Aujourd'hui : Samedi, 21 septembre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
USA : L’Institut des études turques va fermer en 2020
Publié le :

Info Collectif VAN – www.collectifvan.org – « L’ITS a publié un communiqué de presse le 31 ami 2019, annonçant qu’il cesserait ses opérations le 30 septembre 2020. L’Institut des études turques (ITS), une organisation à but non-lucratif, a été fondé en 1983 à Washington D.C, grâce aux trois millions de dollars donnés par le gouvernement turc. Bon vent. » écrit Harut Sassounian qui rappelle dans son éditorial le travail des chercheurs payés par cet Institut - financé par le gouvernement turc - pour nier le génocide arménien, ainsi que les 130 bourses de thèses qui généreront des dividendes au long terme pour la propagande de l'État turc. Au moins, « avec la fermeture annoncée de l’Institut des études turques, il y aura un outil de propagande turque en moins aux États-Unis, déformant la vérité tragique du génocide arménien. » Le Collectif VAN vous propose la traduction de l’éditorial du journaliste arméno-américain Harut Sassounian, paru dans The California Courier le 13 juin 2019.


Publié le 18 juin 2019

L’Institut des études turques va fermer en 2020 : bon vent

De Harut Sassounian
The California Courier
Éditorial du 13 juin 2019
www.TheCaliforniaCourier.com

L’Institut des études turques (ITS), une organisation à but non-lucratif, a été fondé en 1983 à Washington D.C, grâce aux trois millions de dollars donnés par le gouvernement turc. L’ITS a publié un communiqué de presse le 31 ami 2019, annonçant qu’il cesserait ses opérations le 30 septembre 2020.

C’est une surprise pour deux raisons :

1)
La somme de trois millions est un montant relativement faible pour le gouvernement turc qui a dépensé des dizaines de millions de dollars afin d'engager pendant des années des agences américaines de relations publiques et de lobbying. Rendre à la Turquie les trois millions ou ce qu’il en reste, ne fera pas une grande différence pour la situation financière du pays. La Turquie a besoin de centaines de milliards de dollars pour se remettre de son effondrement économique.

2) En dépit du communiqué de presse de la direction de l’Institut se vantant de ses réalisations, le fait que le gouvernement turc cesse de le subventionner sous-tend que l’Institut n’a pas atteint ses objectifs de propagande. Le gouvernement turc a arrêté de verser des fonds à l’ITS en 2015. Pour aggraver le tout, les dirigeants de l’Institut ont reconnu dans le communiqué de presse qu’ils n’avaient pas réussi à lever suffisamment de fonds extérieurs pour poursuivre leurs activités. Ces dernières années, l’ITS a reçu un soutien financier partiel de l’université de Georgetown, de Koç Holding, de FIBA Holding et de M. et Mme Muhtar Kent (ancien président du conseil de The Coca-Cola Company), et d’autres donateurs privés.

Le communiqué de presse de l’ITS affirme que depuis 1983, ses fonds ont servi à promouvoir la Turquie et les études turques « dans plus de 45 États américains et du district de Columbia. Plus de 130 bourses de thèses, ayant servi à financer des postes de professorat dans des institutions américaines d’études supérieures, et des bourses de recherche et de linguistique, ont permis de former 235 autres personnes qui ont occupé des postes de professeurs ou de chercheurs aux États-Unis ou ailleurs. Des bourses accordées ces cinq dernières années à plusieurs dizaines de chercheurs généreront des dividendes à l’avenir. Près de 80 institutions américaines ont créé des bibliothèques ou des collections de recherches liées à la Turquie, ou ont fait des ajouts importants à des ressources existantes, grâce au fonds de l’ITS, et 19 universités américaines ont reçu des capitaux de départ pour soutenir la création de nouveaux postes d’enseignement, liés à la Turquie. »

Ces dernières années, l’ITS se trouvait dans les bureaux de la Edmund A. Walsh School of Foreign Service, de l’université de Georgetown, à Washington D.C. Le président honoraire de l’Institut était l’ambassadeur turc aux États-Unis, ce qui confirme le contrôle étroit des fonds de l’ITS par le gouvernement turc.

L’Institut des études turques a été impliqué dans un certain nombre de scandales, à commencer par celui de Heath Lowry qui a été le fondateur et le directeur exécutif de l’Institut de 1983 à 1993. Lowry a joué un rôle crucial dans la préparation et la publication d’une pleine page de publicité dans le Washington Post, le New York Times et le Washington Times le 19 mai 1985, signée par 69 « chercheurs » qui niaient la réalité du génocide arménien. Par la suite, Lowry est devenu le professeur Atatürk des études turques modernes et ottomanes à l’université de Princeton, financé par une bourse de 750 000 dollars provenant du gouvernement turc.

J’ai été la première cible d’une bataille juridique avec l’Institut turc, après avoir écrit un article en 1985 dans The California Courier, énumérant les noms des chercheurs américains et l’argent que chacun avait reçu de l’Institut. Il est intéressant de noter que parmi tous ces chercheurs, un grand nombre d’entre eux étaient les mêmes que ceux qui avaient obtenu une bourse de l’ITS. J’ai reçu une lettre des avocats de l’ITS, disant qu’ils me poursuivraient en justice pour diffamation, à moins que je ne publie une longue rétractation, ce que j’ai refusé de faire. Mes avocats ont informé les avocats de l’Institut turc que leur allégation de diffamation n’avait aucune valeur et ils leur ont dit qu’ils feraient un contre-procès. Suite à quoi, l’ITS a abandonné sa menace de procès !

Et en 1995, un article intitulé L’éthique professionnelle et la négation du génocide arménien a été publié dans Les études de l’Holocauste et du génocide, révélant une lettre envoyée au professeur Robert Jay Lifton, et qui était un projet de lettre écrit en 1990 par le directeur exécutif de l’ITS, Heath Lowry, au nom de l’ambassadeur turc, Nuzhet Kandemir, niant les faits du génocide arménien. Le projet de lettre de Lowry, écrit au nom de l’ambassadeur, a été envoyé par inadvertance au professeur Lifton, ce qui a causé un énorme scandale universitaire.

En 2006, le professeur américain Donald Quataert a démissionné de son poste de président du conseil de l’ITS, après avoir refusé d’obéir aux ordres de l’ambassadeur turc, qui voulait qu’il présente une rétractation, sinon la Turquie couperait les fonds, car il avait rédigé une recension universitaire d’un livre, dans laquelle il avait écrit : « Ce qui est arrivé aux Arméniens est conforme à la définition de génocide de l’ONU. » Plusieurs autres membres du conseil de l’ITS ont démissionné peu après en signe de protestation.

Avec la fermeture annoncée de l’Institut des études turques, il y aura un outil de propagande turque en moins aux États-Unis, déformant la vérité tragique du génocide arménien.

©Traduction de l’anglais C.Gardon pour le Collectif VAN – 13 juin 2019 – www.collectifvan.org

---------------

Lire aussi :

Heath W. Lowry - Wikipedia

Génocide arménien : l'historien Donald Quataert est décédé

Études sur le Génocide arménien : les ravages du dogme académique

Un négationniste menace un membre de l'ANCA à Georgetown

Négationnisme : La Turquie force Donald Quataert à démissionner de l'Institut des Études Turques

Génocide arménien : la Turquie lâchée par ses historiens

USA/Turquie : Liberté pour l'Histoire

Laisser l'histoire aux historiens

Scandale Quataert : la Turquie nie avoir fait pression

L'Institut des Études Turques sur la sellette

La Turquie bâillonne les historiens

« Les lois mémorielles ne servent à rien » vraiment ?

Génocide arménien : Le négationnisme turc, sous ses deux formes active et passive

Turquie : Cem Oguz nie le génocide et accuse Robert Fisk de parti pris

Education du génocide des Arméniens : L'ambiguë décision du Toronto District School Board

Turquie: L'impasse du négationnisme

France 3 plaît aux négationnistes

USA/Turquie : l'état du négationnisme (II)





Retour � la rubrique


Source/Lien : The California Courier



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org