Aujourd'hui : Samedi, 21 septembre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Turquie : l’épreuve de la justice et de l’éthique
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous propose la traduction d'un article de Sahin Alpay, paru en turc dans le journal Today's Zaman daté du 05 juillet 2007. A propos du procès des assassins de Hrant Dink et des commémorations des massacres de Sivas, le journaliste s'interroge : "N'est-ce pas la preuve même de la cruauté de notre peuple? Les responsables ne sont toujours pas punis. N'est-ce pas la preuve évidente que nous sommes très loin d’être un Etat de droit? ".


La Turquie devant l’épreuve de la justice et de l’éthique


Sahin Alpay, Zaman, 05.07.07


Je fais partie de la génération ayant le même âge que la Turquie qui prétend être un pays de justice et de démocratie. J’ai commencé l’école primaire à l'époque où le pouvoir était confié à un gouvernement par des moyens pacifiques, sans verser le sang.

Mes souvenirs politiques les plus anciens concernent la victoire électorale du Parti Démocrate. Comme tous les gens de ma génération, j’ai cru et je suis attaché au fond de moi, à ces valeurs démocratiques.
Seulement, je dois dire que ce que nous vivons ces derniers jours me torture moralement.

Tout d’abord, j’ai été secoué par le discours électoral du chef du parti MHP (Nota CVAN : Parti d'extrême-droite connu sous le nom de ‘Loups Gris’), Devlet Bahceli, lorsqu’il a proposé de ‘la corde’ au Premier ministre Erdogan. “Si tu as de l’argent pour acheter un bateau à ton fils, tu dois aussi trouver de l’argent pour acheter de la corde pour pendre. Si tu ne peux pas, je te la donne...”
Ensuite la réponse du Premier ministre: “Si tu ne trouvais pas de la corde, tu aurais pu la demander au peuple. Mon peuple aurait pu te l’envoyer... On n’aurait pas trainé l’affaire jusque là...” (Nota CVAN : sans doute une allusion au leader kurde emprisonné Oçalan et à la peine de pendaison que certains voudraient lui infliger).

Comme si la peine capitale n’avait pas disparu dans tous les pays démocratiques. Comme si la peine capitale n’avait pas disparu dans tous les pays de la Communauté européenne.
Comme si la Turquie n’avait pas cessé de condamner à mort depuis 1952, date à laquelle la Turquie est devenue membre du Conseil européen. Depuis 1984 effectivement, depuis 2002 juridiquement, la Turquie a cessé de condamner à mort.
Comme si le MHP n’était pas au pouvoir lorsque la loi est passée.
Le plus inquiétant dans cette affaire, dans la Turquie de 2007, est que le chef d’un parti politique utilise la haine et la rage pour agiter les électeurs et qu’il peut faire des calculs électoraux en jouant le bourreau.

Les évènements étudiés lors du procès de Hrant Dink étaient aussi pénibles. Hrant Dink, un précieux confrère qui s’est consacré à la réconciliation des Turcs et des Arméniens.
En commencant par l’assassinat d’Adnan Menderes, ma génération a vu beaucoup d’assassinats politiques. Mais dans notre histoire démocratique, aucun meurtre n’a été commis si manifestement, si visiblement. Aucun meurtre politique n’a été commis après des dénonciations (avertissements), 17 fois...

Alors qu'il n'avait rien fait. Aucune des victimes de meurtre politique n’a été menacée par les responsables de la police de faire attention à ce qu’elle disait, sinon elle pouvait être tuée!...

Aucune de nos précieuses victimes n’a écrit la veille de son assassinat qu’elle se doutait qu’elle allait être tuée mais qu’elle refusait de quitter son pays...
Aucun criminel de ces assassinats politiques n'a été qualifié de héros par les responsables de la police... Personne portant le titre d’avocat n’a joué aussi ouvertement le rôle de provocateur haineux...

Lors des procès, aucun avocat de suspect n’a qualifié le peuple de ‘bande de chiens’ comme cela a été le cas pour la foule qui était là pour soutenir la famille de Dink. Personne n’a insulté les avocats de la victime comme cela a été le cas pour les avocats de Hrant : “Allez en enfer, vous êtes tous Arméniens!...”

Tant que les individus crachant la haine et la rage ne sont pas exclus du barreau, aussi longemps qu’ils ne sont pas condamnés à la peine qu’ils méritent, tant que tous les responsables de l’assassinat ne sont pas dénoncés et condamnés, on ne pourra pas parler d’un Etat de droit en Turquie.

Lors de ces derniers jours, nous nous sommes rappelés avec tristesse le 14ème anniversaire de l’horrible évènement où 35 personnes ont péri, brûlant vives suite à l’attaque d’une foule fanatique à Sivas.
Le bâiment en question sert toujours d'hôtel. Ce lieu ne s'est pas transformé en batiment témoin pour qu’un évènement semblable ne se produise jamais plus.
N'est-ce pas la preuve même de la cruauté de notre peuple?
Les responsables ne sont toujours pas punis. N'est-ce pas la preuve évidente que nous sommes très loin d’être un Etat de droit?

© Traduction du turc: S.C. pour le Collectif VAN - 11 juillet 2007 - 15:50 - www.collectifvan.org






Retour à la rubrique


Source/Lien : Today's Zaman



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org