Aujourd'hui : Mardi, 2 juin 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Pénalisation du négationnisme : L’Historien Pierre Nora affine ses positions...
Publié le :

mercredi25 juin 2008, par Stéphane/armenews

Selon le magazine Medias, le Président du collectif « Liberté pour l’Histoire » qui a été le premier historien à être consulté récemment par une commission diligentée par le président de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer, « chargée de faire un rapport pour déterminer, après quinze ans de dérive, l’attitude du législateur vis à vis du passé. », semblerait affiner ses positions vis-à-vis des lois dites mémorielles, et par analogie à la loi Gayssot, celle visant à pénaliser la négation du Génocide Arménien.

Le 18 mai 2006, l’Assemblée nationale, au grand dam de Bernard Accoyer et Michel Debré, adoptait la proposition de loi criminalisant la négation du Génocide Arménien. A cette occasion, l’historien avait déclaré au journal turc Zaman : « Le Parlement français est l’otage des groupes de presson arméniens ».

Dans l’interview que rapporte « Medias » (Été 2008), Pierre Nora, évoquant les lois Gayssot et Taubira explique qu’ « Elles n’ont pas la même nature et n’ont pas été inspirées pour les mêmes raisons. La loi Gayssot n’a jamais menacé les historiens, elle est faite pour les préserver des faussaires. En soi, elle n’est pas « coupable ». Mais elle a servi de loi modèle. Elle a engendré toutes les autres. La loi sur les Arméniens de 2001 se réduit à une ligne : « La République française reconnaît le génocide arménien. » Ce n’est pas une loi mais une déclaration de principe. Elle ne le devient que par ses arrêtés d’application.

Tels que le demandent les Arméniens, ces arrêtés sont les mêmes que la loi Gayssot [...] La loi Gayssot n’impose rien : elle n’a jamais empêché un historien de travailler sur le génocide ou l’holocauste, tandis que la loi Taubira autorise toutes les dérives (...) »

Le 17 mai 2006, il déclarait au Figaro dans un article intitulé « Légiférer sur le génocide arménien, c’est stériliser l’histoire » :

« La question est de savoir s’il est opportun d’étendre les pénalisations prévues par la loi Gayssot au génocide arménien. » [...] « En fondant Liberté pour l’histoire, nous avions cru mettre un coup d’arrêt à cet emballement législatif. Certes, l’article 4 de la loi sur la colonisation a été aboli. Mais avec ce projet de loi sur l’Arménie, tout recommence. ».

Ce à quoi Claude Mutafian lui répondait dans les colonnes des Nouvelles d’Arménie : « N’est-il pas significatif que vous parliez de « ce projet de loi sur l’Arménie » ? Non, M. Nora, ce projet ne concerne pas l’Arménie, en l’occurrence il concerne la France. ».

Rappelons que le Président de « Liberté pour l’Histoire » avait formellement demandé l’abrogation des lois en question et s’oppose à toutes les lois mémorielles. Il estime qu’elles sont une intrusion du législateur dans le travail des historiens et dénonce une restriction dans la liberté des historiens.

Les dernières révélations publiées par le magazine Medias apportent donc un nouvel éclairage par rapport aux anciennes positions radicales de l’historien quand il dit que « la loi Gayssot n’a jamais menacé les historiens [...] ». Et « Tels que le demandent les Arméniens, ces arrêtés sont les mêmes que la loi Gayssot [...] La loi Gayssot n’impose rien : elle n’a jamais empêché un historien de travailler sur le génocide ou l’holocauste ».

Le 30 Novembre 2006, dans son « Discours sur la Vertu », prononcé lors de la séance publique annuelle de l ‘Académie, il précisait ses appréhensions :

« En soi, l’idée qu’il y ait des crimes et des criminels si grands qu’à tout jamais impardonnables et imprescriptibles peut, à coup sûr, exprimer un progrès de la conscience universelle. Mais le doute s’insinue quand on commence à l’appliquer aux événements du passé. Ainsi, qu’au moment où s’étalait en plein jour la négation de crimes de masse, d’une ampleur et d’une horreur inimaginables, au cœur de l’Europe, que cette négation ait entraîné une indignation morale vraie qui explique, sinon justifie, répression et condamnation judiciaire, on peut le comprendre ; encore que l’historien averti des habitudes des pays totalitaires se méfie par principe des vérités d’État.

Mais avec la loi Gayssot, à laquelle je viens de faire allusion, la porte était ouverte à la pression revendicatrice de tous les groupes de victimes. Et la France, seule de toute l’Europe, n’a pas hésité, on le sait, à multiplier généreusement les lois qui qualifiaient criminellement des phénomènes remontant à plusieurs siècles, comme la traite atlantique et l’esclavage, abolis depuis un siècle et demi et que l’Europe tout entière, et pas seulement la France, a aussi largement pratiqués, comme l’avaient fait les Arabes et les Africains eux-mêmes. La voie est ouverte à toutes les dérives. À quand la criminalisation juridique des croisades ? Je ne plaisante pas, c’est une des propositions de loi,- il y en a ainsi une bonne douzaine -, qui sommeille sous le coude des plus vertueux de nos parlementaires. ».

Pierre Nora a été élu à l’Académie française au fauteuil de Michel Droit, le 7 janvier 2001 et appartient notamment au Haut Comité des célébrations nationales depuis 1998.

Compilation et commentaires : Jean Eckian

Description :

N° 17

Périodicité : Mensuelle

Parution : Juin 2008

Prix kiosque : 4.90 €

Prix DP : 4.90 €

Sommaire / Infos :

GUY BEDOS "JE ME MÊLE DE CE QUE JE REGARDE"

NOAM CHOMSKY La fabrication du consentement

PIERRE NORA La tyrannie de la mémoire

WILLY RONIS Un jeune photographe de 98 ans

http://www.discountpresse.com/magazines/kiosque/medias_1.html





Retour à la rubrique


Source/Lien : NAM



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org