Aujourd'hui : Mardi, 25 juin 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Aide internationale pour la paix au Soudan
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous soumet cet article publié dans le 151-ème numéro du bulletin de Vigilance Soudan.

Vigilance Soudan

Numéro 151 - Novembre - décembre 2008


AFFAIRES ÉTRANGÈRES

Chine – Liu Gujin, envoyé spécial pour l'Afrque, est arrivé le 24 octobre à Khartoum. Il a conseillé de « s'arranger avec la CPI » en recherchant « un atterrissage en douceur ». La France a démenti ses propos selon lesquels les Européens étaient d'accord pour que les crimes soient jugés par des Africains et des Arabes sous direction de la CPI, mais que les Américains s'y opposaient. La Chine inviterait les autres membres du Conseil de Sécurité à plus de douceur mais se refuse à réclamer elle-même l'application de l'article 16 du Statut de Rome, qui suspendrait la procédure d'inculpation.

Le 19 octobre, 3 ingénieurs et 6 ouvriers chinois travaillant pour un consortium pétrolier ont été kidnappés au Sud-Kordofan. Le chef des kidnappeurs, Abu Humaid Ahmed Dannay, dit être un Arabe miserya (tribu qui s'est battue récemment à Abyei contre les Dinka) et un membre du MJE, ce que nie le mouvement de Khalil Ibrahim. Accusant les Chinois de ne pas se préoccuper du développement de la région, de ne fournir ni travail ni services à ses habitants et de leur refuser une juste part de la rente pétrolifère, Dannay prétendait les contraindre à quitter le Sud-Kordofan. La médiation tentée par d'autres Miserya a échoué, 5 captifs ont été tués, 2 se sont échappés et tout le monde s'est renvoyé la responsabilité du drame. Dannay a dit avoir été encerclé par l'armée soutenue par des hélicoptères, ce qu'a nié le gouvernement. Le régime a d'abord prétendu avoir retrouvé les blessés et les cadavres dans un village et vouloir porter plainte contre le MJE. Celui-ci a démenti être impliqué, condamné la tuerie mais demandé à la Chine de reconsidérer ses relations avec le Soudan.

Le 1 er novembre, lors d'une conférence de presse au Caire, le ministre des Affaires étrangères a enfin dévoilé la vérité : « le groupe qui a kidnappé les otages faisait partie d'une milice aidant les gouvernement à combattre les MLPS [pendant la guerre du Sud] . Après la guerre, ils ne furent pas intégrés dans l'armée et continuèrent à porter des armes et à vivre au Kordofan. Ils commencèrent à piller...Nous ne nous attendions pas à de pareilles choses de leur part. » (ST 2 11). Pour Dannay, « le gouvernement a tué les Chinois lors d'une opération de secours manquée... Il nous terrorise et nous répondrons de la même manière. » ( Asharq Al Awsat , Londres). Le ministère de la Défense a confirmé que les Chinois tués l'ont été pendant l'attaque lancée pour les libérer. Le survivant a finalement été rendu.

On reste sans nouvelles de trois Indiens enlevés en mai dont le gouvernement est beaucoup plus discret.

Grande-Bretagne – L'ambassade britannique à Khartoum a démenti une dépêche de SUNA rapportant que David Milliband, secrétaire aux Affaires étrangères, avait dit que son pays soutenait les efforts destinés à faire passer l'article 16 au Conseil de Sécurité. Selon l'ambassade, son pays presse au contraire Khartoum de coopérer avec la CPI et de prendre des mesures ambitieuses et hardies pour que la paix revienne au Darfour.

France – Le 20 novembre, à Addis-Abeba, les ministres éthiopien et français des Affaires étrangères déclaraient que la situation ne devait « pas être laissée aux seules mains des acteurs régionaux » mais demandaient que « les NU, l'UE et l'UA collaborent afin d'apporter la paix et la stabilité au Soudan ».Pendant le sommet des NU sur le Financement pour le développement, qui s'est tenu au Qatar du 29 novembre au 2 décembre, le président Sarkozy s'est entretenu avec Béchir en tête-à-tête, l'émir ayant disparu. « L a tragédie dure depuis trop longtemps...Il faut changer les choses. », a-t-il affirmé. Ces changements concernent « les rapports entre le Soudan et le Tchad et à l'intérieur du pays, les droits de l'homme, et la présence de certaines personnes dans son gouvernement » . En septembre, Sarkozy avait proposé de suspendre l'inculpation de Béchir par la CPI s'il modifiait radicalement sa politique. Grand désespoir des ONG. Béchir ne parla pas avec Ban-Ki Moon au cours de ce sommet ( AFP 29 11 ).

* * *

Interview de Prendergast

Politique américaine

Sudan Tribune


Save Darfur Coalition, Enough project et Genocide Intervention network, trois ONG américaines, ont écrit au Président élu à propos du Darfour. Cette interview est celle de Prendergast le co-président d' Enough et un ancien officiel de l'administration Clinton.

La diffférence d'un nouvel accord de paix au Darfour avec celui de 2006 est que ce dernier, le DPA, ne s'est pas occupé des problèmes fondamentaux, le démantèlement des structures janjawid, des compensations individuelles importantes, un partage inadéquat du pouvoir et des richesses.

Maintenant nous envoyons des milliards de dollars pour l'humanitaire, ce ne sont que les symptômes de la crise. Quant à la CPI, on pourrait suspendre pour un an toutes poursuites, si un vrai accord de paix arrivait, quitte à laisser les choses continuer si les Soudanais ne l'appliquent pas. Il est embarrassant pour les pays arabes de soutenir ce gouvernement quand rien n'arrive pour diminuer la crise. Ils ont soutenu l'effort de Qatar mais Egyptiens et Qataris sont en désaccord. Les Darfouris ont besoin d'un engagement continu des arabes. Les Etats ne soutiennent pas la MINUAD car il n'y a pas de stratégie pour terminer la guerre. Les seules divisions internes de l'administration Bush ont rendu impossible la « vague de paix » dont parlent nos organisations. Nous n'avons pas vu de progrès. Les rebelles ne s'uniront pas tant qu'ils n'ont personne pour discuter sérieusement.

L'équipe d'Obama a parlé de l'application d'une zone de non vol. Le bombardement des avions soudanais entraînerait la suspension des vols humanitaires par Khartoum. Ce serait un acte de guerre à n'être utilisé qu'en cas d'échec des autres opérations.




Retour à la rubrique


Source/Lien : Vigilance Soudan



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org