Aujourd'hui : Mercredi, 5 août 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Turquie : Nouvelles révélations sur le meurtre de Hrant Dink
Publié le :

jeudi 24 mai 2007, Stéphane/armenews

Les médias turcs ont mis en lumière que dans l’enquête du meurtre de journaliste Hrant Dink plusieurs personnes avaient été exclus du cadre des investigations.

Les journaux ont révélé que ces personnes avaient eu des contacts avec les suspects ou avaient donné ou reçu des douzaines d’appels téléphoniques avec Ogun Samast, le principal accusé de l’assassinat de Hrant Dink le 19 janvier 2007.

Selon la chaîne de télévision NTV, le procureur conduisant l’enquête a ordonné que soit lister les contacts téléphoniques entre Ogun Samast et les suspects accusés d’avoir organiser le crime et notamment Erhan Tuncel et Yasin Hayal.

La liste a mis en évidence qu’un certain Coskun Igci, qui est le beau-frère de Yasin Hayal et qui se décrit lui-même en tant qu’officier des services secrets de la gendarmerie, a eu des contacts téléphoniques avec Ogun Samast et ceci 68 fois avant le meurtre. Cependant, il n’a pas été interrogé par rapport à ces appels téléphoniques.

De même, selon la liste, Erhan Tuncel a eu de nombreux contacts téléphoniques mais il n’aurait jamais eu de contact direct avec Ogun Samast.

Dans une déclaration au procureur d’état et à la police, Coskun Igci a affirmé qu’il avait découvert en juillet 2006 que son beau-frère Hayal voulait tuer Hrant Dink et qu’il lui avait demandé un pistolet. Coskun Igci a ajouté qu’il avait informé l’unité des services secrets de la gendarmerie mais que cette dernière lui avait indiqué qu’elle ne croyait que Hayal commettrait le meurtre et que de toute façon elle le surveillait.

Selon le document du procureur, Coskun Igci a lui-même parlé à Ogun Samast 57 fois à partir d’un téléphone portable et 11 fois à partie d’une ligne fixe. Ces conversations n’ont pas été enregistrées.

La presse turque s’émeut que Coskun Igci n’ait pas été interrogé quant au contenu de ces conversations quand il a fait sa déclaration. Mais la connexion entre Igci et Ogun Samast laisse penser que la gendarmerie connaissait ce dernier.

Selon Radikal, juste aprés le meurtre de Hrant Dink, Erhan Tuncel, qui était un informateur de la police a reçu un appel d’un téléphone enregistré sous le nom de "Dilek B." Cependant, Tuncel s’adresse à la personne au téléphone en tant que "frère Memduh." Memduh serait en réalité un des officiers de police qui gardait un contact avec Tuncel.

Les enregistrements des conversations téléphoniques de Tuncel le jour du meurtre et deux jours après ne sont pas inclus dans le dossier, alors qu’un enregistrement d’une conversation téléphonique datant de 2006 entre Memduh et Tuncel à l’inverse l’est.

Selon l’enquête du journaliste c’est en 2005 que la police de Trabzon a commencé à surveiller les conversations téléphoniques d’Erhan Tuncel et de Yasin Hayal mais ce n’est que maintenant que leurs conversations téléphoniques ont été retranscrites par la police de Trabzon.

Désormais dans le dossier du meurtre de Hrant Dink, des centaines de pages de conversations téléphoniques entre Erhan Tuncel et d’autres sont archivées.

Selon les documents Erhan Tuncel a très souvent parlé avec des numéros de téléphone enregistrés sous le nom de différentes femmes, l’une d’elle est "Dilek B."

Erhan Tuncel aurait parlé avec "Dilek B." à de nombreuses occasions à la fin de 2006, aussi le jour du meurtre (le 19 janvier 2007 à 14h57 ) à 16h43, à 16h50 et à 18h26.

Tuncel a également été appelé par "Dilek B." et a parlé avec une voix masculine au téléphone le 20 janvier et le 21 janvier. Erhan Tuncel dans sa déclaration a affirmé qu’il avait l’habitude de parler au numéro de téléphone 0538 839 95 xx pour discuter avec ses contacts de la police. D’ailleurs, 15 jours avant le meurtre Tuncel a été contacté au téléphone par un officier s’appelant Ahmet, un homme, à l’aide d’un téléphone enregistré sous le nom d’une autre femme « Ayse Bektas ».

Erhan Tuncel a déclaré qu’ahmet était un officier de police.

La police de Trabzon, entre 2005 et 2007, a enregistré 5025 conversations téléphoniques d’Erhan Tuncel et 1225 conversations téléphoniques de Yasin Hayal. Cependant, quand les procureurs publics à Istanbul ont demandé les transcriptions de ces conversations téléphoniques, seules 46 conversations de Tuncel et 17 conversations de Hayal leur ont été expédiées. Le reste des conversations ayant été exclus avec une note dans le dossier déclarant qu’elles étaient considérées comme sans importance par la police.

L’ampleur de la participation de la police turque et des services de sécurité dans le meurtre de Hrant Dink demeure délicate. L’exclusion des conversations téléphoniques de Tuncel avec la police soulève des inquiétudes sérieuses concernant une volonté par la police de Trabzon de cacher ses négligences, sa connaissance et sa participation dans le meurtre de Hrant Dink.

Le procès des 19 hommes accusés d’avoir participé au meurtre de Hrant Dink doit commencer le 2 juillet à Istanbul.

Erhan Tuncel et Yasin Hayal ont été accusés d’avoir inciter Ogun Samast, 17 ans à tuer le journaliste arménien.






Retour à la rubrique


Source/Lien : NAM



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org