ?”

Baskin Oran


*Nota CVAN : le journal on-line RADIKAL ayant cessé de paraître fin mars 2016, cet article du professeur Baskin Oran est archivé sur le site Imprescriptible.

////


Lire aussi sur cet article du Collectif VAN toutes les occasions manquées de Maxime Gauin de dénoncer l'antisémitisme du président turc Recep Tayyip Erdogan :

La dénonciation calomnieuse sur Facebook, nouvel instrument du négationnisme pro-turc (II)









Retour la rubrique



TÉLÉCHARGER :
 Maxime Gauin et l'extrême-droite turque




   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org