Aujourd'hui : Samedi, 28 mars 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
La télévision, vecteur du négationnisme turc ?
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Un documentaire intitulé “Scream Bloody Murder” présenté par Christiane Amanpour, a été diffusé le jeudi 4 décembre 2008 sur CNN. Il offre un aperçu captivant sur le génocide à travers l’histoire, sur ceux qui en furent les témoins et qui avertirent le monde des atrocités qui se commettaient. Mais, il y a un « mais » : “Scream Bloody Murder” néglige de mentionner le génocide arménien (mis à part 45 sec anecdotiques). Christiane Amanpour explique en experte les machinations politiques qui recouvrent d’une chape de plomb les génocides passés et en cours et elle pose la question de savoir pourquoi le monde n’intervient pas lorsqu’il a une obligation morale : mais, elle-même, n’avait-elle pas l’obligation de ne pas céder aux pressions de la diplomatie turque qui diffuse ses thèses révisionnistes ?

Le négationnisme par omission, ou comment jeter le génocide arménien dans les oubliettes de l’histoire… Le Collectif VAN vous propose de prendre connaissance de la réaction de Ara Khachatourian dans le journal arméno-américain Asbarez.


Amanpour hurle au 'meurtre sanglant' mais pas au sujet du génocide arménien


De Ara Khachatourian

Jeudi 4 décembre 2008

Asbarez

Un documentaire puissant intitulé “Scream Bloody Murder”* présenté par Christiane Amanpour, diffusé sur CNN aujourd’hui (9 p.m. ET/PT), offre un aperçu captivant sur le génocide à travers l’histoire, sur ceux qui en furent les témoins et qui avertirent un monde sourd, des atrocités qui se commettaient. Mais il néglige de mentionner le génocide arménien, le premier en tant que tel, celui qui incita Raphael Lemkin à inventer le terme.

Le documentaire débute par les racines du mot génocide et il fait la chronique des conflits violents qui se déroulaient en Lemkin, qui, comme le dit Amanpour, fut affecté par le massacre d’un million et demi d’Arméniens par les Turcs ottomans, ce qui l’incita à inventer le terme de génocide. Au cours des 90 minutes, le génocide arménien est mentionné pendant environ 45 secondes comme une référence anecdotique illustrant la lutte de Lemkin pour la justice humaine. En utilisant des photographies désormais connues de tous les Arméniens et qui proviennent sans doute de la Collection Armin T. Wegner, Amanpour illustre l’horreur du génocide arménien, mais elle ne l’étudie pas en profondeur ni de manière systématique comme elle le fait pour les autres génocides.

Tout au long du programme, Amanpour “révèle les histoire de ceux qui ont essayé d’arrêter le génocide”, comme le dit le service d’information de CNN et elle parle de ces histoires atroces de génocide avec les “héros qui furent témoins du pire -- et qui « hurlèrent au meurtre sanglant » pour que la communauté internationale le fasse cesser.

Amanpour et CNN méritent d’être applaudis pour le regard profond jeté sur le génocide, de l’Holocauste aux tueries du Cambodge, à l’Irak, au Rwanda, à la Bosnie et à présent au Darfour, toute l’horreur est racontée par des images extrêmes et des rapports écrits des témoins.

Attirer l’attention sur le génocide - à la veille du 60e anniversaire de l’adoption de la Convention sur le génocide et les droits de l’homme, par les Nations Unies, dont l’auteur fut Lemkin - est une réussite importante qui pose aussi la terrible question de savoir pourquoi le monde n’est pas intervenu (n’intervient pas) lorsqu’il a une obligation morale.

Amanpour explique en experte les machinations politiques derrière la réponse -- ou le manque de réponse -- par toutes les instances américaines représentées dans le film, et elle demande, pour finir, si ceux qui “hurlent au meurtre sanglant” seront entendus. On peut se demander, cependant, si Amanpour a entendu les hurlements d’Henry Morgenthau, l’Ambassadeur américain dans l’Empire ottoman à l’époque du génocide arménien, qui, ainsi qu’Elie Wiesel, le Père Francois Ponchaud, Peter Galbraith, Richard Holbrook, le Général canadien Romeo Dallaire et d’autres, a été témoin d’atrocités indescriptibles et dont les cris d’alarme déclenchèrent une action, mais pas suffisamment tôt pour sauver des millions de vies.
Peut-être que la communauté arménienne pourrait inciter CNN, comme elle l’a fait il y a huit ans avec ABC News et son vénérable présentateur, feu Peter Jennings, à étudier plus attentivement le premier génocide du 20e siècle.

“Scream Bloody Murder” de Amanpour est une oeuvre journalistique importante, car elle pose des questions très critiques qui auraient pu empêcher d’autres actes de génocide. Dans son reportage, Amanpour pointe avec expertise la complicité des USA dans tous ces événements, un peu comme Samantha Power le fait dans son livre récompensé par le Prix Pulitzer : “A Problem from Hell: America and the Age of Genocide.”**

“Scream Bloody Murder” présenté par la correspondante internationale de CNN Christiane Amanpour, sur CNN jeudi à 9 p.m.

* Hurler au meurtre sanglant
** Un problème diabolique : l’Amérique et l’époque du Génocide

©Traduction C.Gardon pour le Collectif VAN - 8 décembre 2008 - 11:15 - http://www.collectifvan.org


Lire aussi:

La vidéo "Scream Bloody Murder"

Le génocide arménien zappé par CNN



Retour à la rubrique


Source/Lien : Asbarez.com



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org