Aujourd'hui : Dimanche, 31 mai 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Presse arménienne : Revue du 12 mai 2020
Publié le :

Info Collectif VAN – www.collectifvan.org – Le Collectif VAN vous propose de lire cette Revue de Presse parue sur le site de l'Ambassade de France en Arménie le 15 mai 2020.



Ambassade de France en Arménie

Revue de la presse arménienne du 12 mai 2020

3538 cas confirmés de coronavirus/ Au moment de la rédaction de cette revue, les autorités ont confirmé 3538 cas de coronavirus dans le pays dont 1430 ont été guéris et 47 patients sont décédés.

Le Président a signé la loi sur la saisie des biens d'origine illégale/ Le Président Armen Sarkissian a signé le 11 mai de la loi sur la saisie des biens d'origine illégale (cf. revue du 16 avril 2020). Selon son service de presse, beaucoup de représentants du milieu des affaires, de la société civiles etc. ont exprimé leur préoccupations quant à l’impact de cette loi sur l’économie et le climat d’investissement du pays. D’après le cabinet du Président, ces préoccupations ont été discutées avec le Parlement et le Ministre de la Justice. Selon le service de presse, le Président apprécie beaucoup la lutte contre la criminalité et en même temps, il est attendu que la loi soit appliquée en stricte conformité avec ses objectifs, en tant que moyen exceptionnel de lutte contre les crimes à haut risque pour le public. « Une application injuste de la loi peut saper la crédibilité de l'État et compromettre son efficacité » indique le communiqué du Président tout en indiquant que dans le cadre des pouvoirs qui lui sont conférés par la Constitution, le Président suivra de près l'application consciencieuse et licite des lois.

Adoption des amendements à la loi sur le référendum diminuant le nombre minimum de personnes requis pour la tenue d'un référendum/ Le Parlement a adopté des amendements à la loi sur le référendum par 97 voix pour. Selon les amendements, le nombre minimum de personnes requis pour la tenue d'un référendum sera réduit de 50 000 à 25 000.

Retour sur la bagarre au parlement/ Le parti d'opposition parlementaire « Arménie lumineuse » a accusé Nikol Pachinian d'avoir toléré et incité à des attaques violentes contre ses membres suite à une bagarre qui a perturbé la session du Parlement du 8 mai (cf. revue du 8 au 11 mai 2020). Dans une déclaration publiée le 11 mai, le parti « Arménie lumineuse » a condamné le discours de Pachinian, déclarant qu'il « justifiait, rendait légitime et encourageait » ainsi la violence contre ses opposants politiques. Selon le parti d’opposition, le parti au pouvoir dépeigne tous ses opposants et critiques comme « des ennemis de l'État et du peuple » et « des éléments antiétatiques » qui peuvent donc être « légitimement agressés ». La cheffe du groupe parlementaire du parti au pouvoir, Lilit Makunts, a déclaré que les trois députés de leur parti impliqué dans la bagarre démissionneraient si les députés du parti « Arménie lumineuse » impliqués dans la bagarre, y compris le chef de ce parti, démissionnent aussi.

L'ex-premier ministre a témoigné devant la Commission parlementaire sur les hostilités d'avril 2016/ L'ex-premier ministre (2016-2018) Karen Karapetyan a témoigné devant la Commission parlementaire qui enquête sur les hostilités d'avril 2016 au Haut-Karabakh. Karapetyan a refusé de donner des détails sur son témoignage, arguant qu'il comprenait des secrets d'État. La Commission a informé que le prochain « invité » sera l'ancien Ministre des Affaires étrangères de l'Arménie (2008- 2018), Edward Nalbandian. Selon la presse, son audience sera organisée par la visioconférence, car Nalbandian vit actuellement en Russie.

Karen Karapetyan déclare ne pas avoir l'intention de revenir en politique/ L'ancien Premier ministre Karen Karapetyan, qui a gardé un profil bas et n'a fait aucune déclaration politique depuis sa démission, a déclaré aux journalistes [après son témoignage devant la Commission parlementaire] qu'il était en désaccord avec de nombreuses politiques du gouvernement arménien actuel, mais qu'il n'avait pas l'intention de revenir en politique active. Commentant le fait que lui et deux autres anciens Premiers ministres arméniens ont comparu devant la Cour pour demander la libération de l'ancien Président Robert Kocharian (cf. revue du 08 au 11 mai 2020), Karapetyan a déclaré qu’il respectait et appréciait la contribution de Kocharian à l'indépendance et au développement du Karabakh et de l'Arménie et que la procédure judiciaire durait depuis près de deux ans et pourrait bien durer beaucoup plus longtemps. Selon Karapetyan, le procès est « assez agité et politisé ». Rappelons qu’en décembre dernier, le Premier ministre russe de l'époque, Dmitri Medvedev, avait nommé Karapetyan membre de haut niveau d'un organisme qui conseille le gouvernement russe sur les principales politiques économiques et sociales. Karapetyan travaille également en tant que conseiller du Président de la Gazprombank russe.

Ministre de la Justice sur les reformes judiciaires/ La presse rend compte de la discussion entre le Premier ministre, Nikol Pachinian, et le Ministre de la Justice, Rustam Badassian. Nikol Pachinian a déclaré qu'il avait l'impression que le gouvernement n'avait pas « suffisamment illustré les réformes judiciaires » et que c'est pourquoi beaucoup de gens pensaient que le gouvernement avait oublié sa promesse de faire un « vetting » des juges. Selon le Ministre de la Justice, les outils existants dans le code judiciaire permettent de procéder aux améliorations progressives, alors qu'un « vetting » total peut avoir des impacts négatifs, de plus, le « vetting » est impossible sans des changements constitutionnels. Badassian a attaché plus d'importance à la question de savoir qui va entrer dans le système judiciaire, plutôt que de savoir qui va en sortir. Selon le Ministre, le système judiciaire reste hors d'intérêt des très bons spécialistes notamment en raison de salaires non compétitifs [entre 1 257 et 1 445 euros]. D’après lui, au cours des deux dernières années, seules 30 personnes ont étudié à l'Académie de justice, ce qui signifie qu'il y a 30 candidats pour le poste de juge, ce qui, selon lui, est un nombre extrêmement faible. Selon le Ministre, le département judiciaire a introduit un système progressif d'augmentation de la rémunération des juges avec des programmes de dépenses à moyen terme, ce qui signifie que si le gouvernement l'approuve, le salaire des juges augmentera de 50% en 2020, 60% en 2021 et 70% en 2022.

Rédaction : Lena Gyulkhasyan





Retour � la rubrique



TÉLÉCHARGER :
 Revue de la presse arménienne du 12 mai 2020



Source/Lien : Ambassade de France en Arménie



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org