Aujourd'hui : Dimanche, 15 décembre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Turquie : Ragip Zarakolu risque la prison pour un livre sur l’Arménie
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN publie la traduction de cet article de armenia liberty parue sur le site de la Fédération Euro Arménienne pour la Justice et la Démocratie du 05 décembre 2007.


Bruxelles, le 5 décembre 2007

Un éditeur turc pourrait écoper d’une peine de prison de trois ans, pour avoir ‘insulté l’identité nationale’ sous le coup d’une loi décriée et combattue par l’Union européenne, car restreignant injustement la liberté de parole.

"L’audience de demain peut porter un jugement définitif dans mon procès, qui a débuté en 2005. Le procureur veut la peine maximale", a déclaré l’éditeur Ragip Zarakolu à Reuters mardi.

Les procureurs accusent Zarakolu d’insulter la "turquicité" en vertu de l’article 301 du code pénal turc pour la publication d’une traduction en langue turque d’un livre écrit par un auteur, basé à Londres, George Jerjian et intitulé "The Truth Will Set Us Free" (La vérité nous libérera). Le livre invite instamment à la réconciliation entre les Turcs et les Arméniens et traite des massacres d’Arméniens par les Ottomans durant la Première Guerre mondiale, une question extrêmement délicate pour la Turquie.

L’Arménie, soutenue par de nombreux historiens occidentaux, affirme qu’à l’époque, près de 1,5 millions de personnes ont subi un génocide systématique de la main des Turcs. La Turquie nie le génocide et avance que beaucoup de Turcs musulmans ainsi que des Arméniens Chrétiens ont été tués dans des conflits interethniques dans l’Empire ottoman, lequel s’est effondré sous la pression de la guerre. Le qualificatif de génocide pour le massacre des Arméniens est une infraction pénale en Turquie. Le prix Nobel de littérature Orhan Pamuk a été parmi les écrivains poursuivis pour ses observations sur les événements de 1915-16, puis acquitté pour vice de forme.

"Je suis contre toutes les formes de restriction à la liberté d’expression ... Je n’ai même pas écrit ce livre, mais les Turcs ont le droit de savoir ce que pensent les Arméniens", a déclaré Zarakolu, président de l’Union Internationale des éditeurs Belges.

Zarakolu a indiqué qu’il comptait faire appel de toute condamnation. Il a souvent été la cible des procureurs turcs durant des décennies pour ses publications de livres désapprouvés par les autorités.

Le Premier ministre Tayyip Erdogan du gouvernement conservateur turc, sous les fortes pressions européennes, s’est engagé à modifier l’article 301, bien que les analystes disent que le vrai problème ne réside pas dans le texte mais dans la mentalité conservatrice de nombreux juges et procureurs.

"Le gouvernement aurait pu changer la loi maintes fois. C’est un article très dangereux. Si les accusations dépeignent les écrivains et les journalistes comme des traîtres ou des ennemis de la Turquie, ce n’est pas très simple d’être en face de l’opinion publique turque", a déclaré l’éditeur. "Elle ouvre la porte à des gangs ultra nationalistes pour que nous soyons lynchés ou tués ", a-t-il poursuivi en citant l’exemple du célèbre éditeur Turco-Arménien Hrant Dink, abattu à Istanbul en janvier dernier par un jeune ultra nationaliste.

Dink avait été condamné à un an de prison avec sursis en vertu de l’article 301 pour ses commentaires sur le problème arménien. Des dizaines de milliers de personnes avaient défilé à ses funérailles à Istanbul pour protester contre la violence ultra nationaliste.

Les membres du Parlement Européen en visite en Turquie cette semaine, ont dit que l’article 301 portait atteinte aux négociations d’adhésion de la Turquie à l’UE. "Ce dernier cas souligne que la réforme de l’article 301 promise par le gouvernement turc de viendra pas de si tôt", a déclaré Richard Howitt, un parlementaire Travailliste britannique.

"Les auteurs exprimant des point de vues pacifiques ne devraient jamais être emprisonnés. Le gouvernement turc l’a bien compris et il est maintenant temps pour le Parlement turc de légiférer, et pour que les tribunaux turcs l’appliquent", a-t-il ajouté.

Reuters, armenialiberty, traduit par GM

[Ndlt] – commentaires :

Que l’article 301 chagrine tous les européens, cela ne fait aucun doute. Que des demandes en ce sens aient été faites au gouvernement turc, certainement. Mais là où le bât blesse c’est que les Européens n’ont toujours pas compris le fonctionnement de la mentalité du gouvernement turc, quelle que soit sa couleur politique.

En se basant sur leurs propres valeurs, les européens sont persuadés que du moment où l’on l’a dit, on va le faire. L’ennui c’est que la Turquie ne partage pas les valeurs de l’Europe. Elle déclare, ou elle signe, une chose mais continue de faire ce qu’elle a envie. Il suffit pour ce faire que regarder son histoire tout au long du 20ème siècle depuis l’empire ottoman.

L’article 301 n’est qu’un exemple parmi d’autres. Quand on pense que l’UE continue de négocier avec un Etat négationniste son adhésion éventuelle, lequel reçoit des millions d’euros de subventions dans cette optique, qui occupe militairement un des ses Etats membre, en l’occurrence Chypre, dont elle est sensée par accord écrit, depuis deux ans et demie lui ouvrir ses frontières, on peut décemment se demander qui négocie avec l’autre ?

Est-ce la Turquie qui négocie son adhésion à l’UE ou l’UE qui négocie pour que la Turquie daigne la rejoindre ?

source: armenialiberty




Retour à la rubrique


Source/Lien : Feajd



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org