Aujourd'hui : Samedi, 21 septembre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Génocide arménien : les perceptions turques
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous propose la traduction de la deuxième partie d'un article en anglais paru sur Turkish Daily News le 26 septembre 2007. Le journaliste C.Cem Oguz persévère dans la seconde partie de l’article consacré à son analyse de l’avenir des relations arméno-turques. Selon lui, « les allégations du "génocide" arménien sont infondées et inacceptables », mais la Turquie devrait « créer un monument aux morts pour que les Turcs puissent rendre hommage aux victimes de la Première Guerre mondiale, y compris celles d’origine arménienne »… Un faux grossier pour essayer de noyer le poisson et faire croire aux yeux du monde que l’Etat turc reconnaît le génocide arménien, tout en continuant à le nier en toute impunité. Grandiose.


Le Patriarche Mutafian et la version arménienne du 301 (IIe partie)


Jeudi 2 septembre 2007
C. Cem OĞUZ

Les perceptions turques


La réconciliation turco-arménienne est en fait depuis bien longtemps un champ de bataille politique, plutôt qu’un sujet d’éthique.

Les vues unilatérales et l’implication biaisée de l’Occident rendent la situation encore plus compliquée. Il y a un besoin urgent d’empathie, mais les résolutions parlementaires justifieront simplement des points de vue respectifs, fermant davantage les portes au dialogue. Si j’étais une autorité européenne ou américaine, je réfléchirais certainement à la raison pour laquelle le Patriarche, dans le discours en question, aurait pu critiquer les grandes puissances de l’époque, de la France aux U.S.A, puisqu’elles avaient une responsabilité également.

Actuellement, aucun Turc sensé ne sous-estime l’étendue de la tragédie subie sur ces terres au cours des deux derniers siècles. La réminiscence, cependant, ne vient pas facilement car elle provoque de façon inhérente une sorte de réflexe d’auto-défense. Les Turcs perçoivent l’insistance de la réconciliation avec le passé comme ayant des motifs politiques.

La méfiance turque se renforce. De fait, une autre question émerge ici, qui, si elle n’obtient pas de réponse, me rend pessimiste quant aux perspectives de réconciliation turco-arménienne : est-ce que les sociétés peuvent se réconcilier avec leur passé si elles se sentent de moins en moins en sécurité ?

Dans un tel contexte, mes suggestions à l’État turc pour aborder les allégations arméniennes incluraient les étapes suivantes :

I. Court terme: convoquer immédiatement la Grande Assemblée Nationale Turque pour formuler une déclaration nationale, destinée à être signée par tous les partis politiques siégeant ou non au parlement, qui réaffirme que les allégations du "génocide" arménien sont infondées et inacceptables, ajoutant que la Turquie est prête à payer les conséquences de son prétendu « déni », quelles qu’elles soient ; mettre en place une institution intergouvernementale avec la participation des branches significatives du gouvernement afin de gérer efficacement les allégations arméniennes et l’ignorance de l’Occident ; augmenter nos efforts internationaux en vue d’une commission conjointe d’historiens ; et ne pas ouvrir la frontière tant que l’Arménie n’annonce pas qu’elle est d’accord pour trouver une solution pour les territoires occupés en Azerbaïdjan et au Nagorno-Karabakh.

II. Moyen terme: Encourager le développement d’un réseau de groupes citoyens ou d’ONG pour promouvoir la compréhension et empêcher des vagues de colères populaires dans les sociétés ; créer un monument aux morts pour que les Turcs puissent rendre hommage aux victimes de la Première Guerre mondiale, y compris celles d’origine arménienne ; convoquer un groupe de travail de chercheurs pour préparer des livres d’histoire qui empêcheront les deux parties d’utiliser des ouvrages qui promeuvent la xénophobie et le nationalisme ; institutionnaliser des visites réciproques de haut niveau.

III. Long terme : Travailler à la formulation d’une législation similaire à celle qui existe en Allemagne, qui restreint les « propos racistes » envers les citoyens non musulmans du pays.

Après avoir vu ce qu’a eu à endurer le Patriarche Mutafian, tant chez les Turcs que chez les Arméniens, je suis attristé de dire que l’on ne peut être optimiste quant à ce noeud gordien*. Je trouve ceci particulièrement démoralisant, car je crois que le conflit ne peut être résolu que par des actions émanant de braves gens, comme le Patriarche.

©Traduction C.Gardon pour le Collectif VAN 29 septembre 2007 - 10:30 - www.collectifvan.org


*Nœud gordien est une métaphore pour un problème inextricable, finalement résolu par une action brutale (« trancher le nœud gordien »). Cette légende est associée à Alexandre le Grand.
(Source Wikipédia)

Lire la première partie de l'article

Turquie : négationnisme 301





Retour à la rubrique


Source/Lien : Turkish Daily News



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org