Aujourd'hui : Lundi, 22 avril 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Turquie : les avocats de Dink critiquent l’enquête
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Turkish Daily News du 18 janvier est revenu sur le rapport préparé par les avocats de la famille de Hrant Dink, le journaliste arménien de Turquie, assassiné le 19 janvier 2007, et dont on vient de commémorer le premier anniversaire de la mort. Ce rapport, présenté au gouvernement, dénonce l’enquête sur le meurtre du journaliste comme étant incomplète. Les avocats notent que sans enquête complète, des résultats concrets et exacts ne peuvent être obtenus. Le Collectif VAN vous livre la traduction de cet article du Turkish Daily News.




Les avocats de Dink disent que l’enquête est incomplète et superficielle


Vendredi 18 janvier 2008
GÖKSEL BOZKURT
ANKARA - TDN Parliament Bureau

Un rapport préparé par les avocats de la famille de Hrant Dink et présenté au gouvernement un an après son assassinat, soutient que l’enquête sur le meurtre du journaliste est incomplète. Les avocats notent que sans enquête complète, des résultats concrets et exacts ne peuvent être obtenus.

Dink a été assassiné devant le bâtiment de son journal, l’hebdomadaire arménien Agos, à 15 heures le 19 janvier 2007 à Istanbul, par un adolescent ultranationaliste de 17 ans. Des milliers de personnes sont venues aux funérailles des Dink en scandant : “Nous sommes tous Dink, Nous sommes tous Arméniens.”

Le rapport, qui cite tous les développements depuis le meurtre, a été soumis au Ministre de la Justice, Mehmet Ali Şahin, et au Ministre de lÂ’Intérieur, Beşir Atalay, par le député Akın Birdal, de Diyarbakır, du Parti de la Société Démocratique (DTP), qui est également membre de la Commission des Droits de lÂ’Homme du Parlement et un militant.

Le rapport affirme qu’il y a eu des cas répétés de conflits d’intérêt, certains hauts responsables susceptibles de faire l’objet d’une enquête dans le cadre de l’affaire ayant été autorisés à travailler tout en fournissant des preuves pour l’enquête. Il dit : “La structure organisée derrière le meurtre n’a pas encore été mise au jour.”

Le rapport contient tous les détails et tous les manquements”, a déclaré Birdal au Turkish Daily News.

Le secret critiqué :

Les avocats disent que la phase de l’enquête a été tenue secrète, et que l’entourage de la victime a été empêchée de donner des informations, ce qui a eu comme conséquences des manquements manifestes.

Le rapport a soutenu l’inculpation, mais a déclaré que le meurtre en soi n’était qu’une partie du processus, et que les sérieux fondements idéologiques ainsi que les préparatifs du meurtre ne se limitaient pas à ceux inclus dans l’acte d’accusation par le procureur.

Certains responsables de la Sécurité qui travaillaient à Trabzon, où les commanditaires et l’assassin ont préparé le meurtre, à Istanbul, où le meurtre a été commis et à Ankara, où tous les renseignements sur l’affaire ont été rassemblés, avaient des liens avec les inculpés, indique le rapport. Il accuse également certains officiels d’être coupables d’avoir contribué au crime délibérément ou par négligence, ou d’avoir caché des preuves. Les avocats disent que les faits ont fait l’objet d’une enquête menée par un procureur de Trabzon, dissociée de l’affaire de l’assassinat de Dink, et que cela a nui à la cohésion de l’enquête.

Le coupable de 17 ans a été arrêté le lendemain du meurtre et il a avoué. Une enquête plus approfondie a révélé qu’un groupe de “ grands frères” ultra-nationalistes l’auraient guidé et incité à commettre le meurtre.

On a appris plus tard qu’un des « grands frères », Erhan Tuncel, étaient un indicateur et qu’il avait dit à la police qu’il y avait un plan pour tuer Dink, après que le journaliste avait été déclaré coupable d’avoir insulté l’identité turque selon l’Article 301 du code pénal et condamné à 6 mois de prison avec sursis. Tuncel et Yasin Hayal sont accusés d’être les instigateurs du meurtre.

Il y a également eu des affirmations comme quoi la police de Trabzon avait reçu plusieurs avertissements, mais ils se sont perdus lors de leur communication à Istanbul. Des critiques sévères ont surgi lorsque les journaux ont publié des photos de policiers et gendarmes de Samsun posant avec le jeune assassin présumé peu après son arrestation.

Les policiers sÂ’accusent les uns les autres :

Le chef de la police d’Istanbul, Celalettin Cerrah, a accusé ses homologues de Trabzon et Samsun de négligence dans le cas de Dink, lors de son témoignage à la Commission des droits de l’homme au Parlement, selon les rapports.

En dépit des déclarations du président de la Commission, Mehmet Ocaktan, affirmant le contraire, le gouverneur d’Istanbul Muammer Güler et Cerrah ont critiqué les chefs de la police de Samsun et de Trabzon, a affirmé hier la chaîne CNN-Turquie.

Cerrah a dit que les informations que leur a fourni la police de Trabzon avant le meurtre, était que : “Yasin Hayal pouvait commettre un acte d’envergure contre Dink” sans donner de détail sur ce que l’acte était supposé être, selon son témoignage. “Au niveau des Renseignements, nous ne savions pas s’il y aurait une agression ou un assassinat. La police de Trabzon a également dit qu’elle surveillait Yasin Hayal. Tant que Hayal ne venait pas à Istanbul, ce n’était pas notre responsabilité, à moins que l’on me dise : “Dink va être assassiné. Il a besoin de protection.'”
Entre temps, il a été dit que Güler soutenait Cerrah, et avait affirmé que si on leur avait dit que Hayal se rendait à Istanbul, des précautions auraient été prises.

Le procès :

Le rapport des avocats indique que les experts n’ont pas analysé les conversations téléphoniques entre les suspects, et lors de deux audiences, seuls 3 suspects ont été interrogés. Il critique aussi le fait que les audiences ne se sont pas succédées rapidement, et la cour a rejeté sans raison les demandes d’élargir le cadre du procès.

Le rapport cite ainsi le refus de la cour d’inclure les informations fournies par Tuncel lorsqu’il était informateur de la police.

Les demandes d’enquêtes sur de nombreux officiers de la police de Trabzon, Istanbul et au Commandement de la gendarmerie ont été rejetées. Certains fonctionnaires d’Etat, alors même qu’ils faisaient l’objet d’une enquête, ont été autorisés à travailler et à fournir des preuves sur l’affaire. “Tant que ces officiels restent en poste, il est clair que le meurtre de Dink ne sera pas résolu ”, affirme le rapport.

Enregistrements manquants :

Les avocats disent que les enregistrements de la caméra du distributeur automatique de la Akbank, jusqu’à 12h48 p.m, situé près du lieu du crime, sont manquants.

En dépit de tous nos efforts, les enregistrements n’ont pas été retrouvés et l’inquiétude concernant le fait qu’ils ont peut-être été effacés sans que l’on puisse les récupérer, demeure. Il a été également confirmé que les enregistrements des caméras de sécurité de nombreux magasins sur le chemin du meurtrier qui fuyait ne sont pas incluses dans les dossiers du procès, ont déclaré les avocats.

Rakel, la femme de Dink, a envoyé une lettre au Premier ministre Recep Tayyip Erdoğan, le 17 avril lÂ’an dernier, lui demandant de donner instruction au Conseil dÂ’Inspection du Premier ministre dÂ’examiner lÂ’affaire, lÂ’enquête étant incomplète. Le Premier ministre a appointé une Commission afin quÂ’elle revoit le cas, mais ni Rakel ni ses avocats nÂ’ont reçu de réponse officielle à ce jour.

Le ministre : aucun aspect négligé par la justice

Cependant, Atalay, en réponse au rapport, a dit lors de l’Assemblée parlementaire, que tous les bureaux d’État, y compris ceux du gouvernement et des ministères, avaient fait et faisaient tout ce qu’ils pouvaient depuis le meurtre de Dink.

Il a dit qu’il n’y avait pas un point du procès qui n’avait été traité par le système judiciaire ajoutant : “Ceux qui ont de telles inquiétudes devraient les exprimer.”

© Traduction C.Gardon pour le Collectif VAN - 19 janvier 2008 - 08:30 - www.collectifvan.org





Retour à la rubrique


Source/Lien : Turkish Daily News



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org