Aujourd'hui : Samedi, 24 août 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Les partisans de Hrant Dink réclament une justice impartiale
Publié le :

lun. juil. 2, 2007 12:37

par Mustafa Yukselbaba

ISTANBUL (Reuters) - Un millier de manifestants ont réclamé justice lundi à Istanbul devant le tribunal où doivent être jugés 18 suspects dans le cadre de l'assassinat de l'intellectuel turc d'origine arménienne Hrant Dink.

Ce dernier a été tué par balles en janvier par un jeune homme de 17 ans, qui a reconnu les faits. Le journaliste et écrivain avait auparavant publié des textes sur le génocide arménien, contesté par Ankara, en 1915, provoquant la colère des nationalistes turcs.

Plus de 100.000 personnes avaient assisté à son enterrement, en signe de solidarité face aux violences des ultra-nationalistes.

"Tous unis contre le fascisme !", scandaient les manifestants devant le tribunal dans le quartier de Besiktas, alors que commençait la première audience.

La sécurité a été renforcée, avec la présence d'un demi-millier de policiers.

Les avocats de Dink ont estimé que l'enquête sur sa mort n'avait pas été correctement menée et ont mis en doute l'indépendance du tribunal.

Ils craignent notamment l'implication dans le dossier de membres ultra-nationalistes présents au sein de l'administration et de l'appareil sécuritaire, en mesure de détourner la loi pour servir leurs intérêts.

POSE HÉROÏQUE

Plusieurs journaux turcs ont rapporté lundi les propos de l'un des principaux suspects, Yasin Hayal, qui expliquait que lui et ses compagnons avaient tué Dink selon un ordre donné par des policiers.

"Je ne sais pas si c'était légal ou illégal, mais une chose est certaine : il y avait un groupe au sein de la police qui nous contrôlait", a-t-il écrit dans une lettre adressée aux procureurs, dans des propos rapportés par le quotidien Radikal.

"Bien que vous ayez vu ceci, vous n'avez pas protégé nos droits. Alors je vous le demande : si nous avons été utilisés pour le service de l'Etat, n'est-il pas du devoir de l'Etat de protéger nos droits ?"

La police n'a pas réagi à ces accusations.

Plusieurs responsables de la police, dont le chef des renseignements d'Istanbul, ont été renvoyés ou mutés à cause de leur traitement de l'affaire Dink.

Peu après sa mort, un enregistrement vidéo avait été diffusé, montrant l'assassin présumé prenant une pose héroïque au milieu de membres des forces de sécurité qui semblaient le féliciter.

Dink travaillait à la compréhension mutuelle entre Turcs et Arméniens. Il avait reçu de nombreuses menaces de mort, mais n'avait pas bénéficié d'une véritable protection policière.

Ses écrits sur le génocide arménien par les Ottomans ont touché un point sensible en Turquie, où la position officielle est qu'un grand nombre de Turcs musulmans et d'Arméniens chrétiens sont morts lors d'affrontements ethniques à la chute de l'Empire ottoman.

© Reuters 2007.




Retour à la rubrique


Source/Lien : Reuters France



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org