Aujourd'hui : Dimanche, 15 septembre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Turquie/Procès Dink : l'Etat profond sur la sellette
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous soumet la traduction d'une partie de l'article en anglais paru dans Today's Zaman du 4 juillet 2007.


La Police a dit à la Cour qu'il n'y avait pas de "grand-frère" dans le meurtre de Dink


Un tribunal d'Istanbul a décidé d'élargir l'enquête dans l'assassinat du journaliste Hrant Dink afin de considérer les allégations de négligence officielle dans les relations avec le meurtre, ce que les avocats du journaliste assassiné estiment être une décision porteuse d'espoir.

Cependant, une note d'information envoyée à la Cour par la plus haute autorité de la police, la Direction de la Sécurité Nationale, indique qu'il est peut-être trop tôt pour exprimer un quelconque optimisme.

La note, écrite par la Police en réponse à une demande d'audition de la Cour, affirme que Yasin Hayal, l'un des principaux suspects du procès, avait formé et dirigé un groupe criminel basé sur "des liens d'amitié" avec les autres suspects pour organiser un acte dirigé contre Dink.

La réponse arrive un jour après que les avocats de Dink ont affirmé qu'un groupe beaucoup plus grand et organisé était derrière les 18 suspects passant en justice, avec des ramifications allant jusqu'à des individus des forces de gendarmerie et de police.

La Cour a demandé des informations de la Direction de la Sécurité Nationale, au sujet d'une "organisation terroriste", à laquelle les suspects Erhan Tuncel, Yasil Hayal, O.S et les autres étaient soi-disant affiliés.

La réponse de la Police a été que Hayal était le chef du groupe ayant autorité pour donner des ordres à tous les autres membres et qu'il n'avait aucun lien avec aucun autre groupe.

La réponse de la police dit également que le département de police local de Trabzon avait utilisé Tuncel comme '"informateur" mais qu'elle avait coupé tout contact avec lui en Novembre 2006.

18 jeunes hommes inculpés dans l'assassinat du journaliste rédacteur en chef, abattu dans la rue le 19 janvier, ont comparu lors de leur procès lundi dans ce qui est décrit comme étant un test critique pour la Justice turque.

Après une audience de 12 heures le premier jour du procès, la cour a relâché jusqu'au verdict du procès le 1er octobre, 4 des 18 prévenus impliqués dans le meurtre.

Le procès se déroule à huis clos puisque O.S, âgé de 17 ans, qui a avoué avoir abattu le journaliste, est un mineur.

Les accusés comprennent une personnalité politique, Yasar Cihan, Président d'une section locale du Parti ultranationaliste de la grande Unité (BBP) qui est accusé d'avoir donné de l'argent à Hayal après le meurtre.

Le souci principal des avocats de Dink est que le procès ne plongera pas au coeur du crime haineux qui, selon eux, a bien été organisé par un réseau d'ultranationalistes en collaboration avec des individus ayant accès au pouvoir de l'Etat. Peu de temps après le crime, une vidéo avait circulé montrant le suspect principal tenant le drapeau turc, encadré de chaque côté par un policier et un officier de gendarmerie. Les responsables de la sécurité avaient été renvoyés du fait de cet incident.

Fethiye Çetin, une des avocates de la famille de Dink a tenu mardi une Conférence de Presse et a réitéré ses réclamations disant que ceux qui passaient en justice comme suspects n'étaient pas les commanditaires réels de l'assassinat de Dink. Elle a exigé que la gendarmerie et les fonctionnaires de police qui étaient responsables de négligence soient inclus dans ce procès comme suspects. Çetin a mis en évidence que dans les preuves livrées devant la cour lundi, tous les suspects avaient dit "qu'ils étaient commandés par un groupe à l'intérieur du département de police".

Se référant aux commentaires faits par un avocat représentant Hayal et louant deux anciens officiers de l'Armée, Çetin a juré qu'ils chercheraient les liaisons entre les officiers mentionnés et l'avocat. L'avocat d'Hayal, Fuat Turgut, a lundi, publiquement chanté les louanges de Muzaffer Tekin, capitaine à la retraite, arrêté pour la possession d'un dépôt d'armes trouvé dans sa résidence et également du retraité Maj. Fikret Emek, dont il est apparu qu'il était le propriétaire d'une autre maison où il était habituel de stocker des armes à feu et des munitions.

L'avocat d'Hayal a mentionné les deux anciens officiers comme étant "de vrais patriotes."
(...)
En tant que partie civile, la famille de Dink a dit qu'elle élèverait une objection à la sortie de certains des suspects lundi.

"C'est pourquoi nous avons tout le temps exigé que les commanditaires réels - particulièrement ces individus à l'intérieur de la gendarmerie et de la police, dont les liens avec les suspects ont été confirmés et qui n'ont pris aucune mesure contre le meurtre de Dink malgré qu'ils aient eu tous les renseignements à ce sujet - comparaissent devant la cour sous la charge d'avoir permis au crime de se produire, par négligence ou par participation."

Traduction Collectif VAN - 04 juillet 2007 - 14:25 - www.collectifvan.org




Retour à la rubrique


Source/Lien : Today's Zaman



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org