Aujourd'hui : Mercredi, 19 juin 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
10 avril 1992 : 27 ans après des massacres de Maragha
Publié le :

Info Collectif VAN – www.collectifvan.org – Le Collectif VAN vous présente ici la Déclaration du ministère artsakhiote des Affaires étrangères publiée sur le site de la Représentation de la République du Haut-Karabagh en France le 10 avril 2019.








Publié le 11 avril 2019

Représentation permanente de la République du Haut-Karabagh

Déclaration du ministère artsakhiote des Affaires étrangères

2019-04-10 13:35

Le 10 avril 1992, après des bombardements prolongés, les forces armées azerbaïdjanaises ont pénétré dans la localité de Maragha, dans la région de Martakert, en République d'Artsakh. Les forces d'autodéfense locales avaient réussi à évacuer la majeure partie de la population, mais 118 personnes, des handicapés, des personnes âgées, des femmes et des enfants, restaient dans le village. Plus de 50 d'entre elles ont été brutalement assassinées, dont 30 femmes. Les autres, 29 femmes et 9 enfants ont été pris en otages, le sort de 19 d'entre eux étant à ce jour inconnu.

Maragha a été libéré par les forces armées de l'Artsakh, mais deux semaines plus tard, les troupes azerbaïdjanaises ont à nouveau envahi le village et commis de nouveaux crimes contre les personnes revenues au village pour enterrer leurs proches.

Le massacre des civils de Maragha a été l'un des événements les plus tragiques de la guerre déclenchée par l'Azerbaïdjan contre Artsakh. L'attaque du village par les troupes azerbaïdjanaises n'était pas justifiée par quelque nécessité militaire, visant simplement à éliminer sa population civile. Des représentants de l'organisation Christian Solidarity Worldwide, dirigée par la députée et vice-présidente de la Chambre des lords de la Grande-Bretagne, la baronne Caroline Cox, défenseur des droits de l'homme, qui s'était rendue au village immédiatement après les massacres, ont également témoigné des crimes de guerre commis contre la population civile.

La tragédie de Maragha a été l'une des manifestations de la politique de violence et de terreur mise en œuvre par l'Azerbaïdjan contre les Arméniens tendant à les priver de leur droit de vivre dans leur pays. Cette politique a été adoptée et systématiquement appliquée par les autorités azerbaïdjanaises tout au long du conflit entre l'Azerbaïdjan et le Karabagh. L'Azerbaïdjan a essayé d'appliquer les mêmes méthodes lors de l'agression déclenchée en avril 2016 contre l'Artsakh, qui n'a pu être empêchée que grâce aux actions décisives de l'armée de défense de l'Artsakh, assurant ainsi l'indépendance du pays et la sécurité de ses citoyens.

Les crimes militaires et les violations flagrantes du droit international humanitaire perpétrés par les forces armées azerbaïdjanaises à Maragha ainsi que pendant la guerre d'avril, 24 ans plus tard, prouvent que l'indifférence à l'égard crimes contre l'humanité et leur impunité conduisent immanquablement à leur réitération.


Lire aussi :

Maraghar : 27 ans après, des massacres oubliés

Maraghar : Avril, le mois des génocides

Maraghar : Caroline Cox parle du Golgotha contemporain

Maragha, 10 avril 1992. Génocide ordinaire

Dossier du Collectif VAN : L'Azerbaïdjan, une dictature nationaliste et négationniste




Retour � la rubrique


Source/Lien : Représentation permanente de la République du Haut-Karabagh



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org