Aujourd'hui : Samedi, 21 septembre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
USA : Le Génocide arménien en débat
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous soumet la traduction de la chronique de Harut Sassounian du 23 Août 2007 publiée par The California Courier. Harut Sassounian retrace dans sa chronique l’historique du scandale qui a secoué cet été les milieux juifs américains : de nombreux Justes juifs des USA s’élèvent contre Abe Foxman, Directeur de Ligue Anti-Diffamation (ADL), qui nie le génocide arménien commis par la Turquie en 1915 et fournit un soutien politique à la campagne négationniste turque.
Un leader juif important a demandé à Foxman de "démissionner immédiatement par égard pour la communauté juive aux États-Unis et dans le monde."





Des Justes Juifs, des Arméniens et d’autres exigent la démission du Directeur de l’ADL


De Harut Sassounian
The California Courier
Chronique de Sassounian du 23 Août 2007

Pendant des années, les Arméniens-Américains se sont sentis frustrés et fâchés par le fait qu’un petit nombre d’organisations juives-américaines influentes sapaient les efforts de reconnaissance du génocide arménien par le Congrès, en fournissant un soutien politique à la campagne négationniste turque.

Dans un même temps, la communauté arménienne s’est réjouie du fait que de nombreux groupes juifs, des chercheurs, voire des officiels israéliens, contrairement à la politique de leur gouvernement qui minimise le négationnisme turc, ont pris une position ferme sur cette question et qu’ils ne succombent pas au chantage de la Turquie.

La communauté arméno-américaine s’est renforcée politiquement et a obtenu le soutien de nombreuses organisations et d’individus juifs ces dernières années : elle a ainsi commencé à défier activement et à contrer tous les efforts de négation du génocide.

La dernière controverse en date a surgi le mois dernier lorsque David Boyajian, un militant de la région de Boston, a envoyé une lettre à l’éditeur de Watertown Tab, pour se plaindre du fait qu’Abe Foxman, Directeur National de la Ligue Anti-Diffamation (ADL), avait fait plusieurs déclarations dans les médias, qui jetaient le doute sur la réalité du génocide arménien. Foxman est cité : "Les Turcs et les Arméniens ont besoin de revisiter leur passé. La communauté juive ne devrait pas être l’arbitre de cette histoire. Et je ne pense pas que le Congrès américain devrait se poser en arbitre, non plus."

En outre, l’ADL, ainsi que le Comité Juif Américain, B’nai B’rith International et l’Institut Juif pour les Affaires de Sécurité Nationale (JINSA) ont récemment transmis une lettre au Congrès américain, émanant de la petite communauté juive de Turquie, s’opposant à la résolution sur le génocide arménien en attente de vote au Congrès.

Dans sa lettre, Boyajian émet des objections quant au sponsoring par la Ville de Watertown, Massachusetts, du programme anti-raciste de l’ADL -- "No Place for Hate" – au moment où l’ancien directeur faisait des remarques dénigrantes sur le génocide arménien.

En réponse aux lettres de divers autres lecteurs, les journaux de Boston ont couvert la controverse de façon intensive et ont publié des articles critiques sur Foxman et l’ADL. Le Conseil Municipal de Watertown s’est réuni et, à l’unanimité, a décidé de se dissocier du programme "No Place for Hate" en raison de son affiliation avec l’ADL. D’autres villes du Massachusetts pensent entreprendre une action similaire.
La controverse s’est étendue lorsque un grand nombre de juifs-américains ont ouvertement contesté et durement critiqué l’indifférence de Foxman envers le génocide arménien, considérant totalement inacceptable que le leader d’une organisation qui se bat contre le parti pris puisse avoir une attitude aussi cavalière envers le génocide. Nombreux sont ceux qui ont demandé sa démission immédiate.

Andrew H. Tarsy, le directeur régional de l’ADL pour la Nouvelle Angleterre, a convoqué une réunion d’urgence du Conseil de l’ADL qui a voté la semaine dernière que l’ADL revoit rapidement sa politique de négation du génocide.
En réponse aux critiques croissantes, l’ADL National a mis en ligne sur son site Internet une déclaration -- publiée cette semaine en tant qu’annonce payante dans le Boston Globe et le Jewish Advocate -- disant que l’ADL "a reconnu et n’a jamais nié les massacres" des Arméniens, tout en prétendant que "les efforts législatifs hors de la Turquie sont contreproductifs par rapport au but qui est que la Turquie se confronte à son passé."

Le quartier général de l’ADL a également envoyé une lettre au conseil local de l’ADL, signée par le Président Glen Lewy et le Directeur Foxman, déclarant que le Conseil régional n’avait pas autorité pour recommander publiquement une politique contraire à la position de l’ADL. La lettre se réfère au génocide arménien comme étant "une dispute entre les Arméniens et la Turquie" et elle décrit le génocide comme un "massacre."

Foxman a alors licencié le directeur régional de l’ADL, Tarsy, pour avoir défier la position de l’ADL sur le génocide arménien. En représailles, le Comité Exécutif de l’ADL pour la Nouvelle Angleterre a soutenu Tarsy et a décidé de soutenir activement la résolution au Congrès, sur le génocide arménien.
Dans un article conjoint paru dans le Boston Globe, le Professeur Alan Dershowitz, d’Harvard, et le Représentant du Massachusetts, Rachel Kaprielian ont appelé à une affirmation sans équivoque du génocide arménien et ont félicité les bureaux régionaux de l’ADL de l’avoir fait.

Le renvoi de Tarsy a suscité une fracture importante entre le Conseil régional et le Quartier général de l’ADL. Deux membres éminents de son Conseil régional pour la Nouvelle Angleterre, Stewart Cohen, l’ancien directeur de Polaroid Corporation, et le membre du Conseil Municipal de la Ville de Boston, Mike Ross, ont démissionné pour protester. Ils ont dit qu’ils ne pouvaient plus faire partie d’une organisation qui ne reconnaissait pas le génocide arménien. Selon la presse, d’autres membres du Conseil régional envisagent de remettre leur démission.

Un autre leader juif important, George Beilin -- un ancien président du North Shore Council of the B’nai B’rith Organization -- a demandé à Foxman de "démissionner immédiatement par égard pour la communauté juive aux États-Unis et dans le monde." Steve Grossman, un ancien membre du Conseil régional de l’ADL, a qualifié le renvoi de Tarsy comme étant "un acte vindicatif, intolérant et destructeur."

Le Boston Jewish Community Relations Council a aussi pris la défense de Tarsy, en émettant une déclaration pour soutenir la reconnaissance du génocide arménien. Ronne Friedman, un rabbin du Temple Israel, la plus grande synagogue de Boston, a été cité par le Boston Globe: "Je suis atterré d’apprendre cette nouvelle [du renvoi de Tarsy]. Je pense que c’est un comportement inexcusable de la part du bureau national." Pour obtenir davantage de déclarations et d’articles à ce sujet, consultez: www.noplacefordenial.com.
Si Foxman ne devait pas répondre aux appels, de la communauté juive et des autres, demandant sa démission:

-- Au Président français Nicolas Sarkozy, qui est un descendant de survivants de l’holocauste: lui demander d’annuler la Légion d’Honneur dont Foxman avait été décoré en 2006 par le Président Jacques Chirac, la plus haute distinction civique en France.

-- Les villes dans tous les États-Unis devraient suivre l’exemple de Watertown et se dissocier du programme de l’ADL’ “NPFH”, tant que Foxman persistera dans sa position négationniste sur le génocide arménien.

Foxman devrait s’écarter afin d’éviter à l’ADL de subir davantage de dommages sur le bon travail qu’elle effectue. Il est inconcevable qu’une organisation qui se bat contre la discrimination soit dirigée par une personne qui nie le génocide. Le nouveau directeur de l’ADL devrait faire une déclaration claire reconnaissant le génocide arménien et il devrait déclarer que l’organisation soutient la résolution sur le génocide en attente de vote au Congrès.

© Traduction C.Gardon pour le Collectif VAN - 27 août 2007 - 08:15 - www.collectifvan.org





Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org