Aujourd'hui : Jeudi, 14 novembre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Etre Arménien en Turquie…
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous soumet cette traduction d'un article paru en turc sur Helezon. Un texte bouleversant et courageux d’un Arménien, citoyen turc vivant en Turquie, dévoilant sans faux-semblants, le quotidien d’un Arménien de Turquie. Implacable. A lire et à méditer…


Etre Arménien en Turquie…



C’est un sentiment différent que d’être Arménien en Turquie…
Il est vrai que, suite à l‘assassinat de Hrant Dink, des milliers de personnes ont crié « nous sommes tous des Arméniens » mais…

Certains milieux, n’ayant pas compris le vrai sens de ce slogan qui signifiait en réalité « nous sommes tous des êtres humains », ont donné une autre dimension aux discussions, mais …

C’est un sentiment différent que d’être Arménien en Turquie…
La vérité est qu’il ne suffit pas de le crier haut et fort pour l’être …

Etre Arménien en Turquie, c’est que tes amis connaisseurs puissent te dire « fais-nous un bon topik qu’on le mange ! »
Etre Arménien, c’est le regard bizarre de l’officier d’Etat lorsque tu vas à un bureau officiel et que tu prononces ton nom, voir même c’est l’expression moqueuse sur son visage lorsqu’il demande « Es–tu Arménien ? ».

C’est le fait que ton nom soit toujours mal orthographié…
Etre Arménien en Turquie c’est lorsque tu fais ton service militaire et que tes camarades te disent « s’il te plait prononce une fois le sermon du témoignage à Mohamed » (Nota CVAN : si on récite cette ‘chahadet‘, phrase d’allégeance à Mohamed, on devient musulman. Ainsi la personne qui réussit à la faire dire à un infidèle, en l’occurrence ici à un Arménien, mérite le Paradis).

Etre Arménien en Turquie c’est malgré tout, tomber amoureux du « Kiz Kulesi » (Nota CVAN : monument historique byzantin qui se trouve au milieu de la mer entre les deux rives d’Istanbul), c’est plonger dans des rêves en regardant Istanbul depuis la tour de Galata (Nota CVAN : tour historique datant de l’époque de Carthage. Actuellement, s’y trouve un restaurant).

Etre Arménien en Turquie, c’est lorsque votre enfant, après avoir lu des textes anti-arméniens dans ses manuels scolaires, vient vous poser des questions et vous ne trouvez pas de réponses à donner…

Etre Arménien en Turquie, c’est lorsqu’une connaissance vous présente à un tiers en disant : « un ami arménien » et ressent le besoin d’ajouter tout de suite : « mais c’est vraiment un bon gars ».

C’est malgré tout, pouvoir chanter avec amour « les chansons turques classiques » autour d’une table en mangeant du poisson, des moules farcies, en trinquant avec du raki… (Nota CVAN : la catégorie des chansons turques classiques plonge ses racines dans la musique liturgique arménienne : dans le passé, tous les compositeurs étaient des Arméniens et des Grecs. Aujourd’hui seuls les spécialistes honnêtes osent timidement dire cette vérité. De nos jours, la population turque écoute de moins en moins cette musique de qualité ; sans doute du fait qu’il lui est difficile de comprendre et de faire vivre une culture qui ne lui appartient pas. A Istanbul, tous les Arméniens connaissent et chantent toujours ces chansons…)

Malgré tout, dans des conditions difficiles, c’est le fait que certains copains te disent « ne t’en fais pas, ce sont des ignorants, nous te connaissons et nous t’aimons » et en entendant ces phrases de compassion, tu restes ému…

Etre Arménien c’est l’hésitation à dire ton nom lorsque tu te présentes à quelqu’un, et c’est l’habitude de se concentrer pour comprendre, pour déchiffrer la réaction de ton interlocuteur, après l’avoir dit …

C’est la triste réflexion destinée à trouver une explication lorsqu’à la télévision un ministre prononce l’insulte « descendant d’Arménien » (Nota CVAN : la façon dont ce mot est utilisé lui donne le sens de « bâtard ») en parlant d’un chef terroriste et que vos enfants l’entendent… (Nota CVAN : cette expression a été utilisée pour le chef du PKK Abdullah Ocalan afin de l’abaisser, et/ou de mêler les Arméniens au conflit kurdo-turc. En Turquie, il est habituel de « trouver » un Arménien derrière chaque problème. Ce discours vise à diaboliser de plus en plus les Arméniens).

Etre Arménien en Turquie, c’est aussi les questions que l’on vous adresse : « qu’en pensez vous ? » lorsqu’une loi est votée en France… Et c’est être obligé d’ajouter le mot « prétendu » devant la réponse que vous pouvez donner…
C’est ne pas pouvoir être éboueur. Etre Arménien en Turquie signifie ne pas pouvoir être fonctionnaire…

Malgré tout, lorsque vous vous trouvez sur le bateau, pendant que vous donnez des « simit » aux mouettes (Nota CVAN : sorte de brioche couverte de sésames. En arménien : « pogegh »), c’est vous rappelez combien vous aimez la Turquie…

Etre Arménien en Turquie, c’est savoir que les enseignants « placés » dans vos écoles (Nota CVAN : écoles arméniennes) ont eu des consignes de la part des officiels : « faites attention, vous êtes nos oreilles et nos yeux… ».

C’est essayer de trouver des explications pas trop vexantes, lorsque vos enfants rêvent d’être « maire » ou « préfet », c’est être persuasif pour les orienter vers un autre métier sans expliquer clairement la situation…

Car être Arménien en Turquie, malgré que vous soyez un citoyen Turc, c’est ne pas pouvoir devenir policier, fonctionnaire, adjoint, etc. … comme des immigrés turcs en Allemagne qui, eux, peuvent l’être …

C’est ne pas pouvoir être un officier militaire…

Malgré tout, c’est regarder des films populaires comme « Hababam sinifi », c’est aimer le « cig-kofté », être Arménien…
C’est pouvoir penser….c’est pouvoir produire… c’est être artiste…

Chaque fois que l’idée de partir dans un autre pays vous traverse l’esprit, c’est se rappeler combien vous aimez ce pays.

C’est être effrayé tel une colombe …

C’est être obligé de cacher votre nom en face de personnes grandies et conditionnées par des films héroïques comme « Malkocoglu » ou « Tarkan » où les méchants sont toujours des prêtres lâches ou des grecs violeurs…

Malgré tout chaque matin, à l’école, c’est réciter bravement l’hymne national et crier « Heureux celui qui se dit turc ».
C’est crier d’être un Turc heureux dans une Turquie où tu n’auras pas le droit à la parole…

Le jour où un citoyen turc d’origine arménienne pourra devenir officier d’Etat, militaire gradé, je pourrai comprendre à ce moment-là que je suis considéré comme un citoyen turc à part entière.

C’est essayer d’oublier ce traitement d’enfant adoptif (Nota CVAN - le mot utilisé est « Besleme » qui signifie : serviteur nourri, logé sans qu’il ne touche de salaire) en écoutant la chanson d‘Edip Akbayram : « ne t’en fais pas mon cœur, ne t’en fais pas… »

C’est être attaqué par une personne inconnue lorsque tu chantes la chanson populaire «Sar? Gelin» en arménien (Nota CVAN : chanson de la ville de Kars, traduite de l’arménien en turc. Après de longues discussions et polémiques visant à prétendre et prouver le contraire par des méthodes tirées par les cheveux, il a été finalement admis qu’il s’agit une chanson d’origine arménienne). C’est se résigner et la chanter en version turque ….

C’est parfois s’allonger par terre avec une paire de chaussures trouées (Nota CVAN : allusion à l’assassinat de Hrant Dink, abattu lâchement à Istanbul le 19 janvier 2007, et dont le corps gisait devant les locaux de son journal Agos, laissant apparaître l’une de ses semelles trouée), c’est défendre ses idées jusqu’au bout en apprenant la version arménienne de « Sari Gelin »…

En sommeÂ…

Ce n’est pas une affaire simple que d’être Arménien en Turquie…

Malgré tout, c’est beau, et aussi différent…

C’est une question d’amour que d’être Arménien en Turquie…
Lorsqu’on vous dit « Mon gars ! Si cela ne te convient pas tu n’as qu’à partir… »

C’est pouvoir dire à ceux-là : « C’est mon pays aussi ! »

Vahan ISAOGLU
Mardi 30 Janvier 2007


Traduction du turc: S.C. pour le Collectif Van 2007 - www.collectifvan.org





Retour à la rubrique


Source/Lien : Helezon



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org