Aujourd'hui : Mercredi, 5 août 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Génocide arménien : André Santini critique François Bayrou
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Les Français d’origine arménienne de la 8ème circonscription des Hauts-de-Seine étaient conviés lundi 4 juin 2007, à participer au meeting qu’André Santini, député-maire d’Issy-les-Moulineaux, ancien ministre, Vice-Président du Groupe d’amitié France-Arménie à l’Assemblée nationale, tenait à leur intention dans les murs du groupe scolaire Justin Oudin. Le Collectif VAN, en tant qu’association isséenne, vous soumet un compte-rendu de cette réunion qui a fait une large part à la reconnaissance du génocide arménien, la pénalisation de sa négation et le refus de l’adhésion turque à l’Union européenne. Et qui a donné l’occasion à André Santini d’expliquer l’une des raisons de sa rupture avec François Bayrou…


La soirée organisée par Nicole Essayan, 15ème Adjointe, en charge de la Communauté Arménienne et Arthur Khandjian, Conseiller Municipal, a réuni une centaine de participants. Outre les principaux représentants de la communauté arménienne, on y remarquait la présence du Rabbin Albert Nakache et du Dr Serge Nakache, représentant de la communauté juive d’Issy-les-Moulineaux ainsi que celle d’Alain Levy, 16ème Adjoint, en charge de la Communauté Israélite.
Etaient également présents : Paul Subrini, 1er Adjoint du Maire et nouveau Vice-Président du CG92 et Denis Larghero, Conseiller Général des Hauts-de-Seine très au fait des revendications arméniennes.

Deux personnalités étaient venues soutenir le candidat du Nouveau Centre aux prochaines législatives des 10 et 17 juin 2007 : le Sénateur Isabelle Debré (UMP) et Frédéric Lefebvre (UMP), proche conseiller de Nicolas Sarkozy et suppléant d’André Santini.

Nicole Essayan a tout d’abord lu la lettre de soutien de la FRA Dachnagtsoutioun (qui en d’autres lieux soutient les listes PS), avant de passer la parole à Arthur Khandjian qui a rappelé le combat d’André Santini pour la reconnaissance du génocide arménien et la pénalisation de sa négation.

Frédéric Lefebvre est ensuite intervenu pour affirmer partager ce combat et révéler les sentiments qu’il avait partagés avec Nicolas Sarkozy lors des atteintes à la mémoire du génocide : « Le 18 mars 2006, à Lyon, nous avions honte ». Frédéric Lefebvre a souligné que malgré « les pressions parfois odieuses des Turcs », les députés UMP, tels Roland Blum, avaient résisté. « Aux côtés du Président de la République, dans tous les combats qui vous concernent, vous pourrez compter sur nous ».
Concernant la poursuite des négociations d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne, le conseiller de Nicolas Sarkozy a argumenté que seules les négociations compatibles avec un partenariat privilégié seraient entamées… Et que sur ce dossier-là, comme sur celui du Traité simplifié, Nicolas Sarkozy essayerait de convaincre l’ensemble de ses partenaires européens.

André Santini a pris ensuite la parole pour saluer la présence des représentants de la communauté juive : « que la communauté juive reconnaisse le génocide arménien est un évènement considérable ».
Il a fustigé l’assassinat de Hrant Dink en Turquie, un « acte prémédité », dû aux « prises de position » du journaliste arménien « contre la négation du génocide arménien en Turquie » et pointé les « menaces politiques et chantages économiques de la Turquie ».

Dans son discours, André Santini a sévèrement dénoncé les propos que François Bayrou, Président de l'UDF/MoDem (Mouvement Démocratique), aurait tenus devant lui lors d'une conversation avec Christian Charrière-Bournazel, bâtonnier de Paris et Vice-Président de la Licra : « Le génocide arménien, ce n'est pas un génocide, c'est un pogrom ». François Bayrou aurait expliqué sa position reniant ses convictions passées en ces termes : « La différence avec la Shoah, c'est que le Tribunal de Nuremberg n'a pas constaté le génocide arménien ».

Cette affirmation pour le moins étonnante expliquerait, selon le député-maire d’Issy-les-Moulineaux, l’opposition de François Bayrou à la loi en faveur de la pénalisation de la négation du génocide arménien : « Dans la logique, quand on ne reconnaît pas le génocide arménien, on refuse de voter la loi de pénalisation ».

Et André Santini de conclure : « Ce jour-là, j’ai perdu des illusions ».
Avant de préciser que ce n’était pas la seule raison de sa rupture avec François Bayrou, mais qu’elle avait été décisive…

Compte-Rendu Collectif VAN – 2007 – 05 juin 2007





Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org