Aujourd'hui : Mercredi, 1 avril 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Le génocide et les relations Arménie-Turquie
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous soumet la traduction d'un article en anglais des journaux arméniens Radio Publique d'Arménie et Radilour parue sur le site de la Fédération Euro-Arménienne pour la Justice et la Démocratie le 20 janvier 2009



20 janvier 2009

***

Traduction Gérard Merdjanian – Commentaires du site de la Fédération Euro-Arménienne :

Depuis le voyage du Président Abdullah Gül en Arménie, la stratégie de la Turquie a évolué mais n’a pas changé sur le fond.

Quand on connaît les interdits qui pèsent au sujet du génocide arménien (art.301 du code pénal), on est quelque peu étonné de voire des milliers de personnes demander ouvertement pardon au Arméniens pour les méfaits commis par leurs ancêtres. Sauf bien sûr s’il y a l’aval des autorités.

Quand les dirigeants turcs utilisent ce type d’actions pour dire : voyez nous progressons, attention ne vous mêlez pas du génocide car cela pourrait casser l’embellie des relations avec l’Arménie ; On se compte que la diplomatie arménienne a encore à apprendre de la diplomatie turque. Malheureusement il y a des Arméniens qui tombent dans le panneau.

Le combat pour la reconnaissance du génocide est plus que jamais d’actualité avec l’arrivée de la nouvelle équipe à la Maison Blanche.

Petite brève : Sur le fronton du Centre Culturel de la ville turque d’Eskisehir, il est écrit : « Entrée interdite aux Arméniens et aux Juifs mais autorisée aux chiens » …

***

* Le génocide toujours d’actualité

Le processus de reconnaissance du génocide arménien est à nouveau au centre des discussions. Au cours d’une conférence de presse aujourd’hui le responsable du Bureau du Hay Dat (cause arménienne) et des affaires politiques de la Fédération Révolutionnaire Arménienne (FRA), Kiro Manoyan, a abordé la question. Concernant la campagne "d’excuses" sur Internet Kiro Manoyan a déclaré que la campagne était plus une étape contre la reconnaissance internationale du génocide arménien, plutôt qu’une manière honnête de présenter des excuses aux Arméniens.

"Pour reconnaître le génocide arménien, la Turquie a besoin d’une révolution, une révolution dans la mentalité de la population turque".

Selon l’orateur, la reconnaissance du génocide arménien par les Etats-Unis peut contribuer à l’amélioration des relations arméno-turques, et non le contraire, alors que l’idée d’une commission d’historiens est inacceptable, car elle peut induire en erreur la communauté internationale.

De surcroît, les relations arméno-turques ne sont pas à l’ordre du jour en ce moment, vue qu’elles sont liées à des problèmes internes à la Turquie. En l’occurrence, le groupe extrémiste "Ergenekon" présente un gros danger pour la Turquie car il peut conduire à l’effondrement du pays.

Alisa Kévorkian - "Radilour"

* Hrant Dink : deux ans déjà

Le deuxième anniversaire de lÂ’assassinat du journaliste turco-arménien Hrant Dink sera célébré par lÂ’association "Amis de Hrant". Elle a appelé les personnes à se rassembler en face de lÂ’hebdomadaire bilingue Agos au centre de Şişli, là où Dink a été abattu. "Nous allons nous réunir en tant que citoyens qui croient en la fraternité, indépendamment de toute différence de religion, de langue, de race, de sexe ou dÂ’opinions politiques", déclare le communiqué de lÂ’association. Le rassemblement se fera derrière le slogan, "Pour Hrant, pour la justice", indique le quotidien Hurriyet.

L’avocate de Hrant Dink, Fethiye Çetin, a déclaré dans une interview au quotidien Hurriyet que de nombreux suspects dans l’enquête sur Ergenekon ont participé à la planification de l’assassinat de Dink. "Le gang Ergenekon est une organisation avec de profondes ramifications et aussi longtemps que les vrais leaders sont libres, les vrais instigateurs de l’assassinat de Dink ne seront jamais capturés", a-t-elle déclaré.

"Après avoir ignoré pendant des années les menaces qui pesaient sur sa vie, le journaliste turco-arménien Hrant Dink était devenu nerveux quelques jours avant qu’un adolescent nationaliste l’abatte le 19 janvier 2007 en face du siège de l’hebdomadaire arménien Agos", a indiqué son avocate depuis de nombreuses années.

Avocate depuis de Dink depuis trois ans, elle était avec Dink quand il a été reconnu coupable d’outrage à la "turquicité" en vertu de l’article 301 du Code pénal turc (TCK), pour un article qu’il avait écrit. Dans l’article, il appelait les Arméniens à se libérer de la haine ressentie envers les Turcs, parce que c’était la seule façon pour eux d’entrevoir un avenir.

Radio Publique d’Arménie

* Turquie - États-Unis : reconnaissance génocide arménien

Le ministre des Affaires étrangères turc a mis en garde l’administration de Barack Obama que toute qualification de génocide des massacres d’Arméniens par les Turcs ottomans, pourrait torpiller les efforts de réconciliation entre les deux voisins.

"Il ne serait pas très rationnel qu’un pays tiers prenne position sur cette question ... Un faux pas des États-Unis pourrait nuire à ce processus", a déclaré Ali Babacan vendredi soir, selon l’agence de presse Anatolie.

"La Turquie n’a ‘jamais été aussi proche’ d’une normalisation des liens avec l’Arménie, son voisin oriental, et une percée pourrait être obtenue en 2009", a-t-il ajouté.

Obama, qui prend ses fonctions mardi, a promis à ses supporters arméno-américains lors de sa campagne électorale, de reconnaître les massacres perpétrés durant de la Première Guerre mondiale, comme un génocide. Washington a toujours condamné les massacres, mais s’est jusqu’à présent abstenu de les qualifier de génocide en raison de ses relations avec la Turquie, membre de l’OTAN et alliée clé au Moyen-Orient.

Babacan a déclaré que le différend fait partie des questions qu’Ankara et Erevan débattent depuis les efforts de réconciliation activités en Septembre suite à la visite historique du président turc Abdullah Gül en l’Arménie.

Le processus de rapprochement a été renforcé par les efforts de réconciliation entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, un proche allié de la Turquie. "La perspective d’une normalisation des relations entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie, et entre la Turquie et l’Arménie en 2009 n’est pas un rêve", a-t-il souligné.

En 1991, Ankara avait refusé d’établir des relations diplomatiques avec Erevan en raison de sa campagne pour la reconnaissance du génocide. En 1993, il avait de plus fermé ses frontières avec l’Arménie par solidarité avec l’Azerbaïdjan, alors en guerre avec l’Arménie concernant le Haut-Karabakh, portant ainsi un rude coup à une nation déjà appauvrie.

AFP




Retour à la rubrique


Source/Lien : FEAJD



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org