Aujourd'hui : Lundi, 24 juin 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Info-Türk : de véritables démocrates turcs à Bruxelles
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Dans notre tribune libre "Bruxelles, capitale européenne du négationnisme turc ?", parue dans le bi-mensuel France-Arménie n°307 en date du 1er décembre 2007, le Collectif VAN a mentionné : "aucune association turque de Belgique n'a condamné ce qui s'est passé à Bruxelles. Pas plus qu'il n'y a eu de 'démocrates' turcs (hormis Ali Ertem à Francfort) pour s'émouvoir des appels au meurtre lancés à l'encontre de l'historien turc Taner Akçam...". Nous regrettons d'avoir omis de signaler le travail remarquable mené par l'équipe d'Info-Türk sur son site Internet http://www.info-turk.be (à ne pas confondre avec le site négationniste www.info-turc.org).

Cette association turque de Belgique lutte depuis longtemps contre le négationnisme et l'ultranationaliste turc et le Collectif VAN en reprend d'ailleurs souvent les informations. Info-Türk a condamné sans réserves les événements de Bruxelles et adhère au Comité de Soutien à Taner Akçam.
L'équipe d'Info-Türk est composée de véritables démocrates turcs qui oeuvrent avec sincérité et courage contre le négationnisme de l'Etat turc. Qu'elle en soit ici remerciée. Avec toutes nos excuses !


Bruxelles, capitale européenne du négationnisme turc ?


Séta Papazian
Présidente du Collectif VAN

[Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
contact@collectifvan.org
www.collectifvan.org

Le 24 octobre 2007, dans sa dernière résolution adressée à la Turquie, le Parlement européen a ôté toute référence à la reconnaissance du génocide arménien.

Face au ventre mou que lui opposent les dirigeants politiques européens et américains, Ankara mène avec succès une guerre visant à imposer son négationnisme d'Etat et son combat contre ses minorités non-turques.
Les exemples se bousculent*, donnant la mesure de la charge à tous les sceptiques qui s'obstinent à voir dans le gouvernement Erdogan l'émanation d'une classe politique européanisée, tolérante et démocratique.

Intérêts financiers ou peur de troubler le consensus du « politiquement correct », les hommes politiques, medias et intellectuels occidentaux se voilent la face et adoubent la proposition turque de créer une commission internationale d'historiens pour débattre de la réalité du génocide arménien : ce leurre sert pourtant de cache-sexe à la politique négationniste d'Ankara et à ses zélateurs européens. Cette complaisance internationale donne le champ libre à Abdullah Gül : contrairement à son homologue le Président iranien Ahmadinejad qui a tenu des propos similaires concernant la Shoah, il n'a donc à craindre ni opprobre, ni pressions.

Sans oublier qu'en Turquie, quiconque s'aventure à dire qu'il y a bien eu un génocide des Arméniens en 1915 risque la prison ou la mort : le 19 janvier 2007, Hrant Dink a payé de sa vie ses illusions sur les possibilités d'évolution de la Turquie moderne. Le 11 octobre 2007, au lendemain du vote de la Commission des Affaires étrangères du Sénat américain reconnaissant le génocide arménien, son fils Arat et le journaliste d'Agos Sarkis Seropyan ont été reconnus coupables, au titre de l'Article 301 du Code pénal turc, d'"insulte à l'identité turque" pour avoir reproduit ses propos sur la réalité du génocide. Ils ont été condamnés à un an de prison avec sursis.

Désormais, à Istanbul, toute la communauté arménienne se sait dans l'œil du cyclone. La presse turque nationaliste de grand tirage pose les premiers jalons du processus génocidaire : comme en 1915, les Arméniens sont les « ennemis de l'intérieur », accusés d'être les dirigeants du PKK (Parti de Libération du Kurdistan)(2).

La menace s'exporte aussi hors du territoire turc : Internet, où «Les Turcs mènent le bal dans la perversité de la présentation du négationnisme »(3), est devenu l'exutoire d'une haine raciale qui se matérialise dans les exactions de rue touchant depuis mars 2006 la France, la Belgique et l'Allemagne.
Au lieu d'imposer ses valeurs morales à un pays postulant à l'adhésion, l'Europe devient une zone de non-droit où la Turquie harcèle la société civile issue de ses minorités, ainsi que les progressistes turcs tels le journaliste indépendant Mehmet Koksal(4). Les évènements révélateurs de Bruxelles des 21 et 24/10/2007 et de Berlin le 28/104, n'ont surpris que les non-turcophones puisque les appels à manifester étaient relayés par les télévisions turques émettant d'Allemagne. Secret de Polichinelle : ces groupuscules d'extrême-droite rompus aux méthodes ultra-violentes, sont téléguidés en sous-main par les représentations de l'Etat turc à l'étranger.
Mise à part la courageuse équipe d'Info-Türk, aucune association turque de Belgique n'a condamné ce qui s'est passé à Bruxelles. Pas plus qu'il n'y a eu de « démocrates » turcs (hormis Ali Ertem à Francfort et Info-Türk, par le biais de son directeur Dogan Özgüden) pour s'émouvoir des appels au meurtre lancés à l'encontre de l'historien turc Taner Akçam (résidant aux USA) du fait de ses travaux prouvant la réalité du génocide**. Bien au contraire, si l'on en croit Mehmet Saygin (European Union of Turkish Democrats) « Ces mouvements associatifs (NDLR : Les Loups Gris du MHP) font appel à des assises populaires importantes », et il ne faut ni leur jeter « l'anathème », ni « les stigmatiser »…(5). Des « mouvements associatifs », armés de machettes à Berlin, qui ont fait d'un quartier de la capitale européenne, le terrain d'une chasse à l'homme. Chasse au Kurde (actualité oblige)… et chasse à l'Arménien. Faudra-t-il attendre que l'ultra-nationalisme turc tue en Europe ou aux USA pour que nos gouvernements s'en inquiètent ?

Pour alerter pouvoirs publics et médias du danger réel que représente la diffusion de toutes les formes de déni des crimes de génocides, le Collectif VAN met actuellement en place un Observatoire du Négationnisme, consultable en ligne, capable d'indexer et référencer ces attaques insupportables qui alimentent la haine et le rejet de l'Autre.


*Lire le Récapitulatif du négationnisme d’Etat de la Turquie, exporté en Europe :

Observatoire du Négationnisme d’Etat de la Turquie

** Sauf l'équipe d'Info-Türk (cf introduction en tête d'article).

Génocide arménien : le Parlement européen s'incline devant la Turquie

Turquie : Attention « Génocide »

Le négationnisme au Mémorial de la Shoah & Négationnisme turc en France : tromperie en self-service sur le Net

Acte raciste anti-arménien en Belgique

Incidents à Saint-Josse et Schaerbeek: 93 arrestations et réaction du Sénat

Berlin : des Turcs armés de machettes traquent les Kurdes

Nationalistes Turcs : ambiance de pogrom à Berlin

Marc Garmirian, Hrant Dink et Mehmet Koksal

Plusieurs milliers de manifestants d'origine turque à Bruxelles




Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org