Aujourd'hui : Jeudi, 23 janvier 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Turquie : se préparer au choc arménien avec Obama
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le plus célèbre éditorialiste de Turquie, Mehmet Ali Birand, a signé le 7 novembre dernier un article où il appelle la Turquie à se préparer au choc arménien qui va résulter de l’élection de Barack Obama à la présidence des Etats-Unis. Selon Birand, l’élection d’Obama représente un tremblement de terre pour la Turquie : le nouveau président américain compte en effet, faire adopter par le Congrès US, la reconnaissance officielle du génocide arménien de 1915. Au-delà de l’analyse cynique faite par Birand, notons le vocabulaire choquant du plus grand journaliste turc qui affirme : « l’Amérique a fait un pas important vers une réconciliation avec son passé », mais « Il nous faut attendre la réaction d’une partie de la population qui est génétiquement hostile aux nègres ». La presse turque, si prompte à mettre le terme génocide arménien entre guillemets, ignore visiblement la portée injurieuse du terme « nègre » qu’elle ne juge pas utile d’accompagner de guillemets. Le Collectif VAN vous invite à lire la traduction de cet article en anglais.




Préparez-vous à un choc arménien avec Obama

7 novembre 2008
Mehmet Ali Birand - English mab@tdn.com.tr

L’élection d’Obama en tant que Président affectera la Turquie de manière positive en général. La seule exception sera la question arménienne. Il est bon d’y être préparé pour adoucir le choc. Obama, gagnant de la course présidentielle, c’est un tremblement de terre.

Maintenant il va se produire des chocs. Et ces chocs continueront probablement pendant la période présidentielle. Les États-Unis devront passer un examen dévastateur. Comment une communauté qui croit à la supériorité de la race blanche va-t-elle tolérer un Président Noir ?

Si l’on regarde le scénario actuel, on peut en conclure que l’Amérique a fait un pas important vers une réconciliation avec son passé. Mais il nous faut attendre un peu. Il nous faut attendre la réaction d’une partie de la population qui est génétiquement hostile aux nègres, qui perçoit toute personne noire comme lui étant inférieure ou comme un esclave. Si nous examinons les relations d’Obama qui affectent la Turquie, contrairement à quelques pessimistes, le scénario n’est pas mauvais. Mais il y a une exception.

Et c’est la question arménienne…

Chaque Administration républicaine a déclaré pendant les campagnes électorales qu’elle soutiendrait le lobby arménien. Mais une fois élue, l’attitude de l’Administration est devenue plus flexible. Ils ont fait attention à la Turquie et ont empêché que la résolution passe au Congrès. Le dernier exemple en date le plus important a été sous l’Administration Clinton.

Mais cette fois, la situation est un peu différente. Les membres de l’équipe d’Obama disent que la promesse au sujet des Arméniens sera tenue. Ils attirent l’attention sur le fait que le nouveau Président est très sensible quant aux promesses faites et il voit les Arméniens comme “un peuple opprimé”. Donc le message envoyé à Ankara se change en un “Soyez préparé.” Il est donc conseillé à Ankara de se préparer sur deux points.

Premier point : prendre de nouvelles mesures en ce qui concerne les relations avec l’Arménie, en ouvrant la frontière, et penser à de nouveaux projets pour améliorer ses relations avec Erevan. Dans ce contexte, il est dit que l’ébauche de résolution sur le génocide, qui doit revenir devant le Congrès en avril, sera encore une fois repoussée. La seconde raison à ce message “Soyez préparé” est la probabilité croissante que le projet sera adopté par le Congrès.

Ces dernières années, ce n’est pas passé loin pour la Turquie. La résolution a été bloquée à la dernière minute. À chaque fois que les relations entre Ankara et Washington se tendent, des menaces sont échangées. Ce combat fatigue et use les deux parties. Il est nécessaire d’être préparé à cela également. Nous devons commencer les préparatifs dès à présent si nous ne voulons pas que notre relation avec Washington arrive à un point de rupture, ou, si la résolution passe, nous ne voulons pas arriver à un point qui pourrait mener à la fermeture de la base d’Incirlik.

Est-ce que la Turquie trouvera son Obama ?

En raison de l’élection d’Obama, ceux qui observent attentivement la Turquie posent la même question à nos journalistes : est-ce que la Turquie trouvera son Obama ?
Le point sur lequel tout le monde est d’accord est que la Turquie a besoin d’un Obama. Tout le monde espère que la Turquie fera la paix avec son passé. Cette probabilité est si improbable, que l’on est très pessimiste.
Tayyip Erdoğan, pour un nombre important de personnes, est considéré comme lÂ’Obama de la Turquie. Brisant des tabous, changeant les traditions, un leader qui sort de lÂ’idéologie ordinaire. Il a pris des mesures courageuses. Il sÂ’est lui-même attelé à la tache ardue de faire la paix entre le gouvernement et les citoyens dÂ’origine kurde, ainsi quÂ’avec la partie pieuse de la population qui se considère comme opprimée et malmenée. Cette situation nÂ’a pas duré très longtemps. Le vent a tourné en raison de ses erreurs politiques dÂ’une part, et, dÂ’autre part, en raison de la grande résistance des opposants fanatiques.
Erdoğan, qui a débuté comme Obama, est aujourdÂ’hui dans la position dÂ’un ex-dirigeant classique. Loin de lÂ’Administration et abandonnant ses mesures courageuses. Il est devenu un homme politique moyen-oriental agressif, qui hurle contre ceux qui le critiquent.

Que va-t-il ensuite se passer ? Nous sommes toujours à la recherche d’un Obama qui serait capable de prendre les mesures nécessaires pour faire la paix avec nos citoyens kurdes, qui se comporterait de façon réaliste face à Chypre, qui communiquerait avec les Arméniens et qui surmonterait une accusation historique, qui œuvrerait pour la réconciliation de valeurs partagées entre les fragments laïcs et religieux de la population, qui gèrerait les problèmes qui divisent en deux la société. Que diriez-vous ? Est-ce que la Turquie trouvera son propre Obama ?


©Traduction C.Gardon pour le Collectif VAN - 20 novembre 2008 - 07:22 - http://www.collectifvan.org




Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org