Aujourd'hui : Dimanche, 21 avril 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Turquie : Le pillage de l’or arménien, une industrie post-génocidaire
Publié le :

Info Collectif VAN – www.collectifvan.org – « Haber Turk TV a interviewé l’un des milliers de pilleurs de tombes turcs qui tentent de retrouver des trésors arméniens datant de l’époque du génocide, il y a un siècle. » Cette télévision turque a offert complaisamment en avril 2018 une tribune à Ugur Kulac qui revendique 500 000 chasseurs de trésor enregistrés dans son entreprise. Kulac y explique doctement « La seule chose à laquelle le chasseur de trésor pense, c’est à l’or ; et à rien d’autre. Bien sûr, il détruit les sites où il fouille négligemment. », ce à quoi le journaliste répond : « Waouh ! Très cool ! » Le chasseur d’or des Arméniens poursuit, sans se poser de question : « Certaines minorités ont été déportées du pays. Elles n’ont pas pu emporter leurs biens avec elles. Elles les ont enterrés dans divers endroits, pensant qu’elles reviendraient. Mais la plupart n’ont pas trouvé le moyen de revenir. » Sans blague ? La profanation des tombes et églises arméniennes de Turquie est une industrie post-génocidaire menée avec l’aval tacite de l’Etat. Mais visiblement, seuls les touristes étrangers sont arrêtés en Turquie lorsqu’ils sont accusés (le plus souvent à tort) de trafic d’antiquités, ce qui donne l’opportunité aux autorités turques de les jeter en prison pendant quelques mois, le temps de leur soutirer le prix de leur libération. Le Collectif VAN vous propose la traduction de l’éditorial du journaliste arméno-américain Harut Sassounian, paru dans The California Courier le 11 avril 2019.


Publié le 11 avril 2019

Des pilleurs de tombes turcs en quête de trésors de l’époque du génocide

De Harut Sassounian
The California Courier
Éditorial du 11 avril 2019
www.TheCaliforniaCourier.com

Haber Turk TV a récemment interviewé l’un des milliers de pilleurs de tombes turcs qui tentent de retrouver des trésors arméniens datant de l’époque du génocide, il y a un siècle.

Il ne suffit pas que 1,5 million d’Arméniens aient été tués et dépossédés de leurs biens et de leur patrie, aujourd’hui certains Turcs farfouillent « fièrement » dans des tombes arméniennes et dans d’autres sites arméniens anciens tels que des églises et des maisons, en quête de métaux précieux.

Voici le texte de l’interview sur Haber Turk :

Comment peut-on voler l’or arménien ?

Journaliste de Haber Turk TV : Oylum Talu - Invité : Ugur Kulac

Invité : Un infidèle ne montre pas l’emplacement du trésor à un Turc, parce que nous sommes en train de chercher leur argent. Nous recherchons l’argent des Arméniens ou des Grecs.

Haber Turk TV : Donc vous êtes un chasseur de trésor professionnel ?

Invité : Oui, c’est cela.

Haber Turk TV : Vous êtes une personne très intéressante. Tout d’abord, vos livres sont incroyables. J’aimerais offrir ces livres aux gens.

Invité : Merci.

Haber Turk TV : Des cartes, des explications de cartes. C’est un livre incroyable. C’est comment la chasse au trésor ?

Invité : Le chasseur de trésor est comme un chercheur d’or. La seule chose à laquelle le chasseur de trésor pense, c’est à l’or ; et à rien d’autre. Bien sûr, il détruit les sites où il fouille négligemment. Les chasseurs de trésor connaissement de nombreux lieux secrets que même les archéologues ignorent. C’est ça, un chercheur d’or.

Haber Turk TV : Waouh ! Très cool ! Il y a combien de chasseurs de trésor en Turquie ?

Invité : Il y a plus de 500 000 chasseurs de trésor enregistrés dans mon entreprise.

Haber Turk TV : Vraiment ?

Invité : Oui !

Haber Turk TV : 500 000 chasseurs de trésor ?

Invité : Je suis dans ce domaine depuis 18 ans environ. Je produis ces appareils et je les vends. J’en ai déjà vendu à 25 000 personnes. Et maintenant, nous sommes 130 entreprises en Turquie. Nous travaillons dans ce domaine pour les gens. Par exemple, si l’État demandait aux chasseurs de trésors d’apporter tout le matériel historique découvert, la quantité de ces objets serait plus importante que ce qu’il y a dans les musées.

Haber Turk TV : Waouh !

Invité : Il y a trois catégories dans le travail de recherche de trésor : en tonnes, en pots et en chaudrons.

Haber Turk TV : De quoi parlez-vous ? Tonnes, pots et chaudrons ?

Invité : Oui.

Haber Turk TV : Vous voulez dire qu’ils ont mis tout l’or dans le chaudron, l’ont recouvert, parce que à l’époque il n’y avait pas de banques. Puis ils se sont enfuis…

Invité : Bien sûr.

Invité : L’histoire de ce travail a environ 100 ans. À l’époque de la déportation, certaines minorités ont été déportées du pays. Elles n’ont pas pu emporter leurs biens avec elles. Elles les ont enterrés dans divers endroits, pensant qu’elles reviendraient. Mais la plupart n’ont pas trouvé le moyen de revenir. Mais leurs enfants, à une certaine période de l’année, viennent en Turquie là où leurs ancêtres vivaient. Et ils creusent et prennent l’argent là où leurs ancêtres l’ont enterré. Ils ont des cartes. Ils sont invités chez les voisins de leurs ancêtres. Et quand le propriétaire de la maison dort, ils sortent, vont creuser dans le sol, ils prennent l’argent et partent. La chasse au trésor se divise en deux groupes. Le premier est à court terme – trouver les biens des minorités. Le deuxième se compose de ceux qui recherchent les trésors des civilisations anciennes. [L’invité montre alors comment il trouve des trésors avec son appareil, qui, malheureusement, ne fonctionne pas !] Si vous êtes surpris par l’État, la première fois il n’y a pas de sanctions ! La région d’Izmir était la capitale de l’Empire romain et il y a de jolis trésors enterrés là. Bien sûr, ce sont des petits trésors qui appartiennent aux minorités d’un passé récent. Il faut faire de la magie. Le trésor est donné aux génies pour être protégé. Nous recherchons des pièces d’or. L’or est très important pour les chasseurs de trésor. Par exemple, des statues en or ou tout autre chose, ou des pièces d’or. Elles ont une grande valeur. On peut les vendre n’importe où. On peut les fait fondre et les vendre, ou les vendre en l’état, aux trafiquants ou à l’État. Que l’on me donne la permission et je trouverai l’agent pour rembourser la dette du gouvernement turc au Fonds monétaire international.

Haber Turk TV : Alors pourquoi cet or n’apparaît pas ?

Invité : Parce que ces pays ne veulent pas que l’or sorte de Turquie ! Les cités antiques, ou ces régions, n’intéressent pas les chasseurs de trésor. Leur seul intérêt est de trouver la tombe, la fouiller, prendre tous les objets qui ont de la valeur et s’en aller.

Haber Turk TV : Pourquoi les archéologues ne vous aiment pas ?

Invité : Parce que nous détruisons le matériel historique.

Haber Turk TV : Donc ce que vous dites c’est « Nous recherchons l’argent des minorités déportées au cours de ces derniers 60 à 90 ans ? »

Invité : J’ai des parlementaires, des médecins, des hommes d’affaires et des professeurs comme clients. Le printemps arrive, les chasseurs de trésor se réveillent. Ils ont été patients pendant des mois. Maintenant, ils vont attaquer. C’est la même chose chaque année. Les objets trouvés lors des fouilles effectuées cette année seront vendus à l’étranger. Nous ne sommes pas matérialistes. Nous croyons aussi à la spiritualité. Les musulmans doivent être riches et puissants aussi. Pourquoi devrions-nous être pauvres ? Nous sommes un pays spécial créé par Allah !

Haber Turk TV : Merci beaucoup.

///

Non seulement ces voleurs volent les trésors appartenant aux Arméniens et autres minorités, mais ils violent aussi les lois turques. Il est incroyable de voir ces voleurs passer à la télévision turque pour raconter leurs activités criminelles avec une telle arrogance. La Turquie a des lois strictes concernant les chasseurs de trésor, dont le permis est limité à 30 jours par an et dans une zone de 100 mètres carrés. Il existe d’ailleurs une liste de « zones culturelles », comme des sites religieux et des tombes, où même les chasseurs de trésor possédant un permis ne sont pas autoriser à fouiller.

©Traduction de l’anglais C.Gardon pour le Collectif VAN – 11 avril 2019 – www.collectifvan.org


Lire aussi :

Vacancier en prison en Turquie, Bernard Kouchner intervient

En turc :

Habertürk TV’de skandal başlıklı program: ‘nasıl define aranır?’

Oylum Talu Habertürk TV’ye defineci çıkardığına pişman olmuş!





Retour � la rubrique


Source/Lien : The California Courier



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org