Aujourd'hui : Samedi, 30 mai 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Pétition turque : un pas positif mais insuffisant
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Deux appels ont été émis publiquement sur le génocide arménien -- l’un émanant d’intellectuels turcs, l’autre de personnalités importantes en Arménie. Les premiers, s’exposant à des menaces de mort des extrémistes turcs et à de possibles actions judiciaires, ont fait paraître une excuse personnelle pour "la grande catastrophe que les Arméniens ottomans ont subie en 1915." A peu près au même moment que l’appel turc, environ 300 personnalités importantes d’Arménie ont envoyé une lettre ouverte au Président turc Abdullah Gul lui demandant de reconnaître le génocide arménien. Le Collectif VAN vous propose la traduction de cet éditorial de Harut Sassounian publié dans The California Courier du 18 décembre 2008.



L’excuse des Turcs pour le génocide arménien : un premier pas positif, mais insuffisant


De Harut Sassounian
Édité par The California Courier
Éditorial de Sassounian du 18 décembre 2008

La question du génocide arménien attire une attention croissante, malgré les tentatives répétées du gouvernement turc de supprimer toute discussion à son sujet en Turquie et sa reconnaissance à l’étranger.

Au cours de la semaine dernière, deux appels ont été émis publiquement sur le génocide arménien -- l’un émanant d’intellectuels turcs, l’autre de personnalités importantes en Arménie.

L’appel turc a été initié par les chercheurs Ahmet Insel, Baskin Oran et Cengiz Aktar, ainsi que par le journaliste Ali Bayramoglu. S’exposant à des menaces de mort des extrémistes turcs et à de possibles actions judiciaires, ils ont fait paraître une excuse personnelle pour "la grande catastrophe que les Arméniens ottomans ont subie en 1915." Le 15 décembre, ils ont mis en place un site Internet intitulé "Nous nous excusons" (www.ozurdiliyoruz.com) qui a rapidement obtenu les signatures de plus de 3 000 Turcs.

La pétition turque indiquait :"Ma conscience n’accepte pas l’indifférence et la négation de la grande catastrophe subie par les Arméniens ottomans en 1915. Je rejette cette injustice, et pour ma part, je partage les sentiments et la douleur de mes frères arméniens. Je m’excuse auprès d’eux."

Cette excuse n’a pas seulement été critiquée par les négationnistes turcs, mais également par certains Turcs qui ont pensé que la déclaration n’était pas allée assez loin. Aytekin Yildiz, Coordinateur de l’Association Confrontation, a déclaré : "C’est un bon point de départ, mais ce n’est pas suffisant. Premièrement, que veulent-ils dire par 'grande catastrophe’ ? Appelons-le par son nom. C’est un génocide. Deuxièmement, l’État doit s’excuser." L’historienne Ayse Hur a dit que la Turquie "doit s’excuser au nom des auteurs et en son nom, parce qu’elle a légitimé leurs actions au fils des années." Un autre intellectuel en vue, qui désire rester dans l’anonymat pour des raisons évidentes, a déclaré au journal Zaman que c’est l’État turc, plutôt que des individus, qui doit s’excuser.

Les extrémistes turcs, de leur côté, ont fermement condamné ces signataires de l’excuse pour avoir "trahi" la nation turque. L’historien Cemalettin Taskiran a été cité affirmant : "Ceci est la plus grande trahison que l’on pouvait faire à nos ancêtres… La campagne a été montée pour affecter l’unité de la nation turque et pour préparer la voie à une éventuelle reconnaissance par la Turquie des revendications arméniennes de génocide." Plusieurs membres du Parlement représentant le MHP, un parti politique radical turc, ont accusé les signataires "d’insulter" la Turquie. Plus sérieusement, 60 diplomates turcs à la retraite, en réaction, ont mis en place leur propre site Internet, décrivant la campagne de "l’excuse" comme étant "injuste, incorrecte et défavorable aux intérêts nationaux."

L’excuse des intellectuels turcs a généré des réactions positives et négatives sur les sites arméniens. Certains Arméniens ont accueilli cette excuse comme un premier pas positif, tandis que d’autres se disaient inquiets pensant que les Turcs essayaient de cacher leur responsabilité dans le génocide en s’excusant simplement. Les critiques arméniens ont souligné quelques limites dans la déclaration turque : premièrement, le texte évite le terme de génocide arménien et y fait référence par les mots "grande catastrophe." Deuxièmement, il fait allusion à l’année 1915 uniquement, au lieu de 1915-1923. Troisièmement, l’excuse est faite par des individus turcs plutôt que par l’État turc. Même si l’excuse émanait de responsables turcs, elle ne pourrait être considérée comme un substitut aux réparations et restitutions.

Cependant, cette déclaration est utile à l’éducation de l’opinion publique turque qui a si longtemps été laissée dans l’ignorance en ce qui concerne le génocide. Au lieu d’une commission historique turco-arménienne, ce qu’il faudrait c’est une commission entièrement turque qui fournirait une plateforme aux Turcs pour découvrir et discuter des massacres commis par leurs ancêtres.

Par hasard, à peu près au même moment que l’appel turc, environ 300 personnalités importantes d’Arménie ont envoyé une lettre ouverte au Président Abdullah Gul lui demandant de prendre courageusement la mesure de reconnaître le génocide arménien. L’appel arménien, tout comme son pendant turc, ne va pas assez loin. Plutôt que d’appeler à la reconnaissance, les signataires auraient dû demander justice pour les crimes commis contre la nation arménienne.

Nonobstant, la lettre dessert plusieurs objectifs utiles : premièrement, elle déboulonne le mensonge turc si souvent assené, que la question du génocide n’est soulevée que par la "diaspora radicale des Arméniens" plutôt que par les citoyens de la République d’Arménie. Deuxièmement, elle renforce le Président Serzh Sargsyan dans sa discussion avec les responsables turcs pour leur montrer la puissance des sentiments des Arméniens quant au génocide. Troisièmement, quand bien même cette lettre est adressée au Président turc, elle transmet également un message indirect au Président Sargsyan, celui de ne pas accepter la normalisation des relations avec Ankara sans que cette dernière ne reconnaisse le génocide arménien.

Malgré leurs limites, ces deux appels vont peut-être jouer un rôle significatif dans la décision que prendra l’Administration Obama. Il faut espérer que lorsque les lobbyistes turcs demanderont à la Maison Blanche de bloquer la reconnaissance américaine du génocide, le Président Obama rejettera leur requête et qu’il entendra les voix des milliers de signataires turcs et arméniens qui soutiennent la réconciliation sur la base de la vérité et de la justice.

©Traduction C.Gardon pour le Collectif VAN - 17 décembre 2008 - 07:00 - http://www.collectifvan.org





Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org