Aujourd'hui : Mercredi, 23 octobre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Gül critique la campagne d’excuses aux Arméniens
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous livre la traduction de cet article en anglais du journal arménien Armenialiberty parue sur le site de la Fédération Euro-Arménienne pour la Justice et la Démocratie le 6 janvier 2009.


***

Traduction Gérard Merdjanian - Commentaires du site de la Fédération Euro-Arménienne :

La Turquie reste la Turquie. Son dogme n’a pas changé depuis sa création et ce sont toujours les principes de Kemal Atatürk qui régissent le pays, quels que soient les gouvernements en place. Les minorités sont toujours des citoyens de seconde zone et plus encore si l’on est chrétien.

Le contentieux arméno-turc touche directement au nationalisme turc. Reconnaître qu’il a eu génocide est humiliant aux yeux de la Turquie mais surtout entraînera des réparations inacceptables pour elle.

Ce qui explique entre autre la troisième condition pour l’établissement de relations diplomatiques et l’ouverture de la frontière : La validation du tracé frontalier actuel, c’est-à-dire l’abandon absolu d’une quelconque revendication territoriale.

***

Selon le président Abdullah Gül, la campagne des intellectuels turcs qui présentait des excuses publiques pour les massacres des Arméniens dans l’Empire ottoman, se reflète négativement sur la Turquie qui effectue un rapprochement diplomatique avec l’Arménie.

La campagne Internet a été lancée le mois dernier par un groupe de 200 universitaires turcs, journalistes, écrivains et artistes, en désaccord avec la version officielle turque de ce que beaucoup d’historiens considèrent comme le premier génocide du 20ème siècle. Leur pétition, intitulée "Excusez-moi", a été présentée sur un site Web spécial (www.ozurdiliyoruz.com) le 15 Décembre. Plus de 26.000 Turcs l’ont déjà signé.

Bien que la pétition n’utilise pas le mot génocide pour qualifier les massacres de 1915, elle a attiré la colère des nationalistes qui la considèrent comme une trahison nationale. Le Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, et les dirigeants militaires l’ont également critiquée.

Le Président Gül a dans un premier temps déclaré que des excuses sans précédent témoignaient de la liberté d’expression dans son pays. Mais dans un entretien le 2 Janvier avec la télévision turque ATV, il a indiqué que la campagne pourrait nuire à la normalisation des relations turco-arméniennes.

"Lorsque l’on examine les derniers débats en termes de résultats, je ne crois pas qu’ils aient apporté une contribution positive", a précisé Gül. "Les idées que nous défendons ou pas, pour lesquelles nous luttons ou pas, peuvent être examinées que si elles ne ciblent pas la violence. Toutefois, la polarisation peut atteindre parfois de graves proportions en raison de la sensibilité des sujets", a-t-il ajouté.

La fin de la campagne de plusieurs décennies pour la reconnaissance internationale du génocide arménien est l’une des conditions préalables de la Turquie pour l’établissement de relations diplomatiques et l’ouverture de sa frontière avec l’Arménie. Ankara a également mis en préalable la résolution du conflit du Haut-Karabakh acceptable par l’Azerbaïdjan. A l’inverse, les gouvernements successifs arméniens, ont toujours demandé une normalisation inconditionnelle des liens bilatéraux.

Les relations se sont améliorées de façon spectaculaire depuis que le président Serge Sarkissian est arrivé au pouvoir en avril 2008. Sarkissian a répondu positivement à l’offre d’Ankara d’un "dialogue" et a invité Gül à se rendre à Erevan le 6 Septembre pour regarder avec lui le match entre les deux équipes nationales de football.

Gül a accepté l’invitation, en devenant le premier chef d’Etat turc à mettre les pieds en Arménie. Son voyage historique a été suivi par une série de nouvelles négociations entre les ministres des Affaires étrangères, arménien et turc. Edouard Nalbandian a exprimé l’espoir cette semaine que ces "tendances positives" se poursuivront en 2009.

"Parfois, on travaille discrètement, parfois publiquement. Mais je peux vous dire que ces travaux existent", a indiqué Gül à ATV, selon l’agence de presse Anatolie.

Selon certaines sources diplomatiques bien informées sur les pourparlers turco-arméniens, Ankara serait prêt à cesser ces entretiens d’amélioration des relations avec l’Arménie, et sur le règlement du conflit du Karabakh, si Erevan n’accepte pas sa proposition de former une commission turco-arménienne d’historiens, chargée d’examiner les événements de 1915. La proposition avait été rejetée par l’ancien président Robert Kotcharian, alors que Serge Sarkissian n’a pas déclaré une opposition de principe.

Emile Danielian - armenialiberty




Retour à la rubrique


Source/Lien : FEAJD



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org