Aujourd'hui : Dimanche, 7 juin 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Service militaire payant pour les Turcs de l’étranger
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous invite à lire cette information sur un service militaire très particulier destiné aux Turcs vivant à l’étranger (qui dans presque tous les cas tiennent à conserver la double nationalité). Ce service militaire est payant et intitulé ‘Bedelli askerlik’ ou ‘Parali askerlik’. Ceux qui ne souhaitent pas l’effectuer doivent payer environ 5600 € et participer à une session de formation de 3 semaines : comme pour les programmes Erasmus, chaque stage se compose d’une série de conférences visant à délivrer le message négationniste de l’Etat turc au sujet des « allégations de génocide arménien ».


Légende photo:Ilker Basbug, chef de l'état-major de l'Armée turque

Un service militaire très particulier est destiné aux Turcs vivant à l’étranger (qui dans presque tous les cas tiennent à conserver la double nationalité). Ce service militaire est payant et intitulé ‘Bedelli askerlikÂ’ ou ‘Parali askerlikÂ’. LÂ’immigré turc ou lÂ’enfant dÂ’immigré, âgé de 18 à 38 ans, est obligé de sÂ’y soumettre. Ceux qui ne souhaitent pas lÂ’effectuer doivent payer environ 5600 € et participer à une session de formation de 3 semaines, durant leurs vacances annuelles. Ceux qui ont plus de 38 ans, et qui nÂ’ont toujours pas effectué leur service militaire en Turquie, doivent payer une pénalité dÂ’environ 3000 €. Chaque année 30 000 personnes effectuent ce service, quel que soit leur état de santé : handicapé ou malade du cancer, de pneumonie, ou autre. Selon une interview diffusée par KEMAL YURTERİ /CNNTÃœRK - Hurriyet 8/04/2008 :

« L’Etat Major Général a répondu aux questions posées par CNNTURK au sujet du service militaire payant concernant de nombreuses personnes ayant l’obligation de l’effectuer. Les Résultats des années précédentes : L’Etat Major Général a donné pour la première fois le nombre de personnes ayant effectué ce service les années précédentes ainsi que les revenus obtenus. Voici les chiffres communiqués par L’Etat Major Général : Entre 1987- 89 ; 18 433 personnes et 100 millions de Mark allemand. Entre 1992-93 ; 35 111 personnes et 168 millions de Mark allemand. En 1999 ; 72 290 personnes et 1 milliard 66 millions de Mark allemand. »

Après Erasmus, le service militaire négationniste

Le procédé rappelle ce qui se produit déjà dans le cadre des stages destinés aux étudiants turcs candidats au programme Erasmus ( Erasmus : instrument de négationnisme de la Turquie) : les stages de trois semaines que doivent accomplir les Turcs de l’étranger désirant se soustraire au service militaire en Turquie, fournissent eux aussi à l’Etat turc, l’occasion de distiller une propagande négationniste et raciste à l’encontre des Arméniens, des Grecs et des pays « chrétiens » de l’Union européenne.

Chaque stage se compose d’une série de conférences visant à délivrer le message négationniste de l’Etat turc au sujet des « allégations de génocide arménien ». Ainsi des jeunes Turcs qui ont grandi en Europe, aux USA, en Australie ou ailleurs, qui ne connaissent ni l’histoire ni la civilisation turques, qui souvent ne parlent même pas correctement la langue turque, sont utilisés pour devenir à leur tour des propagandistes de ce mensonge d’Etat.

Durant ces conférences obligatoires, les instructeurs de l’Armée turque insufflent à haute dose, nationalisme et version officielle de l’histoire turque. Les « têtes de Turc » des conférenciers sont toujours les mêmes : les Grecs, les Arméniens et le PKK, « influencé par les forces obscures ». Pour ne pas froisser les Kurdes, frères de religion des Turcs (ils forment une grande partie des stagiaires), les charges contre leur peuple sont limitées et ne visent généralement que le PKK.

Les instructeurs projettent des films tels que « Mayrig » d’Henri Verneuil ou « Ararat » d’Atom Egoyan, pour prouver que ces traîtres d’Arméniens ont des vues territoriales visant à démanteler la Turquie. En somme, le discours martelé depuis la 1ère guerre mondiale pour justifier le génocide du peuple arménien, est toujours à l’ordre du jour. Selon les instructeurs de l’Armée turque, les pays de l’Union européenne sont coupables car ils soutiennent les Arméniens et le PKK (Nota Collectif VAN : Le PKK est pourtant considéré comme organisation terroriste par l’U.E). Le crédo développé et inculqué est le suivant : « Il ne faut surtout pas s’assimiler et il faut défendre les intérêts de la patrie turque partout dans le monde. »

Cet endoctrinement raciste a malheureusement des répercussions en France : de retour dans leur pays de résidence ou de naissance, les participants à ces stages tiennent des discours basés sur la haine et la paranoïa : « Le monde entier est l’ennemi des Turcs », « Les Arméniens et les Grecs sont des traîtres ; même à l’étranger, il faut défendre la patrie contre eux », etc…

Ainsi par le biais de ces stages payants organisés par l’Etat-Major de l’Armée turque, un jeune Turc de France ou d’Allemagne doit débourser 5600 € pour avoir le privilège de devenir l’ennemi juré de « l’Arménien ».

On le savait : chaque nouvelle génération turque se voit enseigner dès l’école primaire, les principes fondamentaux du nationalisme turc. Mais, au-delà de la jeunesse du pays, ce fléau touche donc aussi les jeunes originaires de Turquie, vivant en France ou ailleurs : à leur tour, ils sont formatés pour perpétuer, à l’extérieur de la Turquie, la violente amnésie générale organisée par l’Etat turc concernant le tabou du génocide arménien.

Le mot « Arménien » étant considéré comme une insulte en Turquie, il est déjà problématique de se revendiquer Arménien à Istanbul, Trabzon ou Malatya. Désormais, avec ces stages formant des dizaines de milliers de citoyens à travers le monde, comme autant de petits soldats de la politique négationniste d’Ankara, on est en droit de se préoccuper de la sécurité des générations issues des rescapés du génocide arménien de 1915, ici en Europe.

Plus que jamais, une loi est nécessaire pour défendre les citoyens français et d’origine arménienne, victimes de ce négationnisme insupportable exporté par un pays candidat à l’adhésion auprès de l’Union européenne.


Info Collectif VAN - 17 octobre 2008 - 07:40 - http://www.collectifvan.org





Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org