Aujourd'hui : Mercredi, 19 février 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du NĂ©gationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenętre !  Envoyer cette page ŕ votre ami-e !
 
Presse arménienne : Revue du 06 février 2020
Publié le :

Info Collectif VAN – www.collectifvan.org – Le Collectif VAN vous propose de lire cette Revue de Presse parue sur le site de l'Ambassade de France en Arménie le 10 février 2020.


Ambassade de France en Arménie

Revue de la presse arménienne du 06 février 2020

Le parti au pouvoir propose un projet de loi qui mettra fin aux pouvoirs du Président de la Cour constitutionnelle et des six autres juges/ La presse indique que le parti au pouvoir a préparé des modifications constitutionnelles qui proposent de mettre fin aux pouvoirs du Président de la Cour constitutionnelle (CC), Hrayr Tovmasyan, et des six autres juges de la CC installés par les anciennes autorités. « Le mandat du Président et des membres de la CC nommés avant l’entrée en vigueur du chapitre 7 de la Constitution prend fin. Les nominations aux postes vacants de juges de la CC sont effectuées respectivement par le Cabinet, le Président et l’Assemblée générale des juges » indique le texte du projet de loi. Une note explicative publiée par 37 co-parrains des changements proposés fait valoir que ces membres ne sont pas couverts par les modifications constitutionnelles de 2015 qui prévoient des mandats plus courts pour les nouveaux membres de la plus haute juridiction du pays. Elle affirme également que la cour manque de « légitimité démocratique ». En ce qui concerne les raisons de l’introduction du projet de loi, le parti au pouvoir a noté que « la crise » autour de la CC a maintenant plusieurs aspects qui « posent de sérieux défis pour la démocratie, la souveraineté et les qualités juridiques de l’Arménie ». Le vice-président du Parlement, Alen Simonian, a déclaré que les trois branches du pouvoir en Arménie avaint été usurpées par les anciennes autorités : Serge Sarkissian et Robert Kocharian et leurs satellites, mais que « le peuple arménien a libéré le gouvernement et le Parlement de leurs griffes et il va maintenant libérer le système judiciaire également ». Les représentants des deux partis d’opposition parlementaire ont toutefois rejeté les changements proposés et ont mis en doute leur légalité. Ils ont déclaré qu’ils voteront contre les projets. D’après le chef du parti « Arménie lumineuse », Edmon Marukian, cette voie choisie par les autorités « comporte un grand danger pour l’État de droit en Arménie » et pourrait créer un mauvais précédent pour tout futur gouvernement d’évincer des juges et d’en choisir de nouveaux de la même manière. Marukian a également averti que les autorités risquent de mettre l’Arménie en désaccord avec le Conseil de l’Europe. La presse indique que le Président du Parlement, Ararat Mirzoyan, a rencontré les ambassadeurs des pays membres de l’OSCE et du Conseil de l’Europe le 5 février pour discuter de la situation concernant la CC. Le Parlement débâtera aujourd’hui de ce projet de loi, ainsi que d’un autre projet controversé concernant la CC (cf. revue du 04 février 2020). Hraparak et 168 jam critiquent vivement ces deux projets de loi. Hraparak les qualifie d’ « illégales », tandis que 168 jam trouve qu’en les adoptant, « le gouvernement s’oriente vers l’autoritarisme ». Certains critiquent qualifient ces démarches d’ « saisie du pouvoir ». Joghovourd indique que le parti au pouvoir prévoit également d’organiser un referendum afin de décider si le pays a besoin ou pas d’une CC. D’après le quotidien, comme la plupart de population n’interagit pas avec cette instance, il lui est égale si l’Arménie a une CC ou pas : « Ainsi la question de la CC sera résolue par les mains du peuple et pas par les mains des autorités ».

Artur Vanetsyan a annoncé son intention d’entrer sur la scène politique/ L’ancien Directeur du Service de sécurité nationale (SSN) d’Arménie, Artur Vanetsyan, a rencontré les rédacteurs en chef de la presse écrite et a répondu à leurs questions. Vanetsyan a annoncé son intention d’entrer sur la scène politique en créant un parti de centre droit. Selon lui, il y a une nécessité de former une force politique qui ressemblerait « la grande masse du public » qui est mécontente des autorités actuelles, mais ne veut pas de retour au passé. D’après lui, une fausse impression avait été introduite dans la vie politique arménienne, selon laquelle l’alternative aux autorités actuelles est les anciennes autorités. Il a promis de présenter plus en détails les activités de ce futur parti dans un avenir proche. A la question de savoir quels étaient les dangers dont il parlait dans sa lettre de démission, Vanetsyan a déclaré que les dangers qu’il avait vus à l’époque « émergent lentement ». À titre d’exemple, il a rappelé les deux dernières évaluations rigoureuses des structures européennes au sujet de l’Arménie (cf. revue du 1er au 3 février 2020 ; cf. revue du 04 février 2020), ce qui, selon Vanetsyan, est également un gros problème en termes de sécurité. Il a également démenti les rumeurs selon lesquelles il aurait préparé un coup d’Etat contre le gouvernement actuel. L’ancien Directeur du SSN n’a pas caché que pendant son mandat il avait des désaccords avec Nikol Pachinian notamment au sujet de « perceptions du citoyen, de la société et de l’État ». En outre, Vanetsyan n’a pas caché que l’une des raisons de sa démission était son désaccord avec la politique des autorités envers le Président de la Cour constitutionnelle. Il a déclaré que le Premier ministre a donné à plusieurs reprises au SSN des instructions qui n’étaient pas possible à exécuter par exemple « vérifier les tickets de caisses des stations-service ». Selon lui, les développements récents ont montré qu’ « il existe des personnages fictifs » qui prétendument terrorisent le peuple. Parlant de la détention provisoire de Robert Kocharyan, Vanetsyan a déclaré que la mesure était mal choisie et devrait être reconsidérée, car Kocharyan n’a jamais démontré qu’il évitait l’enquête. Commentant l’ouverture de sa fondation « Hayrenik » (Patrie) (cf. revue du 12 décembre 2019), Vanestyan a indiqué qu’il l’a créée, car, selon lui, après la révolution, le champ des ONG est resté vide. Artur Vanetsyan s’est dit préoccupé par le fait que les ONG opérant en Arménie sont principalement financées par l’extérieur. Quant au financement de sa fondation, Vanetsyan a indiqué qu’elle sera financée par les compatriotes de la Diaspora de Russie, des États-Unis et d’Europe. Il a également souligné que la fondation n’est pas un organisme de bienfaisance, mais qu’il y aura un hub médiatique.

Le chef du Comité de développement urbain du gouvernement arménien arrêté pour corruption/ Les journaux indiquent que le chef du Comité de développement urbain du gouvernement arménien, Vahagn Vermishian, a été arrêté mercredi pour soupçon d’avoir accepté des pots-de-vin de promoteurs immobiliers. Le Service de sécurité nationale (SSN) l’a arrêté ainsi que deux autres personnes quelques heures après avoir fouillé son bureau. Le SSN a déclaré que Vermishian a admis avoir reçu cinq pots-de-vin, d’une valeur entre 1 million de drams (2 100 dollars) et 2,5 millions de drams (5200 dollars) chacun, de la part d’entreprises de construction privées qui ont bénéficié en retour d’un traitement privilégié de la part de divers organismes gouvernementaux. Les pots-de-vin étaient canalisés vers un cabinet d’architectes que le fonctionnaire avait créé et enregistré au nom d’un ami. Le Premier ministre, Nikol Pachinian, a réagi à cette arrestation « Cette journée a marqué la plus haute détention (parmi les fonctionnaires en exercice) de l’histoire de la troisième République d’Arménie ». D’après lui, le gouvernement « ne plaisante pas » quand il dit qu’il n’y a pas de place pour la corruption en Arménie. Selon le SSN, Vermishian, qui dirige l’agence gouvernementale depuis mars 2019, a également reçu 5 000 dollars en espèces et 4 800 dollars de matériaux de construction en octobre dernier pour assurer l’attribution d’un prix de l’État au propriétaire non nommé de plusieurs entreprises de construction.

Le chef adjoint de la Police réagit a la déclaration de Hayrapetian/ La presse indique que le chef adjoint de la Police, Vartan Movsisian, a critiqué mercredi la déclaration de colère de l’homme d’affaires, Ruben Hayrapetian, qu’il a fait après avoir été brièvement détenu à Erevan mardi (cf. revue du 05 février 2020). S’adressant aux journalistes Hayrapetian avait déclaré « un jour, je les ferai s’allonger par terre et que je m’essuierai les pieds sur eux ». Ceci a suscité de vives condamnations de la part des alliés politiques de Nikol Pachinian qui ont qualifié la déclaration de « menace » et ont appelé à ce que des mesures soient prises en réponse. Cependant, selon la presse, le Chef adjoint de la Police a réagi « plus prudemment » en indiquant qu’il ne pouvait pas évaluer à ce stade s’il s’agissait ou non d’une menace, car il pourrait s’agir de déclaration émotionnelle. Il a toutefois déclaré que de telles déclarations n’étaient « certainement pas les bienvenues, peu importe qui les fait ». Movsisian a également défendu la détention de Hayrapetian, affirmant que la police n’avait enfreint aucune loi.

L’Arménie parmi les destinations touristiques à la croissance la plus rapide au monde/ 1 894 377 touristes ont visité l’Arménie en 2019, soit une augmentation de 14,7 % par rapport à l’année précédente, a déclaré Nikol Pachinian sur Facebook. Le Premier ministre a également cité les données de l’Organisation mondiale du tourisme qui placent l’Arménie parmi les destinations touristiques à la croissance la plus rapide au monde, la classant au 12e rang avec une croissance de plus de 14 %. La presse indique également que la capitale arménienne, Erevan, fait partie des 20 destinations mondiales sélectionnées par National Geographic pour sa « Cool List 2020 ».

RĂ©daction : Lena Gyulkhasyan




Retour ďż˝ la rubrique



TÉLÉCHARGER :
 Revue de la presse armĂ©nienne du 06 fĂ©vrier 2020



Source/Lien : Ambassade de France en Arménie



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org