Aujourd'hui : Mardi, 25 juin 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Turquie : « Abattre ce mur de déni et de honte »
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Voici le texte très émouvant d'une intellectuelle turque qui explique pourquoi elle a signé, à l’instar de vingt-cinq-mille six-cent-soixante huit citoyens turcs (nombre de signataires le lundi 29 décembre à 22H00), la pétition d’excuses aux Arméniens « Özür diliyorum » (http://www.ozurdiliyoruz.com/) et ce bien qu’elle ne soit pas satisfaite du libellé minimaliste de ladite pétition. Nous attirons l'attention sur le fait que l'auteur, qui a pourtant signé de son nom la pétition, ne peut se permettre de signer son article sans recourir à un pseudonyme (Engin Parev), et cela parce qu'elle vit et travaille en Turquie où elle risquerait d’être inculpée au titre de l’Article 301 pour avoir écrit : « Par exemple, pour ma part je ne suis pas satisfaite de la définition de 1915 comme étant seulement la Grande Catastrophe. J’aurais voulu signer au bas d’un texte qui dise Génocide ouvertement ». Car au-delà des risques encourus au niveau judiciaire, plane bien sûr la menace d’une violence physique pouvant mener à un assassinat…

Engin Parev a signé parce que « le poids du déni officiel/public a toujours été trop insupportable pour pouvoir vivre avec. » Et parce que « cette déclaration va favoriser les prises de conscience et aussi faire pression sur l’historiographie officielle.» Espérons-le. Cela faisait longtemps que les Arméniens, dispersés dans le monde entier, attendaient que les « vrais intellectuels » turcs se mettent en marche et réclament à leur gouvernement « que la Turquie reconnaisse, fasse des excuses, et compense officiellement » les pertes subies par la nation arménienne, méthodiquement exterminée sur ses territoires ancestraux, tout comme les autres peuples non-musulmans de l’Empire ottoman (Assyro-Chaldéens, Grecs pontiques). Les intellectuels turcs qui s’expriment pour réclamer un texte plus fort et plus concret sont chaque jour plus nombreux. Quelle sera donc la prochaine étape ? Une future pétition « moins langue de bois », qui désignera le crime par son nom ainsi que les coupables ? Ou bien faut-il s’attendre à un sévère retour de bâton des cercles kémalistes négationnistes, traditionnels alliés de l’Armée ?

Comme nous l’avons déjà signalé, l'intiative des intellectuels turcs a créé une vague de protestations dans les milieux nationalistes en Turquie, en Europe et aux USA. D'autres sites sur le même modèle ont été lancés, mais avec des objectifs contraires. Celui intitulé « Ozurdilemiyorum » (Je ne demande pas pardon) (http://www.yyvdkusa.org/katilimcilar.php) a recueilli 60 013 adhésions à la date du lundi 29 décembre 2008 à 22H00.

Et un site de pétition exigeant des excuses des Arméniens « Özür bekliyorum » (http://www.ozurbekliyorum.com/?q=languages) pour les massacres que ceux-ci auraient commis envers les Turcs (!) a déjà recueilli 111 683 signatures. Cette campagne négationniste inversant le rôle des victimes et des bourreaux, est sans conteste la plus populaire...

Mais place à Engin Parev, co-signataire avec 25 668 autres personnes, de la pétition qui stipule : « Ma conscience ne peut accepter que l’on reste indifférent à la Grande Catastrophe que les Arméniens ottomans ont subie en 1915, et qu’on la nie. Je rejette cette injustice et, pour ma part, je partage les sentiments et les peines de mes sœurs et frères arméniens et je leur demande pardon. » Le Collectif VAN vous présente la traduction d'un article en anglais publié sur le site du journal Bianet du 19 décembre 2008.


Mon droit de présenter des excuses

Engin Parev


Que mes excuses soient acceptées ou non, par les vivants ou par les morts, je veux continuer à les présenter jusqu’à ce que nous tous acceptions, comprenions, partagions la peine, pardonnions. Mais pas que nous oubliions, pour l’éternité, ce qui s’est passé en 1915.

Comme beaucoup de gens qui ont signé ou n’ont pas signé la déclaration présentant des excuses pour les événements de 1915, je pense aussi que sa formulation n’est pas du goût de certains d’entre nous ; mais je suppose que les rédacteurs de ce texte en ont débattu longuement, et en sont arrivés à un « compromis » pour obtenir autant de participation que possible.

Par exemple, pour ma part je ne suis pas satisfaite de la définition de 1915 comme étant seulement la Grande Catastrophe. J’aurais voulu signer au bas d’un texte qui dise Génocide ouvertement. Je crois que nous avons dépassé le stade de cette prudence, surtout après l’assassinat de Hrant Dink.

De plus, certaines personnes ont été laissées à l’écart de ces excuses puisque nous savons tous que les Assyriens ont aussi fait partie des victimes du génocide de 1915. Et puis, quand viendra le bon moment de présenter des excuses aux Rums (les Grecs soumis au joug ottoman) et aux autres non-musulmans de Turquie qui n’ont peut-être pas souffert autant et en si grand nombre, mais qui ont aussi souffert de la même façon ? C’est pourquoi le texte aurait sans doute pu dire « le génocide arménien, les Arméniens et les autres qui ont perdu la vie à cette époque et tous les non-musulmans qui ont subi le même sort pour causes de haine comparable, en tant que victimes de crimes contre l’humanité… »

Un autre point susceptible d’être critiqué est que cette déclaration d’excuses aurait pu être discutée un peu plus longtemps par un plus grand nombre de personnes, plutôt que d’être lancée immédiatement par les quatre intellectuels de renom. Cela nous aurait donné à tous une chance d’affiner et de mieux étudier d’autres formes d’excuses ; et de l’améliorer.

MAIS j’ai néanmoins signé cette déclaration parce que :

Bien que je ne me sente pas personnellement responsable du génocide, je l’ai signée pour des raisons tenant à la conscience humaine ; comme l’ont dit beaucoup d’autres, comme Yasemin Çongar et al ;

Je crois que cette déclaration va favoriser les prises de conscience et aussi faire pression sur l’historiographie officielle.

J’ai signé pour des raisons liées à la compassion, et pour faire naître de l’empathie.

J’ai signé pour faire savoir que nous, citoyens de Turquie qui voulons regarder le passé en face, ceux d’entre nous qui devons vivre ici, qui en avons vraiment assez de l’approche négationniste officielle et publique, nous ne pouvons pas ne pas signer un tel document alors que quelques personnes ont pris déjà la courageuse initiative de commencer quelque part ; pour faire un pas de plus sur un chemin de ronces.

Je vois cette déclaration comme une avant-garde à faire suivre par de meilleures déclarations, par beaucoup, beaucoup d’autres dans un proche avenir : ce n’est qu’un commencement.

Pour répondre aux critiques de ceux qui ne désirent pas signer, disant qu’ils sont citoyens du monde et ne se sentent pas limités par les frontières d’un simple Etat : ceux qui ont signé le texte d’excuses sont aussi des citoyens du monde ; dire que ceux qui signent se sentent les sujets de l’Etat turc, ou qu’ils le font au nom de l’Etat turc, serait très injuste envers les signataires.

J’ai signé parce que le poids du déni officiel/public a toujours été trop insupportable pour pouvoir vivre avec. Vous pouvez imaginer ce qu’est de vivre dans un pays où une vérité comme celle-ci a été continuellement dissimulée et où de nombreuses personnes qui ont voulu en parler ont été poursuivies, ont dû fuir vers d’autres régions civilisées du monde, ou ont été tuées comme Hrant Dink. Hrant Dink a été assassiné à cause de cette histoire dissimulée et d’une haine ouvertement affichée. Il a été assassiné parce qu’il était arménien et aussi parce qu’il essayait sans cesse de mettre au jour les réalités ensevelies.

J’ai voulu la signer, mais pas juste pour apaiser mon esprit, dans la mesure où mon esprit n’est toujours pas apaisé et ne le sera pas jusqu’à ce que la Turquie reconnaisse, fasse des excuses, et compense officiellement. Mon esprit ne sera pas apaisé jusqu’au moment où je mourrai – en me souvenant de ces Arméniens, nos frères et sœurs, et d’autres, qui ont été obligés de mourir ainsi. Mais ceci sera une petite avancée sur le chemin de la recherche de la vérité et de l’âme. L’effort en vaut la peine, pour brique par brique abattre ce mur de déni et de honte.

J’ai voulu signer parce que je voulais crier, pas seulement par le biais d’une signature mais tout au long de ma vie, que toujours j’éprouverai de la douleur, je souffrirai et me rappellerai les vies perdues et ce qu’elles ont dû subir.

Enfin, c’est mon droit de faire des excuses, et pas seulement à ces Arméniens vivants, qu’ils aient eu ou non des liens de parenté avec les victimes du génocide – ce sont des excuses qui englobent tous les Arméniens et les Assyriens, et tous les êtres humains du monde – mais aussi aux âmes défuntes du génocide de 1909 et 1915. Que mes excuses soient acceptées ou non (par les vivants ou par les morts) je veux continuer à les présenter jusqu’à ce que nous acceptions, comprenions, partagions la douleur, pardonnions. Mais pas que nous OUBLIIONS, jusque dans l’éternité, ce qui est arrivé en 1915.

Il se peut que jÂ’aie omis dÂ’autres raisons importantes ou des sentiments encore inexpliqués, mais je voulais juste exprimer certains dÂ’entre eux. Le processus dÂ’excuses nÂ’est pas gagné avec juste une déclaration, cÂ’est un long, long chemin ardu quÂ’il faut prendre. Et cette déclaration est un panneau indicateur vers ce chemin, et je désire féliciter les quatre personnes courageuses qui lÂ’ont initiée. (ŞP/EK)

BIA News Service – Ankara Vendredi 19 Décembre 2008


Traduction Collectif VAN - 30 décembre 2008 - 08:44 - http://www.collectifvan.org/




Retour à la rubrique


Source/Lien : Bianet



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org