Aujourd'hui : Mercredi, 5 aoűt 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du NĂ©gationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenętre !  Envoyer cette page ŕ votre ami-e !
 
Une interview du Révérend Krikor Aghabaloghlu d’Istanbul
Publié le :

mercredi 6 juin 2007, Ara/armenews

En fin de semaine, du 17 au 21 mai, le pasteur de l’Eglise Evangélique Arménienne Guedik Pacha d’Istanbul, le courageux Révérend Krikor Aghabaloghlu, a rendu visite à la communauté Arménienne Américaine de San Francisco.

Le Révérend Aghabaloghlu était l’invité du Révérend Nerses de l’Eglise Congressionnaliste Arménienne Calvary de San Francisco.

Lors du banquet du samedi soir, le Révérend Aghabaloghlu a tenu un discours instructif et incisif. Le banquet a eu lieu le 19 mai, dans une salle de réception de l’église pleine à craquer. Son discours était interrompu par des tonnerres d’applaudissements et plusieurs fois par des ovations debout. Le Révérend Aghabaloghlu a également fait le sermon dominical dans une église pratiquement pleine.

Le dimanche, juste avant son départ pour New jersey, le Révérend Aghabaloghlu a accordé une interview au Magazine USA Armenian Life. Le texte qui suit est la première partie de son interview (la seconde partie sera publiée la semaine prochaine).

Magazine "USA Armenian Life." : Révérend, soyez le bienvenu aux USA. Quel est l’objet principal de votre visite aux Etats-Unis ?

Révérend Krikor Aghabaloghlu : merci. L’église Arménienne de la Fraternité du New Jersey m’a invité pour délivrer mon message à la communauté. Dans un chapitre de la Sainte Bible, les enfants de Moïse s’étaient dispersés. Et Moïse demande à son plus jeune fils Joseph ‘’ que s’est-il donc passé avec tes frères et que sont-ils devenus ? Donnes moi de leurs nouvelles.’’

Ainsi, je pense, Dieu m’a enjoint de me préparer et dit : ‘’ Fils, je t’envoie là-bas pour aller voir tes frères dispersés. Vois de quelle façon ils vivent, ce qu’ils sont devenus, et encourage les. Parle leur. Prêche parmi eux et encourage les.’’ Je remercie Dieu pour cela. Parce que j’ai beaucoup de frères qui m’invitent à venir les voir. Lundi, j’irai à New Jersey. Je resterai là-bas une semaine et je prêcherai parmi les Arméniens.

De temps à autres, des invitations me sont faites, et je ne les refuse pas, parce que je suis le serviteur de Dieu et des Arméniens. Quel est le devoir d’un serviteur ? Si le Seigneur l’appelle, le serviteur s’y rend. Notre Seigneur m’a appelé à moi aussi. Ainsi j’irai pour Le servir pour servir mes frères.

Magazine "USA Armenian Life." : Vous êtes connu dans le monde pour être un courageux chef spirituel arménien en Turquie, qui déclare, sans aucune crainte dans ce qu’on appelle aujourd’hui la Turquie, que la Turquie d’aujourd’hui s’est fondée sur les cendres de l’Arménie de l’ouest. Au cours d’émissions en direct sur la télévision nationale turque, vous avez courageusement dit aux Turcs, de façon directe, ‘ arrêtez de nier les faits du Génocide Arménien ! ’ D’où vous vient la force de montrer un tel courage ?

Révérend Krikor Aghabaloghlu : Je suis né en Anatolie et j’ai connu beaucoup d’épreuves. Parce que...

Magazine "USA Armenian Life." : par Anatolie, vous entendez l’Arménie de l’ouest ?

Révérend Krikor Aghabaloghlu : disons Arménie de l’ouest. Parce que nous sommes habitués et parce qu’il nous est enseigné de dire Anatolie pour l’Arménie de l’ouest. Ainsi, l’Arménie de l’ouest, disons plutôt l’Arménie historique. Parce que, là où j’ai été élevé, ce n’est pas chose facile que de rester Arménien et de vivre en chrétien. J’ai connu beaucoup d’épreuves et de persécutions. J’ai observé de nombreux actes de mauvais traitements. Vous faites de bonnes actions mais ne recevez en retour que de mauvaises actions. Oui !

Il y a des gens très bons qui font de belles actions et cela vous rend heureux et vous vous dites ‘‘oui, vous comprenez, c’est humain’’. L’être humain est comme ça. Mais si vous faites de bonnes actions et êtes maltraités en retour, vous ne l’oubliez pas.

...en Turquie, il y a quelques personnes très puissantes qui sont comme ça. Il y a des familles. Et il y a quelques fonctionnaires qui n’aiment pas les Arméniens. Parce qu’au fond d’eux-mêmes, ils pensent : ‘’ comment se fait-il que le peuple Arménien, au bout d’un millier d’années de vie avec nous, (note de l’éditeur - depuis 1071 année de la première invasion de l’Arménie par les Turcs), ne sont-ils pas devenus musulmans et n’aient pas été turquifiés ? ‘‘ Ils ne peuvent accepter cela. C’est pour cela qu’ils disent : ‘‘ s’ils vivent en Turquie, ils auraient dû devenir musulmans et avoir été turquifiés.’’ Si vous dites à ces personnes, ‘‘Je suis arménien’’, c’est comme si vous leur plantiez dans les yeux une épine ou une aiguille. Ils sont perturbés. Quoique vous fassiez ou ne fassiez pas, l’homme est ainsi fait. C’est dans sa nature. Alors vous serez torturés. Vous perdrez votre patrie. Vous perdrez vos écoles ; et vos maisons seront emportées. Vos églises seront confisquées. Votre population sera réduite. Et à la fin ils vous diront : ‘‘vous êtes coupables !’’.

Combien de temps, combien de temps peut-on garder le silence ? Je n’en sais rien. C’est dans ma nature depuis mon enfance, mais je ne pouvais plus tenir les lèvres closes. Mon père lui aussi, disait en tous lieux où il pouvait se rendre : ‘‘ Je suis arménien et chrétien.’’

J’étais tout petit et je répétais : ‘‘ Hayrig (mon père) pourquoi dis-tu : je suis Arménien et chrétien ? ’’ Les gens ne posent pas ce genre de questions ! ’’ Il répondait régulièrement : ‘‘ mon fils, quand tu auras grandi, tu comprendras ! ’’ Lorsque j’ai grandi, j’ai commencé à comprendre. J’ai compris qu’être Arménien et être chrétien en Anatolie était chose difficile. Ils parlent toujours contre votre religion ; contre votre nation, votre famille, votre sang. Voyez vous, ils parlent toujours de la sorte !

J’ai été enseignant, enseignant en histoire. J’ai connu beaucoup d’épreuves en Arménie de l’Ouest. Et à présent Dieu m’a appelé, et j’ai reconnu la puissance de Dieu et acquis cette puissance. Et à présent cette puissance met dans mon cœur une telle force qu’il est difficile de l’exprimer par des mots. C’est une telle grande force...

Jésus a dit : “ Le Saint Esprit sera en vous et la force vous sera donnée.”

Ayant reçu cette force, Jésus dit : ‘‘ A présent, je vais vous laisser pour être crucifié.’’ Ses disciples dirent : ‘‘que dis-tu ? Ils vont te tuer.’’ Jésus répondit : ‘‘ Je suis venu pour cet instant. Si mourir est nécessaire, j’irai et je mourrai.” Plus tard, les disciples dirent : ‘‘ alors nous irons et mourrons nous aussi.’’ Si vous avez cet amour-là, vous apprendrez du Christ !

Pour Jésus, mourir n’était rien. C’était un acquis. Plus tard, vous aussi vous direz, pour la vérité, pour le droit, pour ma nation, mourir est un jeu. Si besoin est, je peux mourir. Un million et demi [d’Arméniens] ont été sacrifiés. L’odeur de leur sang remplit mes narines. Je me souviens, car j’étais un enfant. Alors que j’étais élève, j’entendais dire tout cela encore et encore.

Plus tard, nous avons subi de mauvais traitements aux temps de la république. Jusqu’à présent, le gouvernement n’a pas changé. Il vint avec des lois en 1941-42. Il s’appropria alors ce qui restait encore aux Arméniens. Il fit de même en 1955.

Magazine "USA Armenian Life." : vous faites référence à la « varlic vergise » (taxes sur le patrimoine) ?

Révérend Krikor Aghabaloghlu : ils l’ont fait contre les Grecs en 1955. Mais ils l’ont fait encore une fois, contre les Arméniens.

Plus tard, on ne peut oublier 1974. C’était impossible ! Je ne peux trouver un nom pour cela, même si cela doit être dit. C’était inconcevable. Vous ne pouvez pas dire que c’était la loi, cela n’y correspondait pas. Le gouvernement dit : ‘‘ les églises s’enrichissent au détriment du gouvernement.’’ Et il confisqua les biens des églises.

Est ce que c’est possible ? Alors l’Eglise engagea un procès soutenant que ces biens avaient été acquis avec de l’argent et donc elle demanda ‘‘ dédommagez-nous. ’’ Le gouvernement répondit : il n’y a ni argent, ni aucun édifice pour vous.’’

CÂ’est impossible.

Nous sommes partis pour informer de ce qui se passait. L’Europe n’a pas compris. C’est seulement récemment que l’Europe s’est réveillé.

Mais le gouvernement fera ses agissements contre l’Eglise et le peuple arménien, puis écrira honteusement que ‘‘ les Arméniens nous ont poignardés dans le dos.’’ Comment vous ont-ils poignardés dans le dos ?

A présent, nous sommes dans les temps de la république, n’est ce pas ?

Est-ce que nos gouvernants peuvent dire : ‘‘ pendant les jours de la république, les Arméniens [note de l’éditeur : en Turquie] ont fait ces mauvaises actions ???’’ Avez-vous entendu qu’ils l’aient dit ?

Magazine "USA Armenian Life." : non !

Révérend Krikor Aghabaloghlu : est-ce que quelqu’un peut prouver cela ? Bon ! En 1915, on pouvait prétendre que les Arméniens massacraient les Turcs. Ou vous pouvez prétendre que les Arméniens s’étaient mis aux côtés des Russes.

Magazine "USA Armenian Life." : ils usent de prétextes.

Révérend Krikor Aghabaloghlu : alors ? Cela prouve une chose : c’est une habitude du gouvernement turc. Il veut toujours récupérer. Regardez. Le peuple a un bon fond. Les Turcs dans le peuple sont bons en majorité. Ils aiment les Arméniens. Ils connaissent les Arméniens. Mais que ce passe-t-il ? Les gouvernants, les fonctionnaires ou les militaires ne font que parler, parler, parler et ne faisant que parler, ils déroutent les gens. Ils remplissent le cœur des Turcs de mauvais sentiments, vous savez, mon frère. Alors qu’en résulte-t-il ? Et bien, ils diront : nos professeurs nous donnent de tels conseils. Ils ont raison sans aucun doute, car ce sont nos professeurs.’’

Magazine "USA Armenian Life." : dans vos propos, hier, vous avez clairement défini la confiscation des biens arméniens des années 50 et 70 comme génocide économique...

Révérend Krikor Aghabaloghlu : oui, oui j’y arrive. Oui, d’ après moi il s’agit d’un génocide économique. Il n’y a pas d’autre définition.

Vous ne pouvez pas le définir autrement. Ils prennent encore et encore. Puis ils disent sans honte : ‘‘nous n’avons rien pris. Nous ne disons rien et vous [les Arméniens] mentez.’’ Comment cela nous mentons ? Tout est vrai, si vous êtes croyants, si vous reconnaissez le Christ, Son courage vous donne la force. Et vous dites, ‘‘ s’il faut se sacrifier, je ne peux m’abstenir de le faire savoir.’’ Lorsque je suis entré dans l’Eglise et pris conscience de ces problèmes, je me suis dit ; ‘‘ c’est inacceptable ! Je ne peux pas l’accepter et j’ai commencé à le faire savoir.

C’est pour cette raison que j’ai besoin de dire à la majorité des Arméniens vivant en Europe et en Amérique qu’ils méconnaissent la vérité sur la situation des Arméniens de Turquie. Beaucoup de ces gens vous diront : ‘‘ ça va pour nous. Nous obéissons, parce que de temps à autres, ils montrent des individus à la télévision.’’

Où les trouvent-ils ? Je ne sais pas ! Leur nom sonne arménien. Mais leur coeur n’est pas arménien. Ils disent : ‘‘ nous sommes obéissants nous aussi. Rien ne se passe ici.’’ Oh là là ! Quelle sorte d’Arménien êtes vous ?

Magazine "USA Armenian Life." : complètement réduit en esclavage !

Révérend Krikor Aghabaloghlu : je ne peux comprendre qu’un Arménien puisse être lâche à ce point et dire : ‘‘ ça va bien pour nous.’’

Bon, ça ira. C’est la terre de mes ancêtres. Je ne suis pas un immigré. Je ne suis pas un mendiant. Je ne demande pas pitié à la nation turque en disant : ‘‘ s’il vous plaît, je ne sais où aller, pas de foyer où vivre. Je n’ai pas de patrie. Laissez moi entrer. Laissez moi vivre ici.’’

Je ne suis pas comme cela. L’Arménie de l’ouest est ma patrie. J’ai vécu ici depuis quatre mille ans et s’il faut payer de l’argent, je payerai des impôts. S’il faut servir dans l’armée, je le ferai aussi. Je ne suis pas un mendiant. Oui je vivrai bien. Pourquoi pas ? Pourquoi pas si d’autres vivent bien, nous vivrons aussi bien sur nos terres ancestrales.

Je suis très heureux que les églises soient ouvertes. Quoi d’autre ? Pouvez vous enseigner l’histoire arménienne dans vos écoles ?

A présent, les Turcs construisent des mosquées en Europe. Cela n’est-il pas vrai ? L’Europe est chrétienne. Elle dit : ‘‘ vous êtes musulmans. Venez et ouvrez votre mosquée. Ouvrez vos écoles et en même temps ; lors de vos jours de fête, prenez votre drapeau turc et marchez dans les rues’’. Ne peuvent-ils pas le faire ? Ils le peuvent ! N’est ce pas qu’ils le peuvent !

Magazine "USA Armenian Life." : ils en ont la liberté.

Révérend Krikor Aghabaloghlu : Aha ! Maintenant pouvez vous le faire ?

Magazine "USA Armenian Life." : en Turquie ?

Révérend Krikor Aghabaloghlu : D’abord, pouvez-vous, comme Arménien en Turquie...

Magazine "USA Armenian Life." : et en tant que peuple indigène...

Révérend Krikor Aghabaloghlu : oui, pouvez-vous prendre un drapeau arménien et commémorer une fête ? Pouvez-vous le faire ? Quelle espèce de liberté est-ce là ? De quoi sommes-nous libres ? Pouvez vous enseigner vos propres enfants dans l’école arménienne l’Histoire de l’Arménie ?

Dans toutes les écoles, le proviseur adjoint doit être un Turc, dont le travail consiste à garder un œil sur vos activités. Maintenant, êtes-vous libre ? A quel point êtes-vous libre ? Vous souhaitez déplacer votre église, parce que le nombre de gens a décliné en ce lieu. Il y a maintenant d’autres voisinages. Pouvez-vous déménager votre église et en construire une nouvelle ? Pouvez-vous construire ? Vous ne pouvez pas construire ! Selon la nouvelle loi d’il y a deux ans, alors que la Turquie essayait d’entrer dans l’union Européenne, ‘‘ Oui, à partir de maintenant, les églises pourront être réparées. Les gouvernants nous respectent à tous points de vues.’’ Pouvez-vous réparer vos églises du fait de cette nouvelle loi ?

Mais les immigrés de Turquie se sentent tellement à l’aise en Europe. Je suis content pour eux, ils méritent d’être à l’aise. Pourquoi pas ? Mais je veux voir la même chose ici en Turquie. Mais je ne peux faire de même.

Magazine "USA Armenian Life." : ce qui signifie que s’inspirant de telles libertés dont jouissent les Turcs dans le monde libre, les Arméniens ne sont pas capables d’en faire de même sur leurs terres ancestrales.

Révérend Krikor Aghabaloghlu : oui, dans leur patrie ancestrale.

Magazine "USA Armenian Life." : au cours des premiers quatre mois de cette année, deux meurtres qui ont choqué le monde entier ont eu lieu.

Révérend Krikor Aghabaloghlu : Trois ont eu lieu. Hier, ils ont encore tué cinq personnes.

Magazine "USA Armenian Life." : Vous nous donnerez plus tard s’il vous plaît, si c’est possible, quelques détails sur le troisième meurtre. Le premier a eu lieu le 19 janvier, quand les Turcs extrémistes assassinèrent le journaliste et éditorialiste arménien de ‘‘ Agos ’’ Hrant Dink. Le deuxième, si je ne me trompe pas, eut lieu le 18 avril, à Malatya, dans lequel trois chrétiens non arméniens - un Allemand et deux Chrétiens turcs - étaient assassinés. A la suite de ces meurtres, et selon beaucoup de sources, il est prévu que ces évènements deviendront plus fréquents. Pensez vous qu’il en sera ainsi ?

Révérend Krikor Aghabaloghlu : mon frère, vous savez maintenant ce qui peut arriver. Au cours de ces dernières années, le travail des missionnaires s’est multiplié. Pourquoi s’est il multiplié ? Parce que les Turcs envoient des missionnaires en Europe. Ils se disent, ‘‘ nous devrions islamiser l’Europe en totalité’. Nous devrions islamiser l’Amérique entière. ’’ Ils travaillent très dur en faisant beaucoup d’efforts. Les Chrétiens européens et les Chrétiens américains se disent : ‘‘ ces gens arrivent et veulent nous convertir à l’Islam. Allons donc en Turquie et prêchons !’’

Magazine "USA Armenian Life." : les convertir au Christianisme !

Révérend Krikor Aghabaloghlu : C’est ça ! C’est ça et rien d’autre. Mais pour eux ‘‘ toutes les routes seront ouvertes. Pour les Chrétiens, les routes seront fermées.’’ Cela n’est pas juste ! Si vous faites comme bon vous semble, en retour, les autres doivent être libres de faire comme bon leur semble.

Magazine "USA Armenian Life." : il devrait y avoir réciprocité.

Révérend Krikor Aghabaloghlu : oui, c’est ce qui devrait se faire. Quelques personnes se détachent et protestent : ‘‘ Non ! Ces gens ne viennent pas pour prêcher le Christianisme. Ils viennent pour s’approprier notre patrie, pour nous diviser. Ils viennent avec des mauvaises intentions.’’

Et les Turcs obéissent à leurs supérieurs. Si un seul professeur [turc] affirme sa vision des choses, ils le suivront aveuglément. Les masses commencent à croire que l’activité des missionnaires est une mauvaise chose, ces gens ne viennent pas seulement pour distribuer la Bible. Ils ont un projet spécial. Ils vont saper la Turquie et nous l’enlever.

Qu’est-ce à dire ? La Chrétienté entière est notre ennemie.’’

Il y a autre chose : l’Amérique est venue et a frappé l’Irak. N’en est-il pas ainsi ? Maintenant ils disent : ‘‘ Pourquoi l’Amérique a-t-elle frappé l’Irak ? L’Irak est musulman, voilà pourquoi ! Ils ne veulent pas que les pays musulmans prospèrent. Ainsi, tous les Chrétiens sont les ennemis des Musulmans.’’

Ils parlent toujours, parlent, parlent ainsi. Et ils l’écrivent dans les livres et à la télévision. Ils remplissent le cerveau des gens. Alors que font les gens ordinaires ? Ils deviennent des ennemis du peuple arménien, les ennemis des Turcs chrétiens, parce que chrétienté est animosité pour ces gens. ‘‘ Ils essaient de leur prendre leur pays.’’

Et il y a les agents secrets du gouvernement et des militaires (lÂ’Etat profond/).

Laissez moi vous dire. Il y a un colonel à la retraite, un agent du gouvernement qui après mon intervention télévisée dit à son voisin chrétien : ‘‘ si ce Krikor vivait dans ma rue, soit je l’aurais tué, soit je l’aurais chassé lui et sa famille. Il n’aurait plus été en mesure de venir dans cette rue.’’ Il vit dans l’armée. A présent il est à la retraite. Cela montre qu’il y a des gens comme lui qui ont de l’animosité contre les Arméniens. Que font-ils de ça ?

Ces agents ou la police secrète s’infiltrent parmi les jeunes qui se groupent dans les grandes villes en grand nombre et par des méthodes secrètes, leur relaient des idées comme, ‘‘je souhaite que quelqu’un tue Krikor. Nous en serions si heureux. Si vous le faites, vous serez une personne courageuse. Vous serez un héros ! Et ensuite, qu’adviendra-t-il de vous ? Nous tiendrons le drapeau turc. Nous prendrons une photo de vous.’’ Vous avez déjà vu ce genre de photo n’est-ce pas ?

Magazine "USA Armenian Life." : oui

Révérend Krikor Aghabaloghlu : N’est-ce pas ainsi que se font les choses ? Cela démontre que le drapeau est terni par du sang chrétien. Et ces gens se sentent fiers et en encouragent d’autres. Maintenant ils entrent en prison. Et comment le récompensent-ils ? Le savez-vous ? Comme des princes turcs. Et il recueille les encouragements d’autres jeunes.

A présent, ils ont trouvé une nouvelle loi. Ils disent qu’ils préparent de nouveaux livres en sorte qu’ils puissent expliquer ce ‘‘soi-disant génocide ; comment les Arméniens ont massacré les Turcs. Nous allons éduquer nos étudiants, tous nos étudiants.’’

Et des enseignants spéciaux sont préparés. Ils sont envoyés parmi les soldats. Ils donnent des cours aux soldats. Ils sont envoyés à l’étranger pour y donner des cours. Ils racontent toujours, toujours ces mensonges. En sorte que par la répétition de ces mensonges, qu’est ce qui se passe ? Vous corrompez la pensée des jeunes et l’encouragez en leur disant ‘‘vas-y, tue !’’

Magazine "USA Armenian Life." : courageux Révérend des Arméniens, dans vos sermons, vous donnez des forces et encouragez la Chrétienté, la courageuse Chrétienté, la Chrétienté active à laquelle le peuple arménien a été attaché. Quel message voudriez vous que nous relayions aux Arméniens d’Amérique et, en l’espèce, à l’entière diaspora arménienne ?

Révérend Krikor Aghabaloghlu : frère, maintenant, dans ce pays étranger, les gens vivent confortablement. Le confort apporte de la pesanteur sur l’homme. Il apporte le sommeil. Nous nous sommes là-bas, dans un pays musulman. Il y a toujours un guetteur qui vous tient éveillé. Et vous vous efforcez de rester éveillé. Ici (dans la diaspora) il n’y a pas de problème. Ils arrivent ici et ils vont se coucher. Ils s’adonnent aux traditions européennes. Ils sont immergés dans l’art de vivre et ils s’y perdent !

Je ne veux pas que le peuple arménien soit assimilé en Europe. Je ne veux pas tomber dans l’oubli. Ils devraient fructifier même encore plus. Ils devraient être encore plus éveillés. Ici, vous avez tout entre les mains. Vous devriez vous en saisir en sorte de présenter et promouvoir la nation arménienne parmi les autres nations. Cela est nécessaire. C’est pour ça que je suis venu, et ai parlé courageusement avec la grâce divine. Je veux encourager les gens, les réveiller et pour renforcer l’unité. C’est la chose la plus difficile à faire, parce que pendant de nombreuses années, nous avons manqué d’organisation pour nous rapprocher, vous savez ça.

Il y a d’abord la question du génocide. Mais à coté de cela, nous devons savoir plus que nous sommes Arméniens.

Magazine "USA Armenian Life." : ce qui veut dire que nous devons être guidés par le sentiment national.

Révérend Krikor Aghabaloghlu : Aha ! Oui ! Un leader est nécessaire. Un leader fort est nécessaire. Un guide est nécessaire. Il n’y a pas de gouvernement. A présent, l’Arménie est quelque chose de nouveau avec ses 16 années d’age. Avant cela, nous vivions sous les lois d’autres pays. Nous devrions leur dire que nous voudrions devenir une nation. Oui ! Obtenons le !

A présent, regardez ! Le peuple de Turquie est intelligent. Ils vont en Europe, envoient de l’argent en Turquie. Ils apprennent tout et commencent à travailler en Turquie. Nous devons nous aussi acquérir, gagner et faire une Arménie plus forte. Il y a une seule Arménie et un seul drapeau. Il n’y a rien d’autre.

D’un autre côté, l’autre objectif est de renforcer la Chrétienté, parce que, notre peuple Arménien a été choisi parmi d’autres peuples. Nous sommes la première nation à avoir embrassé le Christ. Nous en sommes fiers. Mais si vous demandez ‘‘ qui est Christ ?’’ les enfants arméniens ne savent pas. La famille arménienne ne le sait pas. C’est douloureux pour moi. Comment est-il possible que dans un pays libre, les églises soient vides ? Comment se ferait-il que toutes les églises soient vides ? On ne peut pas être Arménien seulement le 24 avril ou pendant une fête. Notre peuple a été sacrifié pour la seule raison qu’il était Arménien, seulement parce qu’il était chrétien. Malgré cela, il a encore préservé sa chrétienté. Ils ne se sont pas dit : ‘‘ oui, quand j’aurai abandonné le Christ, je gagnerai.’’ Ils ne se sont pas dits cela. S’ils l’avaient fait, ils auraient été maudits.

Magazine "USA Armenian Life." : Avez-vous foi en ce que la juste cause de notre peuple trouvera une juste solution dans un futur proche ?

Révérend Krikor Aghabaloghlu : si nous avons foi en Dieu, non pas en nous-mêmes ou en nos pensées. Et si nous prenons cette question d’un seul cœur, et si nos esprits sont pleins de génie, si nous trouvons le langage qu’il faut pour communiquer efficacement et si nous nous exprimons depuis le cœur de pays étrangers - et je souhaite, et je prie pour que Dieu mette dans nos esprits le génie, la sagesse - alors le problème aura sa solution.

===

Note : la négation de la Turquie du Génocide arménien et l’état des sites historiques arméniens de Turquie.

Comme élément de sa campagne négationniste, et jusqu’à ce jour, le gouvernement turc s’efforce de détruire les preuves de la présence arménienne dans l’Arménie de l’Ouest occupée par la Turquie - les régions de l’Anatolie centrale et de l’est- (aujourd’hui dénommées Turquie centrale et Turquie orientale) allant jusqu’à la destruction ou la négligence intentionnelle de sites historiques arméniens vieux de plusieurs siècles. Plus de 2500 sites sous le contrôle de la Turquie sont concernés, y compris plus de 200 monastères et 1 600 églises.

Par Appo Jabarian

Directeur de la publication/ directeur de la rédaction Magazine "USA Armenian Life."

Avec son aimable autorisation

Traduction de Gilbert BĂ©guian






Retour Ă  la rubrique


Source/Lien : NAM



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org