Aujourd'hui : Dimanche, 15 septembre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Procès des assassins de Hrant Dink : où sont les vrais coupables ?
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous propose la traduction d'un compte-rendu en anglais, rédigé par l'une des personnes ayant assisté à Istanbul, au procès des assassins de Hrant Dink.


L'audience s'est déroulée à huis-clos. Seuls les avocats et les familles étaient présents, ainsi que 4 journalistes. L'audience a commencé et a continué dans une chaleur étouffante. Un incident mineur s'est produit au début : à l'extérieur de la salle du tribunal, un avocat de Yasin Hayal - accusé d'avoir aidé Ogün Samast pour l'assassinat -, a insulté le journaliste Cengiz Çandar. Il l'a traité de "valet de Bruxelles" ou quelque chose comme cela et une bagarre a été évitée de justesse.

La séance a commencé sous tension. Les accusés, environ 18 personnes, étaient encadrés fermement par des gendarmes. Mais 10 minutes environ après le début de l'audience, un autre cercle de sécurité - des policiers - a été ajouté. Les avocats de Dink, plus de 150 dans la petite salle, ont été poussés ici et là de manière très énergique et se sont rebellés. Ils ont exigé que le cercle de sécurité soit démantelé et que le procès soit transféré dans une salle plus grande. La demande a été rejetée.

Ogün Samast a utilisé son droit de garder le silence. Il semblait effrayé. Erhan Tuncel, l'élément clef du dossier, a dit qu'il était "en service" tout le temps pendant les années passées, faisant des rapports sur les jeunes du quartier dans la ville de Trabzon. Il s'est plaint que les services secrets de la police pour lesquels il avait travaillé, aient refusé de réagir à ses appels visant à empêcher le meurtre. Il a dit qu'il n'a pu joindre personne le fameux mois précédant le meurtre : "ils ne se sont pas mis en contact avec moi, disant qu'ils étaient occupés ». Erhan Tuncel était extrêmement tendu. Il a annoncé que la totalité des huit personnes dont il connaissait le nom et le grade au sein des services secrets de la police de Trabzon, seraient appelées comme témoins par lui-même et son avocat. Les noms des huit policiers n'ont été ni mentionnés ni mis dans le procès-verbal, malgré les efforts des avocats de Dink. C'est le chaînon manquant de la chaîne. L'espoir des avocats de Dink est désormais de faire rendre ces noms publics.

A notre grande surprise, Yasin Hayal, l'organisateur et complice présumé, a nié la plupart des faits qu'il avait pourtant avoués à la gendarmerie et aux procureurs jusqu'à cette audition devant la Cour. Il avait l'air plutôt fâché et déterminé. Il a raconté une nouvelle version : il ne savait pas qu'Erhan Tuncel était un informateur. "Nous le connaissions tous comme un grand frère nationaliste et pieux, au début je l'ai protégé, mais après ce que j'ai appris, je ne le ferai plus désormais" a-t-il dit. En bref, Hayal a désigné Tuncel comme le planificateur et "la force de persuasion". Il a dit (et c'est nouveau) que Samast était allé voir Tuncel juste avant de partir pour Istanbul. "Quand il a quitté la maison de Tuncel, il avait un drapeau turc avec lui" a dit Hayal. De toute évidence, Hayal et Tuncel ne s'aiment pas et chacun a accusé l'autre au cours de l'audience.

Comme nous le soupçonnions, les maillons de la chaîne pointent "vers le haut", mais beaucoup de choses dépendent de la cour et de la conduite que Tuncel et son avocat vont adopter à partir de maintenant.

Rakel Dink et le frère de Hrant ont également fait leurs dépositions. L'appel de Rakel était plein d'émotion. "Je pardonne à ces gens, mais je veux, pour les générations futures, que l'Etat fasse complètement la lumière sur ce dossier " a-t-elle dit. Orhan Dink a dit : "En tant que famille de Hrant, nous ne serons jamais les gagnants ou les perdants de ce procès. Le résultat de ce procès, au contraire, prouvera si la Turquie sera la gagnante ou la perdante »

© Traduction Collectif VAN - 03 juillet 2007 - 08:00 - www.collectifvan.org




Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org