Aujourd'hui : Vendredi, 22 novembre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Presse arménienne : Revue du 6 juin 2019
Publié le :

Info Collectif VAN – www.collectifvan.org – Le Collectif VAN vous propose de lire cette Revue de Presse parue sur le site de l'Ambassade de France en Arménie le 7 juin 2019.


Ambassade de France en Arménie

Revue de la presse arménienne du 6 juin 2019

Les déclarations contradictoires de Nikol Pachinian et du Président de facto du Haut-Karabakh Bako Sahakian/ A la une de la presse du jour les déclarations contradictoires de Nikol Pachinian et du Président de facto du Haut-Karabakh Bako Sahakian. Interrogé sur ses allégations selon lesquelles « certaines forces représentant l’ancien système corrompu » planifient un complot contre l’Etat pour provoquer une guerre avec l’Azerbaïdjan, Nikol Pachinian a pointé du doigt les autorités de Stepanakert en les accusant d’avoir répandu de fausses déclarations sur des concessions territoriales à l’Azerbaïdjan prévues par son gouvernement. D’après Nikol Pachinian, il a eu plusieurs entretiens avec les dirigeants politico-militaires du Haut-Karabakh et de l’Arménie et il a présenté sa vision de la résolution du conflit tout en demandant leur avis. Selon le Premier ministre, il a eu l’accord des parties sur sa vision, mais « des personnes assises à cette table » ont par la suite propagé des informations que « Pachinian vend des territoires ». Nikol Pachinian a également affirmé que, contrairement à son gouvernement, l’ancien gouvernement arménien n’avait jamais présenté les détails des négociations avec l’Azerbaïdjan aux dirigeants du Haut-Karabakh. Ces déclarations ont été suivies par une interview du Président de facto du Haut-Karabakh, Bako Sahakian, qui a démenti les affirmations de Pachinian en insistant sur le fait que les gouvernements arméniens successifs avaient toujours informé les autorités du Haut-Karabakh des développements des négociations. Commentant le prétendu complot, Bako Sahakian a insisté sur le fait qu’il ignorait l’existence des forces anti-gouvernementales mentionnées par Pachinian. En cas de doute ou de manque de confiance, il a appelé aux discussions dans une atmosphère de respect mutuel. Jamanak s’interroge sur les raisons de cette déclaration par Nikol Pachinian : « les relations officielles d’Erevan et de Stepanakert ont-elles atteint un niveau de malentendu, même une contradiction qui ne peut plus être corrigée dans la plateforme de dialogue ou lors d’une réunion de travail ? ». Le quotidien appelle à « ne pas construire les relations des deux républiques arméniennes sur la base de théories du complot », car cela pourrait entrainer une crise. « En général, il est regrettable que les dirigeants de l’Arménie et du Haut-Karabakh aient commencé à communiquer entre eux via la presse, ce qui ne parle pas de la mentalité étatique des deux autorités » conclut Jamanak. Selon 168 jam, les motivations de Nikol Pachinyan sont incompréhensibles et ambiguës en ce qui concerne le Haut-Karabakh, ou plutôt ses autorités. D’après 168 jam, Le Premier ministre arménien ne manque pas une occasion de critiquer directement ou avec des allusions les dirigeants du Haut-Karabakh. « On a l’impression qu’il veut complètement gâcher les relations déjà tendues avec les autorités du Haut-Karabakh » conclut le trihebdomadaire.

Les Dachnak revendiquent la responsabilité d’une attaque portée contre un militant du parti Congrès national arménien/ Tous les journaux indiquent que des dizaines de membres du parti Dachnak ont manifestement revendiqué la responsabilité d’une attaque portée contre un militant du parti Congrès national arménien de l’ancien Président Levon Ter-Petrossian. Les Dachnak ont accusé le militant Vardan Haroutunian d’avoir insulté sur Facebook les dirigeants du Haut-Karabakh et d’avoir agressé l’ancien chef des Dachnak, Hrant Margarian. V. Haroutunian a affirmé avoir été battu par les partisans de Dachnak et les partisans de Robert Kotcharian. La police a arrêté un homme soupçonné d’avoir participé à l’attaque dont l’affiliation aux Dachnak a été confirmée par le parti. D’après les Dachnak, V. Haroutunian méritait une « gifle éducative ». Selon le membre de la direction du bureau arménien des Dachnak, Artsvik Minasian, il s’agit avant tout d’un appel aux autorités pour qu’elles mettent fin à cette situation d’intolérance, condamnent et répriment « toutes les manifestations de comportement intolérant et hostile qui règnent et se propagent en Arménie en ce moment ». Joghovourd note que Nikol Pachinian a réagi durement à l’incident en condamnant la formule « battre quelqu’un pour les valeurs nationales » et en indiquant que cette formule a été utilisée par les forces qui « pillaient le pays depuis 25 ou 30 ans sans penser aux valeurs nationales ». Nikol Pachinian a souligné que toutes les personnes qui propageaient la violence devaient être tenues pour responsables une par une. Joghovourd note que les relations du parti Dachnak avec le Premier ministre empirent.

Nikol Pachinian sur les défis du système judicaire/ La presse rend compte des déclarations de Nikol Pachinian sur le système judiciaire. Selon lui, la procédure de « vetting » a déjà commencé. Nikol Pachinian a noté que la crise du système judiciaire ne se limitait pas à la méfiance de la société, mais concernait également la méfiance entre les tribunaux. D’après le Premier ministre, des solutions politiques sont nécessaires. Commentant le salaire dans le système, Nikol Pachinian a déclaré qu’il était possible d’augmenter les salaires des juges sur la base du budget d’Etat, mais que le public ne comprendrait pas cette démarche en raison d’existence des problèmes sociaux pour la solution desquels cet argent pourrait être utilisé. Cependant, selon le Premier ministre, si le salaire d’un juge n’est pas élevé, les spécialistes sérieux ne voudront pas travailler avec un salaire de 400 000 drams (741 euros), sachant qu’ils ne peuvent pas prendre de pot-de-vin. « Si nos partenaires internationaux nous aident, par exemple, à créer un tribunal anti-corruption, à trouver un moyen d’obtenir des salaires plus élevés dans ce tribunal, afin d’attirer de nouveaux spécialistes sérieux dont la crédibilité sera accrue par le biais de vetting, le peuple, l’opposition et les dirigeants verront qu’un système judiciaire vraiment indépendant est une bonne chose utile pour l’État et l’économie » a déclaré Nikol Pachinian.

Rédaction : Lena Gyulkhasyan




Retour � la rubrique



TÉLÉCHARGER :
 Revue de la presse arménienne du 6 juin 2019



Source/Lien : Ambassade de France en Arménie



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org