Aujourd'hui : Samedi, 6 juin 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Lobbying : La BNP Paribas ouvre une Chaire « Turquie » à Sciences-Po
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous soumet la traduction de cet article en anglais paru sur Radikal du 07 juin 2007. Selon la presse turque, la BNP Paribas aurait décidé de financer une Chaire « Turquie » à l’IEP Institut d’Etudes Politiques (Sciences-Po) pour contrecarrer le « puissant lobby arménien ». Selon Monsieur Mariani, responsable du Pôle Services Financiers et de la Banque de Détail à l'International de la banque française, « Les Turcs ne sont pas organisés ». Ankara applaudit. Et Paris ?






La BNP Paribas, qui veut corriger la mauvaise image de la Turquie en France, ouvre une Chaire à l’Institut des Sciences Politiques à Paris.


Radikal (Turquie), 07/06/2007
Çağrı Bilgin

Mariani a dit « il faut que nous corrigions ensemble votre image de ‘tueur de Kurdes’ ».

La BNP Parisbas a acheté 50% de la Banque d’Economie Turque, la TEB. La BNP Paribas fait de gros efforts pour améliorer l’ambiance tendue entre la France et la Turquie. Pierre Mariani, responsable du Pôle Services Financiers et de la Banque de Détail à l'International, s’engage à créer ‘une Chaire « Turquie »’, à l’IEP Institut d’Etudes Politiques (Nota CVAN : Sciences-Po).

A ce sujet il a dit : « La Turquie est perçue par certains Français comme un pays qui persécute les pauvres Kurdes. Vous ne méritez pas cela nous devons travailler ensemble pour corriger cela et nous devons raconter la Turquie aux Français qui ne vous connaissent pas bien ».

Pierre Mariani a répondu à nos questions lors des tournois de tennis dont la BNP Paribas est sponsor officiel depuis 1973.
Mariani a souligné le fait que la BNP Paribas va financer la création de cette Chaire. Il a dit : « notre but n’est pas de faire du lobbying mais il faut corriger cette image. Pour améliorer le dialogue franco-turc nous avons besoin de votre soutien. Nous souhaitons que les Turcs nous rejoignent. Cela sera une première mondiale. Une Chaire « Turquie » financée par des étrangers dans une école supérieure.

Pierre Mariani a expliqué que le projet en question a été annoncé au Premier ministre Erdogan par Jacques de Larosière, membre du Conseil d’Administration, qui est l’un des anciens présidents du FMI. Le Premier ministre Erdogan a été très content de cette approche, il pense que cela sera un bon exemple. Mariani a précisé que Larosière et lui même sont des amis de la Turquie. Il a continué en disant qu’il faudra combler les lacunes et faire mieux connaître la Turquie en France et en Europe. « Le gouvernement AKP a fait des reformes considérables sur le chemin de l’UE, il faut que ses efforts soient compris et reconnus. »

En répondant à une question sur les Arméniens, Mariani a dit « Les Arméniens sont en France depuis 80 ans et ils ont un lobby très puissant. De plus ils ont réussi à atteindre des postes de décisions. En France il y a plus de Turcs que d’Arméniens mais ils ne sont pas assez puissants en terme de lobbying ; les Turcs ne sont pas organisés. On ne voit pas les représentants de la communauté turque ».

Mariani a rappelé l’Année de la Turquie en 2009 : « Nous devons nous préparer ensemble pour 2009. Par exemple, l’exposition qui a eu lieu à Londres m’avait beaucoup touché. Pourquoi cela n’a-t-il pas eu lieu en France ? ». Le Directeur Général de la TEB en répondant à cette question a dit qu’il fallait bien se préparer et qu’on pouvait envisager de faire la même exposition en France ».

Rappelons que l’Institut d’Etudes Politiques est l’école où Ismail Cem, l’ancien ministre des Affaires étrangères, décédé en Janvier 2007, avait fait son Master en Sociologie en 1981 (Nota CVAN : Ismail Cem, nom illustre de la politique moderne de la Turque, se disait social-démocrate. Et c’était vrai à une exception près… : comme la majorité des démocrates turcs qui - sur la question arménienne - s’alignent avec les nationalistes, Ismail Cam ne reconnaissait pas le génocide arménien).

Beaucoup de journalistes, politiciens et d’académiciens turcs ont étudié dans cette école prestigieuse créée en 1872. Aux yeux des Académiciens la création d’une Chaire Turquie dans cette école est un événement très important.

Traduction : S.C pour le Collectif VAN - 16:18 - www.collectifvan.org

La BNP Paribas, qui veut corriger la mauvaise image de la Turquie en France, ouvre une Chaire à l’Institut des Sciences Politiques à Paris.

-----------------------------------------------------------

Lettre ouverte

Une chaire spéciale pour la Turquie ?


Le président de BNP PARIBAS, M. Pierre Mariani aurait accordé aux journalistes turcs une interview dans laquelle il serait question de la création d’une chaire spéciale pour la Turquie au sein de l’Institution des Etudes Politiques. D’après M. Mariani, les Français ne connaîtraient pas bien la Turquie et réduiraient ce pays à l’image d’un persécuteur du pauvre peuple kurde. Informé de la proposition de M. Pierre Mariani, le Premier ministre turc, M. Erdogan lui aurait manifesté sa gratitude d’autant que BNP PARIBAS participerait au budget de financement de cette chaire.

M. J. De Larosière, conseiller d’administration de BNP PARIBAS appuierait fortement cette démarche. En réponse à une question d’un des journalistes turcs, M. Pierre Mariani aurait évoqué l’importance de la communauté arménienne en France. Depuis 80 ans, celle-ci aurait évolué et serait arrivée au sommet des institutions françaises. Cela lui aurait permis de se constituer en un lobby. Les Turcs pourtant plus nombreux que les Arméniens en France ne seraient pas organisés pour créer un lobby, aurait rappelé M. Mariani. BNP PARIBAS apporterait son soutien à la réalisation de ces objectifs pour l’année 2009 où il est question de préparer une « Année de la Turquie ».

À la lumière de cette interview accordée aux journalistes turcs, il se dégage une évidence qui ne peut être ignorée. M. Pierre Mariani s’évertue à faire connaître la Turquie aux Français. Mais le peuple français n’a pas besoin de M. Mariani pour avoir une opinion sur la Turquie. Ce pays est issu de l’Empire ottoman. Le monde entier est au courant des exactions commises par cet Empire depuis le 11ème siècle lors de son implantation en Asie mineure, sa conquête des Balkans et le siège de Vienne en Autriche. Au 20ème siècle, un million et demi d’hommes de femmes et d’enfants en ont été les victimes du génocide perpétré contre le peuple arménien. Nonobstant avoir commis ce crime abominable, l’Etat turc a confisqué les biens des Arméniens et interdit le retour des rescapés dans leurs foyers. La Turquie d’aujourd’hui est l’héritière de cet Empire. Elle renie l’acte génocidaire perpétré par ces ancêtres. En janvier 2001, la France a publiquement reconnu le génocide arménien de 1915. D’autres pays ont suivi l ‘exemple de la France. Les rescapés de ce peuple génocidé ont trouvé refuge dans divers pays du monde, en particulier en France et aux Etats-Unis. Parmi ces rescapés il ne restait pratiquement plus de notables ; la plupart des notables arméniens de Constantinople ont été victimes d’une rafle le 24 avril 1915, et pratiquement tous ont été exterminés. Les Arméniens ont donc non seulement perdu des parents, ils ont aussi été spoliés de leurs biens. Ils disposaient notamment de comptes dans les banques gérées par des institutions financières occidentales ainsi que des contrats d’assurance. Aujourd’hui, les petits-enfants de ces rescapés réclament le dû de leurs aïeux comme le dédommagement des primes et capitaux d’assurance. La société Swiss Life condamnée en justice a commencé à verser ces dédommagements. Les Arméniens disposaient également de comptes dans des banques européennes telles la Deutsche Bank ou la Dresdener Bank. Est-ce qu’il existerait pas dans les registres de BNP PARIBAS des comptes gelés depuis le génocide de 1915 ?

M. Pierre Mariani n’auriez-vous jamais entendu parler du génocide des Arméniens dans l’Empire ottoman ? Vous n’allez certainement pas ignorer que les descendants des victimes de ce génocide ont obtenu preuves à l’appui gain de cause auprès des instances internationales pour être remboursés par vos collègues banquiers. La dissimulation des actes de barbarie sera tôt ou tard révélée aux yeux du Monde. La Turquie, héritière de l’Empire ottoman doit assumer son passé même s’il comporte des pages douloureuses. C’est dans ce climat de confiance que se nouent des liens d’amitiés entre les peuples, en l’occurrence les Arméniens et les Turcs.
M. Pierre Mariani, c’est avec une connaissance approfondie de l’histoire des peuples que vous pourrez apporter un jugement impartial des faits. Si vous arrivez à persuader les autorités turques de mettre fin au blocus de l’Arménie, de reconnaître diplomatiquement l’Arménie, de faire ouvrir les frontières entre les deux pays afin d’assurer une libre circulation des hommes et des marchandises, c’est à ces conditions-là que vous œuvrerez utilement aux intérêts des deux peuples et par conséquent vous aurez contribué aux intérêts de la France.

Nersès DURMAN






Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org