Aujourd'hui : Samedi, 20 juillet 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
La condamnation d’Arat Dink et Serkis Seropyan enfin publiée
Publié le :

jeudi15 novembre 2007, par Stéphane/armenews

Le rédacteur en chef d’Agos Arat Dink et son éditeur Serkis Seropyan ont été condamné à un an de prison avec sursis en vertu de l’article 301. La décision de la 2ème Cour Pénale de Sisli vient d’être rendu public.

Dans sa décision de vingt pages la cour a mentionné les évènements de 1915 affirmant : « si ce que les défendeurs ont accusé les Turcs d’avoir fait était une vérité historique, alors leurs actions auraient été légales » ; aussi la cour a éprouvé la nécessité d’étudier elle-même les livres d’histoire afin de se forger sa propre opinion sur ce qui est arrivé dans le passé.

En citant le livre négationniste de Yusuf Halacoglu intitulé « de l’Exil au Génocide 2007 », la cour mentionne les contributions historiques des Arméniens à la société Ottomane et le fait qu’il existait une possibilité pour les Arméniens de monter dans l’échelle sociale grâce à « l’éducation et l’enseignement ».

La déclaration affirme également que les Arméniens avaient préparé un soulèvement armé contre les Ottomans et donne des exemples d’attaques armées entre 1895 et 1915, ce qui justifie selon elle que les Arméniens ont été transférés vers la Syrie et Mosul en Irak du Nord.

La cour se demande d’ailleurs « Quand, pendant la Première guerre mondiale, les alliés ont attaqué des villes allemandes lors d’attaques aériennes considéréz-ils cela comme un génocide ? Et les expériences nucléaires qui se sont tenues sous les océans et les tremblements de terre ... [illisibles] résultants, ces morts massives, sont-ils considérés comme des génocides scientifiques ? »

La cour turque déclare également que la constitution et la Cour européenne des Droits de l’homme (ECHR) intègrent le principe d’une limitation de la liberté d’expression pour « protéger la sécurité nationale, l’unité territoriale ou la sécurité publique et la prévention de crimes » : « Il y a une jurisprudence de l’ECHR qui considérent la législation française sur la liberté d’expression quant à l’extermination des Juifs comme inopportune et les Juifs en Europe ne se sont jamais armés contre leur propre état, jamais uni avec les armées d’autres états, jamais massacré les gens dans les villages dans les montagnes et les vallées profondes, dans les villes et en province ».

La cour arrive ainsi à la conclusion que l’accusation de génocide était injuste et « visait à la destruction de l’ordre public turc ».

Le procès avait été ouvert après une plainte de Recep Akkus de l’Union des Avocats Nationalistes suite à une interview que Hrant Dink avait donné à l’Agence de presse Reuters qualifiant les évènements de 1915 de génocide.

D’autres journaux avaient aussi cité les déclarations de Hrant Dink, comme le journal Yeni Cag (six jours avant qu’Agos) , le journal Cumhuriyet (deux jours avant Agos) et le journal Tercüman.

La sociologue turc Fatma Muge Gocek qui vit actuellement aux Etats-Unis a d’ailleurs été choqué par ce constat. Dans une déclaration elle écrit « J’estime que ce procès a été instruit contre Seropyan et Arat Dink et qu’ils ont été ensuite condamnés parce qu’ils sont Arméniens. C’est-à-dire, parce qu’ils représentent une minorité en Turquie » précisant « Pourquoi je le pense ? Parce que l’entretien donné par Hrant Dink et publié par Agos (...) fut aussi publié dans tous les autres médias turcs. Or ces mêmes médias n’ont été poursuivis ni par des procureurs turcs, ni par des tribunaux turcs. En conséquence, ces autres journaux et journalistes turcs ne seront donc ni poursuivis ni bâillonnés, comme Seropyan et Arat Dink le sont maintenant et le seront à l’avenir ». Elle conclut « A cet instant, je ne suis sûre que d’une chose : je suis écoeurée par ce modèle possible de mort qui se répète ».






Retour à la rubrique


Source/Lien : NAM



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org