Aujourd'hui : Samedi, 30 mai 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
La Turquie a reconnu le génocide arménien !
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Il y a 60 ans, l’Organisation des Nations Unies adoptait la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide. Dans son manuscrit intitulé "Totalement non officiel", Lemkin avait écrit à l’époque : " En Turquie, plus de 1 200 000 Arméniens ont été tués. Après la fin de la guerre, quelque 150 criminels de guerre turcs ont été arrêtés et internés par le gouvernement britannique sur l’Île de Malte. Et puis un jour, j’ai lu dans les journaux que tous les criminels de guerre turcs allaient être libérés. Je fus choqué. Une nation qui avait tué et les coupables étaient libérés. J’ai senti qu’une loi contre ce type de meurtre racial ou religieux devait être adoptée par le monde." Ainsi l’homme qui a inventé le mot génocide s’est en grande partie basé sur la catastrophe arménienne. En ratifiant la Convention sur le Génocide, les pays signataires, dont les États-Unis, la Grande-Bretagne, la Turquie, Israël etc., ont de fait reconnu que l’holocauste arménien était un génocide. Le Collectif VAN vous propose la traduction d’une analyse en ligne sur le site http://www.keghart.com./.



Légende photo: Raphael Lemkin

Il fallait convaincre Raphael Lemkin !

Vicken Babkenian

http://www.keghart.com/op153.htm

Le génocide arménien a été officiellement reconnu par la Turquie, les États-Unis, la Grande-Bretagne, Israël et bien d’autres pays, mais nous ne l’avions pas remarqué.

De Vicken Babkenian, chercheur indépendant de l’Institut australien d’Études sur le Génocide et l’Holocauste - Sydney, Australie - 3 décembre 2008

Tout a commencé alors que j’étais en train de couper une Orange pour ma nièce, lorsqu’elle m’a demandé pourquoi le mot Orange est à la fois une couleur et un fruit. Après avoir fait quelques recherches, j’ai découvert que la racine du mot Orange dans la langue anglaise provient du fruit. En d’autres mots, l’étymologie de la couleur et du fruit est interconnectée. Personne ne peut arguer du fait que le fruit Orange n’est pas Orange.

Ayant effectué des recherches sur le génocide arménien pendant des années, je n’ai pas pu m’empêcher de me familiariser avec l’étymologie du mot génocide. J’ai découvert que le mot provident de la racine genos (du grec famille, tribu, race, un peuple, une nation) et –cide (du latin – occidere ou cideo –massacrer, tuer, exterminer). J’ai cherché le mot dans le dictionnaire Oxford et j’ai trouvé la définition qui est : "l’extermination d’une race". Je me suis alors souvenu que cette définition du mot 'génocide' avaient été utilisée par les témoins oculaires contemporains, les diplomates, les historiens et les journalistes pour décrire ce qu’il était arrivé aux Arméniens pendant la Première Guerre mondiale. Lord James Bryce en 1915 l’a appelé "l’Extermination d’une Race" dans un article du New York Times. Si le mot 'génocide' avait été inventé avant la Première Guerre mondiale, alors ce mot aurait été utilisé au lieu des cinq mots qui veulent dire la même chose.

J’ai ensuite entrepris des recherches sur Raphael Lemkin, "le fondateur de la convention sur le génocide" et sur la genèse du mot 'génocide' qui a été inventé en 1944. Dans son manuscrit intitulé "Totalement non officiel", Lemkin a écrit :

"En 1915 . . . j’ai commencé . . . à lire davantage de livres d’histoires pour savoir si les groupes nationaux, religieux ou raciaux avaient été détruits en tant que tels. La vérité fut connue après la guerre. En Turquie, plus de 1 200 000 Arméniens ont été tués . . . Après la fin de la guerre, quelque 150 criminels de guerre turcs ont été arrêtés et internés par le gouvernement britannique sur l’Île de Malte. . . Et puis un jour, j’ai lu dans les journaux que tous les criminels de guerre turcs allaient être libérés. Je fus choqué. Une nation qui avait tué et les coupables étaient libérés. . . J’ai senti qu’une loi contre ce type de meurtre racial ou religieux devait être adoptée par le monde."

Je suis bientôt arrivé à la conclusion que le mot génocide est étymologiquement lié à la tragédie des Arméniens, tout comme le mot Orange est lié au fruit du même nom. L’homme qui a inventé le mot génocide s’est en grande partie basé sur la catastrophe arménienne. Il a même déclaré à la télévision nationale "que c’est arrivé aux Arméniens." J’ai de plus réalisé que le terme juridique de "crimes contre l’humanité " entériné par l’Assemblée générale des Nations Unies et adopté, provient d’une déclaration faite par les Alliés le 24 mai 1915 se rapportant au début du génocide arménien pendant la guerre, qu’ils ont qualifié de ''crime contre l’humanité.'' Ce fait est reconnu par les commissions compétentes des Nations Unies, la Commission des Crimes de Guerre, la Commission de l’Histoire des Crimes de Guerre et du Développement des Lois Militaires.

J’ai recherché sur Internet quels étaient les pays qui avaient effectivement signé et ratifié la Convention sur le Génocide. J’ai découvert que la plupart des pays du monde l’avaient fait, y compris les États-Unis, la Grande-Bretagne, la Turquie, Israël etc. J’en ai conclu qu’en ratifiant la convention, ils avaient reconnu que l’holocauste arménien était en fait un génocide.

Oui, j’utilise le mot 'holocauste' parce que c’est ce mot qui a été utilisé pour décrire les massacres des Arméniens sous le règne de Abdul Hamid, les massacres d’Adana et le génocide arménien, par des auteurs contemporains. William Walker Rockwell, dans un article intitulé "Le nombre global de morts arméniens et syriens" de la page histoire du New York Times de février 1916, a écrit : "Si les fantômes des civils chrétiens qui ont péri atrocement en Turquie depuis le début du grand holocauste devaient défiler sur la Cinquième Avenue à vingt de front, cela ferait sans doute un million d’entre eux … et la plupart sont des femmes et des enfants".

Le génocide arménien a été reconnu par la majorité des nations du monde et nous ne le savions même pas. Si les pays qui ont ratifié la convention sur le génocide nient le fait que les Arméniens ont été victimes d’un génocide, alors ils devraient soit mettre fin à leur participation à la convention, soit demander que la convention change le mot 'génocide' en un autre terme qui ne serait pas intrinsèquement lié aux massacres arméniens.

Nier que les Arméniens ont été victimes d’un génocide revient à nier qu’une Orange est Orange. C’est dément et illogique. Car ceux qui pensent que ce qu’ont subi les Arméniens ne devrait pas être qualifié de 'génocide' auraient dû convaincre Raphael Lemkin de ne pas baser le mot sur ce que les Arméniens ont subi. Malheureusement pour eux, il est trop tard ; en signant la convention sur le génocide, la plus grande partie du monde a déjà reconnu le génocide arménien.


©Traduction C.Gardon pour le Collectif VAN - 10 décembre 2008 - 07:20 - http://www.collectifvan.org






Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org