Aujourd'hui : Dimanche, 15 décembre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du NĂ©gationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenętre !  Envoyer cette page ŕ votre ami-e !
 
Turquie : « Hrant a été tué par l’Article 301 »
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous propose cette traduction d'un article en anglais paru sur Bianet du 01 octobre 2007. "N’oubliez pas, car oublier tue" a déclaré Claudia Roth du parti allemand Les Verts, venue assister lundi 1er octobre au procès des assassins de Hrant Dink. Le Comité de Surveillance du cas Hrant Dink a donné une conférence de presse Place Besiktas, près du tribunal. Il y a avait environ 200 participants, et parmi eux l’écrivain Ragip Zarakolu. Ils portaient tous des photos de Hrant Dink. Après la conférence ils ont crié, “Nous sommes tous Hrant Dink, nous sommes tous Arméniens”.


Le suspect regrette d’avoir tué Hrant Dink


"Je ne l’aurais pas tué, si j’avais su qu’il avait une famille" a regretté O.S. soupconné du meurtre du journaliste Dink. Trois des huit suspects en détention ont été interrogés par les avocats de la défense. Les accusés ont donné des versions contradictoires.

Bıa news centre
01-10-2007
Erol Ă–NDEROĞLU-NilĂĽfer ZENGİN

C’était aujourd’hui la seconde audience du procès du meurtre de Hrant Dink, et la déposition de O.S, le tireur soupçonné, a été entendue. Les procureurs adjoints ont dit à Bianet que O.S avait déclaré : "Yasin Hayal m’a forcé à faire ce boulot. J’avais peur, je ne sais pas comment ça s’est passé, j’ai tiré sur Hrant Dink. Quand j’ai repris mes esprits, j’étais chez mon oncle. Je n’ai pas pu dormir, j’avais des remords. Si j’avais su qu’il avait une famille, je ne l’aurais pas tué."

Trois dépositions ont été enregistrées

Les avocats de la défense ont d’abord interrogé les accusés. Les procureurs adjoints avaient demandé que les huit accusés en détention viennent au tribunal, mais seules les dépositions de O.S., Tuncay Uzundal et de Zeynel Abidin Yavuz ont été entendues. Certains suspects non détenus n’étaient pas présents.

O.S. : JÂ’ai pris de la marijuana et de lÂ’ecstasy

Selon le procureur adjoint, Bülent Akbay, O.S. a prétendu que Tuncay Uzundal et Yasin Hayal avaient organisé le meurtre, et que lui, avait essayé de l’empêcher. Il a de plus déclaré que Yasin Hayal lui avait donné deux pilules d’ecstasy pour l’encourager, et qu’il avait fumé de la marijuana et ensuite pris les deux pilules le matin du meurtre.

Uzundal prétend dans sa déclaration que le suspect et informateur de la police, Erhan Tuncel, avait des contacts avec les leaders du PKK (Parti des Travailleurs Kurdes) et qu’il soupçonnait le PKK d’avoir commis le meurtre.

Théories du complot pour détourner l’attention

Fuat Turgut, lÂ’avocat controversĂ© du suspect Yasin Hayal, est lui-mĂŞme en procès pour une autre affaire de comportement menaçant, et il a publiquement apportĂ© son soutien Ă  la chanson du chanteur nationaliste Ismail TĂĽrĂĽt qui a rĂ©cemment fait la une des journaux. Lors dÂ’une pause, Turgut a dit : "Dans cette affaire de meurtre, nous devons rĂ©flĂ©chir dans une optique internationale. Penser aux assassinats de gens tels que Uğur Mumcu, Ahmet Taner Kisasli, Necip Hablemitoglu. Ce ne serait pas le premier meurtre commis par IsraĂ«l ou les Etats-Unis."

Aucune foi dans le procès

Les procureurs adjoints ont dit que les accusés avaient donné "des réponses très impérieuses" et que le meurtre était toujours entouré de mystère. Le journaliste Etyen Mahcupyan a analysé les différentes dépositions faites par les suspects et il a dit, "Peu importe, même s’il y a des divergences."
Le frère de Hrant Dink, Levent Dink, a déclaré, "C’était sûr dès le départ, que ce procès serait superficiel. Je savais qu’ils exploiteraient les failles du Code pénal turc qui a toujours besoin de se développer. Ils vont s’en sortir en s’accusant mutuellement.

Des membres de la famille de la veuve de Hrant Dink, Rakel Dink, Sevan et Mihail Yagbasan, sont venus de Bruxelles pour assister aux audiences, mais on leur a refusé l’entrée dans la salle du tribunal.

Lors de la seconde partie de lÂ’audience, les procureurs adjoints interrogeront les suspects.

Uras : une commission parlementaire est prévue

Ufuk Uras, le Sénateur d’Istanbul du Parti Liberté et Solidarité (ÖDP) a assisté à l’audience. Il a déclaré à Bianet, "Nous allons mettre en place une commission parlementaire chargée d’enquêter sur le meurtre de Hrant Dink. Nous ferons tout pour que la lumière soit faite sur ce meurtre. Sans cela, il est impossible d’avoir une politique saine et une société transparente en Turquie."

"Le gouverneur de Trabzon est un partenaire du crime"

Faisant référence à l’enregistrement d’une conversation téléphonique, récemment découverte, entre le suspect Erhan Tuncel et l’officier des renseignements de la police, Muhittin Zenit, Uras a accusé le gouverneur de Trabzon, qui a décidé que la police de Trabzon n’avait pas besoin de subir d’interrogatoire, de "protéger les partenaires du crime et d’être lui-même un partenaire de ce crime." "Le ministère de l’Intérieur est également coupable pour ne pas avoir démis le gouverneur de ses fonctions. Nous n’abandonnerons pas, tant que des sanctions punitives n’auront pas été prises à l’encontre des officiers de police. Jusqu’à aujourd’hui, nous pensions qu’un crime avait été commis à l’insu de l’État, et que l’État avait été incompétent. En réalité, l’État, par le biais de ses officiers, a participé à ce meurtre."

Les avocats de la famille de Dink : une nouvelle plainte sera introduite suite à l’enregistrement récemment découvert

Dans une déclaration, faite devant le tribunal, Erdal Dogan, l’un des avocats de la famille de Dink, a dit : "Tout le monde, sauf lui-même, savait que Hrant Dink allait être assassiné. Ceux qui ont fait preuve de négligence restent en dehors de l’enquête. Le fait que Muhittin Zenit a continué de communiquer avec Erhan Tuncel des mois après avoir été transféré [de Trabzon vers une autre ville] montre bien que les relations existaient toujours."

Un autre avocat de la famille de Dink, Fethiye Cetin, a dit que les plaignants déposeraient une plainte au sujet de la conversation téléphonique enregistrée.

Roth : NÂ’oubliez pas

Dans un premier temps, Claudia Roth du parti allemand Les Verts, n’a pas pu entrer dans le tribunal, mais elle a ensuite été autorisée à assister au procès. Elle a déclaré : "Hrant était le plus pacifiste des hommes. Aujourd’hui, c’est le Jour de la Liberté d’Expression. Hrant a été tué par l’Article 301. Ensemble, nous devons continuer de lutter pour la liberté d’expression qui est la clé de voûte de la démocratie." Elle a ajouté, "N’oubliez pas, car oublier tue."

Devant le bâtiment du tribunal, des gens qui "se sentaient des témoins de cette affaire" s’étaient regroupés.

Roth a dit à Bianet que lors de l’entretien avec le ministre de l’Intérieur Cemil Cicek le lendemain, elle réitérerait sa demande pour l’abolition de l’Article 301. Elle a dit qu’après les funérailles de Dink, elle avait été choquée par l’attitude du président du Parti Républicain du Peuple (CHP) Deniz Baykal, envers l’Article 301.

Eugene Schoulgin, de l’Union Internationale des écrivains, PEN, a été empêchée de s’approcher du bâtiment du tribunal. Elle a déclaré à Bianet "qu’ils n’ont toujours pas compris les dimensions internationales de cette affaire. Il est important de susciter un intérêt international dans un tel cas."

Devant le tribunal se trouvaient Ă©galement le militant Mustafa SĂĽtlas, les journalistes Ali Bayramoglu, Nadire Mater, Ertugrul KĂĽrkcĂĽ et Yavuz Baydar, la veuve du chanteur Ahmet Kaya, GĂĽlten Kaya, lÂ’Ă©crivain Ăśmit Firat et lÂ’acteur Mahir GĂĽnsiray.

Le Comité de Surveillance du cas Hrant Dink a donné une conférence de presse Place Besiktas, près du tribunal. Il y a avait environ 200 participants, et parmi eux le chanteur Ferhat Tunc, l’acteur Mehmet Ali Alabora, les journalistes Cengiz Aktar, Celalettin Can et Nimet Tanrikulu de Initiative Turquie 78 et l’écrivain Ragip Zarakolu. Ils portaient tous des photos de Hrant Dink. Après la conférence ils ont crié, “Nous sommes tous Hrant Dink, nous sommes tous Arméniens”, le slogan que l’on pouvait lire sur les banderoles déployées lors de ses funérailles. (EÖ/NZ/AG)

©Traduction C.Gardon pour le Collectif VAN - 2 octobre 2007 - 09:05 - www.collectifvan.org


Nota CVAN : Alors que le procès a débuté lundi 1er octobre, le quotidien Radikal a publié ce week-end, la transcription d'une conversation téléphonique entre l'un des suspects et un policier, deux heures après le meurtre, qui prouve que le policier était au courant du projet d'assassinat visant Dink...
Lire la retranscription de la conversation téléphonique :

http://www.collectifvan.org/article.php?r=4&id=12348





Retour Ă  la rubrique


Source/Lien : Bianet



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org