Aujourd'hui : Mercredi, 19 février 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Belgique : Un coup sévère au négationnisme à l'anniversaire de l'assassinat de Hrant Dink
Publié le :

Info Collectif VAN – www.collectifvan.org – Le Collectif VAN vous invite à lire cet article publié sur le site Info-turk.be, basé à Bruxelles, le 19 janvier 2020.











Publié le 20 janvier 2020

Info-turk.be

19 janvier 2020

L'exclusion d'Emir Kir du Parti socialiste

Un coup sévère au négationnisme en Belgique
à l'anniversaire de l'assassinat de Hrant Dink


Le 19 janvier, c’est le 13e anniversaire de l’assassinat du journaliste arménien Hrant Dink à Istanbul. Comme chaque année, non seulement sa famille, ses amis, ses collègues, la nation arménienne, mais tout le monde attaché aux valeurs de la démocratie et de la paix se réuniront autour de la mémoire de Hrant Dink.

L’année passée, un des proches amis de Hrant Dink, le grand mécène de la lutte démocratique Osman Kavala, l’avait salué avec un message envoyé de la prison de Silivri. Après un an, comme centaines d’intellectuels de notre pays, Kavala se trouve toujours derrière les barreaux de prison.

La commémoration de cette année est marquée par le message envoyé à Hrant Dink par une autre personnalité qui se trouve depuis plus de trois ans derrière les barreaux dans la prison d’Edirne.

Le président du parti démocratique des peuples (HDP) Selahattin Demirtas partage avec Hrant Dink une page de leur lutte commune d'il y a 18 ans… Comment la police a essayé d’empêcher la prise de parole de Hrant Dink lors d’une conférence sur les droits humains à Diyarbakır pour une simple raison: “Il est Arménien!"

Le message de Demirtas se termine avec une salutation chaleureuse tout en rappelant parmi d’autres que les filles de ces deux défenseurs des droits humains, l’une Arménienne et l’autre Kurde, portent le même prénom: Delal…

La commémoration de l’assassinat de Hrant Dink en Belgique coïncide cette année avec une tournure surprenante dans la vie politique belge… Un des hommes politiques négationnistes d’origine turque vient d’être exclu du Parti socialiste pour rupture du cordon sanitaire contre l’extrême droite.

Le député fédéral et le bourgmestre de Saint-Josse Emir Kir a été sanctionné par la commission de vigilance du PS bruxellois pour avoir accueilli le 4 décembre dernier deux maires turcs appartenant au Parti d’action nationaliste (MHP).

Le président du Parti socialiste Paul Magnette a dit: "Cette sanction fait suite au non-respect du cordon sanitaire. Pour le PS, son respect s'impose vis-à-vis de tous les élus d'extrême droite, quels qu'ils soient et d'où qu'ils viennent."

En plus de non-respect du cordon sanitaire, le passé politique d'Emir Kir, en tant que ministre d'État, bourgmestre et député fédéral, est plein de nombreuses prises de position et de déclarations impardonnables, y compris nier le génocide arménien et qualifier le mouvement national kurde dans la même catégorie que l'Etat islamique.

Il y a exactement 13 ans, le 19 janvier 2007, les médias internationaux et belges diffusaient les informations à propos du meurtre de Hrant devant les locaux du journal Agos à Istanbul.

Le même jour à Bruxelles, Celalettin Cerrah, chef de la police d'Istanbul, et Ahmet Ilhan Güler, directeur de la branche des renseignements de la police, ont été accueillis dans son bureau par Emir Kir, alors ministre d'État d’origine turque du gouvernement régional de Bruxelles, et honorés par une plaque de Bruxelles. Cette rencontre était la fierté des nationalistes turcs et a été diffusée par les médias turcs.

Il n'était pas facile de comprendre qu'un ministre chargé de la propreté de la ville, des monuments et des sites, et non de la sécurité et de l'ordre public, puisse accueillir un chef de la police étrangère d’une telle manière.

Toutefois, les dirigeants du Parti socialiste belge de l'époque étaient présents aux réunions ou ruptures de jeûne organisées par des associations turco-islamiques afin d’obtenir les suffrages des électeurs d'origine turque. Personne n'a été dérangé par une telle visite, ni au niveau gouvernemental ni dans la direction du parti.

Encouragée par ce laisser faire, l'amitié chaleureuse entre Emir Kır avec Celalettin Cerrah se poursuivra sans relâche, et ce, même lorsque les médias remettent en question la responsabilité de Celalettin Cerrah dans le meurtre de Hrant.

Une dépêche de l'AFP d’Istanbul, datée du 6 février 2007, a indiqué que lors de l'enquête sur le meurtre de Dink, le directeur de la Branche des renseignements Ahmet İlhan Güler avait été licencié. Une enquête préliminaire a été ouverte à l’encontre du chef de la police d'Istanbul Celalettin Cerrah.

Cette nouvelle a également été relayée en détails dans les médias belges.

Néanmoins, Emir Kır, ministre d'État de Bruxelles, a participé à la célébration du 162e anniversaire de la création de la police d'Istanbul en avril de la même année en tant qu'invité d'honneur du chef de la police controversé Celalettin Cerrah.

L'exclusion d'Emir Kir du Parti socialiste au 13e anniversaire de l'assassinat de Hrant Dink constitue une petite consolation pour sa famille, ses amis et collegues ainsi que notamment pour le peuple arménien.

A cette occasion, nous partagerons prochainement un long article sur le négationnisme et le non-respect des droits du peuple kurde par Emir Kir qui est resté toujours fidèle au lobby du régime islamo-fasciste de Recep Tayyip Erdogan.





Retour � la rubrique


Source/Lien : Info-turk.be



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org