Aujourd'hui : Samedi, 20 juillet 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Turquie : Les élucubrations du Pr Halacoglu
Publié le :

Après les propos scandaleux du 18 août, le directeur de la Société d’Histoire Turque, le professeur Halacoglu a fait une autre déclaration le 21 août. « Afin d’éviter les déportations de 1915, les Arméniens ont feint être Alawits ou Kurdes, et se sont convertis à l’Islam. Dans les années 20 le nombre de ces arméniens atteignait les 100.000. Dans les années 1936-37 le gouvernement a tout révélé. J’ai ces listes », a-t-il indiqué.

Le texte, bien que plus précis que le précédent, n’a fait qu’accroître les rumeurs au sujet de Halacoglu. Néanmoins, la partie la plus remarquable de tous ces propos, c’est que Halacoglu a involontairement mais de fait, admis que les déportations de 1915 signifiaient la mort des Arméniens.

Halacoglu ne mentionne même pas qu’un grand nombre des jeunes femmes et d’enfants Arméniens ont été convertis de force à l’Islam, mais seulement que l’Islam n’a pas sauvé les Arméniens convertis des massacres. Autrement pourquoi les Kemalistes aurait découvert leurs existences et fait des listes qu’en 1936-37 ?

En raison des propos de Halacoglu, Nevzat Onayan dans un article édité sur « Evrensel.net », a découvert que dans les années 1935, le gouvernement turc a réalisé deux types de recensement de la population – l’un public, l’autre secret. Le ‘secret’ a été réalisé en juillet 1935 alors que le ‘public’ a eu lieu en octobre 1935. La loi correspondante avait été adoptée le 3 mai 1934. Cette loi n’a jamais été publiée, mais a été appliquée en secret. D’ailleurs, le 14 juin 1934 le ministre de l’Intérieur turc, Sukryu Kaya, ami intime de Kemal Atatürk et juif de Salonique par ses origines, a annoncé au parlement : « Chers Messieurs, ceci est une loi, qui assurera le résolution du problème le plus important de l’Etat, le problème de la langue ».

D’ailleurs, le 22 août l’agence de presse « BIA » a signalé qu’à la veille même de la Première Guerre Mondiale, le Parti « Ittihat ve Terakki » (Union et Progès, parti des Jeunes Turcs, ndlt) a envoyé un certain Esat Uras dans les provinces arméniennes de l’Empire ottoman, afin de découvrir si les Arméniens pourraient être assimilés avec les autres peuples ou non. Ce dernier est arrivé à la conclusion suivante : « les Kurdes peuvent être assimilés, mais les Arméniens - non ; donc ils doivent être neutralisés ».

Dans l’édition du 7 septembre du quotidien « Radikal », Fuat Dyundar a complété l’information de l’agence « BIA » : « Particulièrement à l’automne 1915, quand la majeure partie des Arméniens d’Anatolie a été déportée, Tallât Pacha a commencé la persécution des Arméniens convertis. Le Service des Statistiques a demandé de recueillir des informations sur les Arméniens convertis et d’envoyer des rapports aux autorités centrales chaque mois. Les autorités ont exigé non seulement le nombre d’Arméniens concernés, mais également leurs adresses et celles de tous les membres de leur famille ».

Il note que l’ordre de 1915 concernant la déportation de tous les Arméniens a forcé beaucoup d’entre eux à adopter l’Islam, afin de sauver leur vie. Au début Tallât Pacha a ordonné ne pas expulser les Arméniens convertis, mais quand leur nombre s’est considérablement accru, il a changé d’avis et a ordonné l’expulsion de tous les Arméniens, indépendamment de leur religion. Plus tard, Tallât a fait voter une loi stipulant que les Arméniennes mariées avec des Turcs n’étaient pas sujettes à la déportation.

Dyundar poursuit : « l’adoption de l’Islam par les familles arméniennes, dans les villes et les villages, était impossible. Les Arméniens pouvaient sauver leurs vies que parmi les rebelles Kurdes, localisés principalement à Dersim et à Sincar. Par conséquent, tous Arméniens ne pouvaient pas se transformer en Alawits, car le Service des Passeports avait enregistré la nationalité de tous les villages. En d’autres termes, les citoyens des villages arméniens n’avaient aucune raison de feindre d’être Alawits, ce qui ne les aurait pas sauvé de la déportation. Ce qui signifie qu’attribuer des origines arméniennes aux Kurdes Alawits et augmenter ainsi le nombre d’Arméniens convertis à hauteur de 100.000 n’a plus rien à voir avec la Science ».

« Actuellement il y a certains cercles en Turquie, qui sont bien plus réactionnaires que les ‘Ittihatistes’, qui se nomment d’ailleurs eux-mêmes des ‘Néo—Ittihatistes’, précise Dyundar.

Pour réduire le nombre de Kurdes de la Turquie, les autorités essayent de représenter certains d’eux, en tant qu’anciens Arméniens ou Juifs. Dans le même temps ils essayent de nier le génocide, en avançant que les Arméniens « massacrés » sont en fait devenus des Alawits.

Dyunbdar refuse également de croire que Halacoglu possède ces listes d’Arméniens. Il pense que Halacoglu, qui a consacré toute sa vie à la négation du génocide arménien, aurait depuis longtemps édité ces listes et les aurait traduites dans toutes les langues connues, si seulement il les avait eues.

On pourrait penser que les conclusions de Dyundar expliquent tout. Mais ces prétendues listes d’Arméniens convertis qui ont été faites en 1936-1937 et leurs découvertes 70 ans après, cachent certainement d’autres raisons.

N’oublions pas que le parti islamiste d’Erdogan ‘Justice et Prospérité’ n’a pas privé l’élite turque de ses privilèges, mais a élargi la base pour soulever la question de certains « convertis », tels que les juifs convertis de Salonique, qui représentent la majeure partie de cette élite.

Le 29 août, le quotidien « EL Aziz » a publié un article, qui illustre tout les propos ‘farfelus’ de Halacoglu concernant l’élite juive de la Turquie. C’est un article remarquable et qui devrait être mentionné dans d’autres publications.

Traduction dÂ’un article de H. Charkian, AZG




Retour à la rubrique


Source/Lien : Feajd



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org