Aujourd'hui : Mardi, 23 juillet 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du NĂ©gationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenętre !  Envoyer cette page ŕ votre ami-e !
 
Génocide arménien : boire ou écrire, il faut choisir
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous soumet cette traduction d'un article en anglais paru sur Turkish Daily News du 13 décembre 2007. Qu’il parle des Rwandais ou des Arméniens, Ziya Meral se garde bien de nommer ce dont ils ont été victimes : à savoir un génocide. Il parle au mieux de « crimes » ou de « mauvaise action passée » et fait l’impasse sur l’ampleur et la nature de l’extermination.

Et dans le cas « arméno-turc », cet écrivain et théologien protestant turc soutient qu’il n’y a « Pas besoin d’historiens ni de lobbyistes », et surtout, pas besoin de tribunaux. Selon Ziya Meral, il n’est besoin que de raki turc et de liqueur arménienne.

Que dire de son texte, lorsque l’on voit déjà le mot « vérité » systématiquement doté de guillemets, tout comme le mot « négationnistes » ?

L’Evangile écrit-il vérité avec des guillemets ? L’Evangile dit-il qu’il y en a plusieurs, ou qu’elle n’est qu’une vue de l’esprit?

Que ressentir lorsque ce partisan de la réconciliation accuse les descendants des morts – en oubliant que ces descendants sont eux-mêmes des victimes, des enfants d’orphelins, privés de leurs terres, de leur héritage culturel, insultés, menacés et agressés au quotidien – d’instrumentaliser leurs propres parents et grands-parents massacrés, et même, de les traiter aussi mal que les traitaient les oppresseurs ottomans du temps qu’ils étaient vivants ?

Ou lorsqu’il parle du crime d’honneur en tant que complément familial à une peine de prison jugée insuffisante (comme argument brandi contre la judiciarisation des problèmes de génocide !), quand on sait que ce crime d’honneur signifie non la mort du violeur, mais celle de la jeune fille ?

Des sages, dit-il, ont donc réfléchi à des moyens de « travailler à la justice et à la réconciliation ». Or tout son article tend à ne dire qu’une chose : laissez tomber la justice, et réconciliez-vous sans elle, grâce à l’alcool.
Pour Ziya Meral, la priorité des Arméniens semble être la réconciliation ; la vérité (sans guillemets en ce qui nous concerne) et la justice n’étant exigées que par les amateurs de « représailles » ou de « revanche ». Selon lui, les Arméniens devraient tirer un trait sur un passé dans lequel ils se complaisent (et un cliché de plus) : Meral donne en exemple l’Afrique du Sud, dont les comités s’appellent VERITE (sans guillemets) et réconciliation, et qui s’appuient, selon les propres termes de l’auteur, sur le préalable de la CONFESSION.

Il faut bien, en effet, que Noirs et Blancs y vivent ensemble, parce que des Noirs, dans ce pays qui était le leur, il en reste des millions… Avec quels Arméniens les Turcs vont-ils bien pouvoir eux aussi commencer à « vivre en harmonie » en Turquie, on se pose la question...

Quant au modèle rwandais, on sait que la réintégration des assassins dans la communauté d’origine est un désastre absolu, que les survivants sont terrorisés par le voisin génocidaire qui a naguère machetté leurs familles sous leurs yeux, et qu’ils vivent un cauchemar sans fin.

Mais dans le cas arméno-turc, quels assassins devraient être réintégrés dans quelle « communauté locale »? Mystère. Ces exemples amènent Ziya Meral à conclure qu’une table chargée de victuailles et d’alcool garantit le respect et l’écoute de chacun. Ne lui en déplaise, nous voulons bien pleurer nos morts avec des Turcs, bien qu’ils profitent encore aujourd’hui des fruits du génocide sans s’en émouvoir, boire un coup avec eux, les serrer dans nos bras, mais seulement après qu’ils auront reconnu le passé, et présenté des excuses. Car pour l’instant, nous ne sommes pas encore assez « chrétiens » pour pardonner à ceux qui ne sollicitent pas ce pardon.

D’ailleurs, qu’est-ce qui empêche Ziya Meral, en tant que chrétien et Turc, de nous dire, comme quelques-uns de ses compatriotes, qu’il est désolé que la Turquie de 1915 ait commis un effroyable génocide et que l’attitude négationniste de son gouvernement actuel est une honte ?
« Il y a un temps pour tout », disait l’Ecclésiaste. Il y a un temps pour les excuses, et un temps pour le pardon. Ces temps ne s’inversent pas.

Reste que la proposition faite à des Arméniens, par un écrivain turc oeuvrant pour la réconciliation, d’oublier toute quête de vérité et de justice en se soûlant avec les descendants des bourreaux, tient plus de l’obscénité que de l’analyse d’un écrivain respectable.


Nous avons besoin de 'tamadas*', pas dÂ’historiens ni de lobbyistes


Jeudi 13 décembre 2007
Ziya MERAL

Nul besoin d’être titulaire d’un doctorat pour reconnaître la complexité des relations turco-arméniennes et leur infinie régression dans le cycle samsarique** du préjugé, de la haine et de l’attitude du “Tu agis correctement d’abord, et je le ferai aussi”.

Dans ce voyage vers nulle part, deux voix dominantes se font entendre : ceux qui pensent que s’il y avait davantage de tierces parties ou de groupes qui se rangeaient de leur côté, ils “gagneraient” la bataille de la “vérité” contre les “négationnistes”, et ceux qui pensent que s’il y avait davantage de recherches historiques, de livres et de commissions, ils pourraient prouver “la vérité” indiscutable, à la grande honte des révisionnistes.

Ces deux groupes présupposent que cette étrange dispute mondialisée porte exclusivement sur la “vérité” du passé. Et pourtant, alors que les cadavres reposent en silence, ceux qui se battent sont des acteurs d’aujourd’hui crispés, avec leurs récits, leurs objectifs, leurs peurs ou leurs anticipations actuels également crispés. Ironiquement, les morts sont toujours persécutés par les vivants, qui politisent et utilisent leur souvenir, tout comme leurs corps biologiques ont été politisés et utilisés avant leurs meurtres.

Donc, le principal défi auquel nous sommes confrontés n’est pas de savoir qui verra sa “vérité” s’imposer dans le cirque international, mais comment, si cela survenait, nous pouvons démêler les politiques actuelles (que ce soit celle de l’identité ou celle de ne pas perdre la face) pour que nous puissions sincèrement pleurer les morts.

Peu importe ce que chacun pense, la “justice” n’est jamais vraiment rendue après des atrocités de masse, surtout celles qui sont historiques. Les notions de justice punitive incarnée par les tribunaux ne sont d’aucune utilité lorsque les auteurs des crimes n’existent plus. En dépit de cette aura de “justice” que répandent les tribunaux, le simple nombre de victimes et d’auteurs des crimes signifie qu’ils doivent poursuivre un cours symbolique, souvent en ne condamnant que les principaux acteurs. Contrairement à leur propre perception d’eux-mêmes, ils n’arrivent pas à briser les cycles de haine et à prévenir des atrocités futures.

Similairement, les facteurs culturels limitent l’efficacité de la “justice” mise en place dans les tribunaux. Par exemple, même si un tribunal du Moyen-Orient condamne un violeur, il y a de grandes chances que la famille de la victime ne trouve pas cela satisfaisant et elle poursuivra son sentiment de justice par le biais du “meurtre d’honneur.” Pour cette raison, des hommes et des femmes sages ont réfléchi à des moyens pertinents culturellement, qui permettent de travailler à la justice et à la réconciliation.

L’archevêque Desmond Tutu, qui a dirigé la célèbre Commission Vérité et Réconciliation en Afrique du Sud, a mêlé le concept africain de ubuntu avec les notions de confession, de pardon et de réconciliation de la religion chrétienne. Tutu déclarait qu’il n’y aurait aucun avenir pour l’Afrique du Sud, à moins que les Noirs et les Blancs vivent ensemble en harmonie, et cela ne pouvait réussir que grâce au pardon.

Au Rwanda, les défauts des perceptions occidentales de la justice telles qu’incarnées par les tribunaux ont été compensés par l’utilisation des procès gacaca rwandais. Dans les procès gacaca, les auteurs des crimes sont réintégrés dans leurs communautés locales après la tenue d’une cérémonie traditionnelle.

Qu’en est-il des relations arméniennes-turques ?

Il n’existe aucun système juridique dans ce monde qui peut traiter ce cas. Et même, la suggestion d’un procès punitif comporte quantité de fautes conceptuelles. Quel que soit le nombre de lois votées dans des pays tiers, elles n’inciteront pas les Turcs à corriger une mauvaise action passée. Aucun livre d’histoire “objectif” ne constituera le point final, car les mémoires collectives, de par leur nature, sont toujours contestées et modifiées par rapport aux exigences contemporaines. Alors, il nous faut une autre solution.

Existe-t-il quelque chose dans les cultures anatoliennes qui nous fournirait un moyen bien plus approprié ? Je le pense, même si les “adultes” réalistes et porté sur les représailles qui lisent cet article, trouvent cela naïf.

Dans la culture arménienne, il y a la tradition des tamadas, des hommes très importants qui s’occupent du bon déroulement des toasts portés autour d’une table bien chargée de boissons et de nourriture. Dans les cultures arménienne et turque, s’asseoir autour d’une table joue un rôle important. Cela symbolise la bienvenue, l’hébergement, l’amitié et la fête. Et donc, une table autour de laquelle on trinque est bien plus appropriée à la réconciliation entre Turcs et Arméniens qu’une salle d’une Commission des Nations-Unies.

Boire et manger nous rassemble dans la convivialité, ainsi que partager une présence vulnérable et personnelle, bien plus que l’effet impersonnel des champs de bataille que sont les tribunaux, les commissions et les assemblées. S’asseoir autour d’une table avec un tamada garantit que la voix de chacun et ses desideratas seront entendus et traités avec un respect égal.

Après le troisième verre, on reconnaît que l’autre est aimable, suffisamment pour lui tendre la main et faire tomber d’un baiser la barrière personnelle qui sépare de l’étranger ou de l’indésirable. La cortège final des toasts portés pour clore la réunion, lorsque le groupe sent qu’il y en a eu assez, signifie qu’un processus de deuil sain se libère de ce sentiment de perte mélancolique qui empoisonne celui qui est enfermé dans le passé.

Bien sûr, cela ne satisfera pas ceux qui veulent une “revanche” ou le rétablissement d’un empire mythique ou d’une gloire passée, ou le maintien des passés purs et héroïques. Malheureusement, la justice et la réconciliation demeurent fragmentaires, imparfaites et limitées en ce bas monde. Ce qu’il nous reste, c’est notre humanité sous sa forme brute.

Que nous puissions en faire une rĂ©alitĂ© jusquÂ’Ă  pleurer ensemble, et dĂ©passer des rĂ©cits tout noirs ou tout blancs, de victimes ou dÂ’innocents, dĂ©pend non pas de la Chambre des ReprĂ©sentants des USA ou du Parlement français, ou dÂ’un chercheur de lÂ’UniversitĂ© de Cambridge, mais de nous uniquement : des Turcs, des ArmĂ©niens et dÂ’une bouteille de rakı ou de liqueur avec le Mont Ararat en arrière-plan.

* Ziya Meral Ziya Meral est chercheur sur les minorités du Moyen Orient, et écrivain. On peut le contacter à l’adresse : ziya_meral@yahoo.com

*Tamada : chef de table, homme qui dirige et accompagne les toasts d’un petit discours. Sa présence est également requise pour les enterrements.

**Samsarique: du sanskrit samsāra : le cycle Ă©ternel des vies (naissance, souffrance, mort, renaissance) dans le bouddhisme et lÂ’hindouisme.


©Traduction C.Gardon pour le Collectif VAN - 13 décembre 2007 - 08:03 - www.collectifvan.org




Retour Ă  la rubrique


Source/Lien : Turkish Daily News



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org