Aujourd'hui : Jeudi, 6 août 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
USA - Choisir entre deux alliées : la Turquie ou la vérité
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous soumet cette traduction de l'éditorial de Harut Sassounian du 18 octobre 2007 publié par The California Courrier. « Chaque membre de la Commission, nonobstant sa position sur la résolution, a publiquement reconnu que le génocide arménien était un fait historique. Cette reconnaissance unanime de la vérité est la victoire ultime sur le négationnisme turc ».






















La Commission de la Chambre se range du côté de la vérité,
et Bush du côté de la Turquie


De Harut Sassounian
Publié par: The California Courier

La chronique de Sassounian du 18 Octobre 2007

Le Los Angeles Times a publié la semaine dernière une lettre très brève, mais sagace, à l’attention de l’éditeur. En douze mots, un lecteur du journal, Daniel P. Quinn de St. Petersburg, en Floride, a résumé la position du Président Bush sur la résolution sur le génocide arménien: “On a demandé au Président Bush de choisir entre deux alliées: la Turquie ou la vérité.” De façon regrettable, le Président Bush a fait le mauvais choix. Il a choisi de se ranger du côté de la Turquie plutôt que du côté de la vérité.

C’est dans le Jardin des Roses de la Maison Blanche, quelques heures avant que la Commission des Affaires étrangères de la Chambre ne vote la résolution, que le Président Bush a déclaré sans aucune honte aux journalistes: “Cette résolution n’est pas la bonne réponse à ces massacres historiques de masse.”
La manière dont le Président a traité la question du génocide arménien est la suivante – faire de fausses promesses aux Arméniens-Américains lors de la campagne présidentielle, afin d’obtenir leurs contributions et leurs votes, et les duper en leur faisant croire qu’il tiendra sa promesse après les élections.

Le Président Bush peut espérer pouvoir s’en sortir avec sa déformation des faits tant qu’il est à la Maison Blanche, mais il ne peut obliger Nancy Pelosi à faire de même à la Chambre des Représentants.

Malheureusement, le Président Bush n’était pas le seul à prendre une position aussi honteuse, utilisant la guerre d’Irak comme excuse. Les Secrétaires d’Etat et de la Défense, huit anciens Secrétaires d’Etat, trois anciens Secrétaires de la Défense, le Président et le ministre de la Défense d’Israël, plusieurs organisations juives américaines, de hauts officiels turcs et leurs lobbyistes à Washington, pas un n’a dit la vérité. Leurs noms resteront à jamais dans les annales de l’histoire comme des négationnistes du génocide.

La politicienne, qui remporte le prix du comportement le plus hypocrite, est la Républicaine Jane Harman (D-El Segundo). Elle sera traquée par la plus grande communauté arménienne de Californie du Sud jusqu’à ce qu’elle soit démise de ses fonctions. Elle a insidieusement envoyé une lettre privée à Pelosi lui disant qu’elle voterait contre la résolution sur le génocide, tout en laissant son nom sur la liste des co-sponsors. La Républicaine Harman a apparemment essayé de bénéficier du soutien continu de la communauté arméno-américaine, en lui faisant croire qu’elle était de son côté, tout en sapant tranquillement l’approbation de la résolution! Ce n’est qu’une fois sa ruse exposée aux partisans de la résolution, qu’elle a rendu public sa lettre à Pelosi, en la postant sur son site Internet. Louvoyer est en soi assez mauvais. Mais être sournois et être pris à l’être est bien pire.

A tous les officiels américains qui ont dit et redit bêtement qu’il fallait s’opposer à la résolution sur le génocide car elle pourrait “endommager sérieusement les efforts que nous faisons visant à promouvoir la réconciliation entre l’Arménie et la Turquie à un moment clé de leurs relations,” le Président arménien Kocharian a donné une réponse foudroyante: “il est impossible d’endommager des relations inexistantes.”

Il y a eu beaucoup d’autres remarques stupides faites par les opposants à la résolution. Par exemple, après que Nabi Sensoy, l’ambassadeur de Turquie aux USA, a été rappelé, le Premier ministre Erdogan a dit qu’il avait appris le rappel de son ambassadeur en lisant les journaux turcs, comme n’importe quel citoyen! D’ailleurs, ce fut vraiment idiot de la part du gouvernement turc de rappeler son envoyé de Washington à Ankara, la veille du vote crucial à la Chambre. Imaginez-vous l’ambassadeur Sensoy atterrissant à l’aéroport Dulles de Washington juste après que la Chambre vote la résolution sur le génocide en séance plénière.

Bien plus sinistre est la menace à l’encontre des juifs de Turquie, proférées par le ministre des Affaires étrangères, Ali Babacan, cité dans le Today’s Zaman: “Nous leur avons dit [à l’ADL et d’autres groupes juifs] que nous ne pourrions expliquer à l’opinion publique turque un éventuel incident de parcours. Nous leur avons dit que nous ne pourrions pas tenir les juifs à l’écart de cela.” Malgré cette menace alarmante, sept des huit députés juifs de la Commission des Affaires étrangères de la Chambre ont voté en faveur de la résolution sur le génocide arménien, la semaine dernière, ignorant les appels des leaders israéliens et de certaines organisations juives.

De façon significative, et malgré toutes leurs menaces, les officiels turcs ne sont pas allés plus loin qu’une guerre des mots après le passage de la résolution sur le génocide à la Commission. Comme on s’y attendait, les Turcs bluffaient. Cependant, si la Turquie devait prendre des mesures extrêmes contre les U.S.A, cela ne pourrait que renforcer, dans l’esprit des Américains, l’idée que la Turquie n’est pas un allié fiable. Des amis ne se menacent pas. En outre, les menaces de représailles envers les Kurdes du nord de l’Irak n’ont absolument rien à voir avec la résolution sur le génocide arménien.

Considérant l’analyse finale, il ressort que le passage de la résolution sur le génocide arménien à la Commission des Affaires étrangères a été moins significatif que le fait que chaque membre de la Commission, nonobstant sa position sur la résolution, a publiquement reconnu que le génocide arménien était un fait historique. Cette reconnaissance unanime de la vérité est la victoire ultime sur le négationnisme turc. Encore une fois, le régime turc, avec son lobbying obsessionnel et paranoïaque contre cette résolution symbolique, a fait du génocide arménien un sujet international qui a été traité par la plupart des journaux et des chaînes de télévision du monde entier ces jours-ci.

Afin de contrecarrer l’intense pression exercée sur les membres du Congrès par le camp des négationnistes, tous les partisans de la résolution sur le génocide arménien sont invités à téléphoner de toute urgence à leurs députés pour s’assurer qu’ils n’ont pas été influencés par les menaces et les mensonges. Merci de bien vouloir appeler le standard:1-202-225-3121 et de demander à parler à votre représentant. Exhorte-le/la à voter oui à la résolution sur le génocide arménien lorsqu’elle sera présentée à la Chambre.

Traduction C. Gardon pour le Collectif VAN - 18 octobre 2007 – 12:57 - www.collectifvan.org




Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org