Aujourd'hui : Dimanche, 17 février 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Turquie : les fantômes de l'Anatolie (III)
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous propose la dernière partie de la traduction de l’article du Turc Tolga Eren, paru sur le site kurde Nasname. « Pouvons-nous laisser l'histoire aux historiens ? » s’interroge Tolga Eren en soulignant le caractère outrancièrement mensonger de l’histoire revisitée par l’Etat turc. « Combien de temps un pays fondé sur des mensonges peut-il exister ? Comment guérir de cette folie, de cette maladie mentale ? », de cette « schizophrénie paranoïaque » ? Tolga Eren souligne la continuité entre les responsables du génocide arménien de 1915, ces membres du Comité Union & Progrès qui « se sont fait une place parmi les cadres dirigeants de la jeune république (…) et se sont appropriés le crime » et la Turquie moderne de Mustapha Kemal, et il interroge : « D'après vous, pourquoi Atatürk a-t-il accordé des rentes aux familles des criminels du génocide arménien ? (…) Un génocide planifié jusqu'aux moindres détails et conduit par la main de l'Etat. Un crime contre l'humanité, organisé sous le couvert d'un déplacement de populations en prétextant la guerre. » L’auteur continue : « Une demande d’excuse ne sera jamais suffisante. Il en faut beaucoup plus. Mais d'abord, nous devons nous mettre à leur place. (…) La question n'est pas seulement une question de génocide, c'est le traumatisme de perdre les terres que tu as toujours appelées ta patrie ». On ne peut que saluer le courage de l’auteur de cet article. Des positions malheureusement encore bien minoritaires chez les intellectuels de Turquie. Un jour viendra peut-être…



Tolga Eren : Un fantôme se balade en Anatolie


D'accord. Alors, pourquoi l'Institut Turc d'Histoire essaye-t-il de lier la dynastie arménienne Gamsaragan, les fondateurs de la ville d'Ani, à la tribu Saka, une soi-disant branche des Turcs Oguz, les Kemer-Sakanlı - il est évident que c'est une histoire mensongère - on peut même se demander si les Kemer-Sakanlı étaient vraiment Turcs. Pourquoi le nom d'Ani devient-il 'ANI' ? (Nota CVAN : sans point sur le "i", 'ANI' signifie 'souvenir' en turc). N'est-ce pas un signe de faiblesse ? Pourquoi cet effort pour trouver un lien ? Est-on complexé par le fait que les Turcs soient venus en Anatolie plus tard ? Pourquoi dit-on que les églises arméniennes chrétiennes ont été construites par les Turcs ? Pourquoi Atatürk avait-il dit que « l'Anatolie était turque dans l'histoire, par conséquent elle est turque et restera toujours turque » ? Pourquoi avait-il ressenti le besoin de combler un manque, en falsifiant clairement l'histoire et avait-il essayé de lier les origines des civilisations grecque et égyptienne aux Turcs, voir même d'y voir l'origine de toutes les langues du monde ? Tous ces efforts pour justifier des origines avec des affabulations qui ne peuvent servir qu'à nous ridiculiser. Comment cela peut-il nous rendre crédibles ? Après tant de déformations et de manipulations, comment pouvons-nous respecter les thèses historiques des Turcs ? Comment pouvons-nous faire confiance à ces thèses ? En conclusion, comment pouvons-nous laisser l'histoire aux historiens ? Pourquoi, lors de son discours à Adana, Atatürk avait-il dit « les Arméniens n'ont aucun droit sur ces terres » ?

Ces terres peuvent-elles accepter tant de mensonges ? La vérité ne surgira-t-elle pas à un moment ou un autre? Pouvez-vous cacher la vérité ? Combien de temps un pays fondé sur des mensonges peut-il exister ? Combien de temps peut-il poursuivre son existence en dépit d'une grande injustice ? Sans cette confession, comment ce pays peut-il se purifier et trouver la sérénité ? Comment guérir de cette folie, de cette maladie mentale ? Je réponds : on ne peut pas. Il y a une expression « lorsque tu commences à te mentir à toi-même, tu entrebâilles la porte de la folie ».

Voici la folie que nous sommes en train de vivre. Ce qui perdure depuis 80 ans, et ce qui est devenu une schizophrénie paranoïaque, c'est l'état d'un pays qui regarde autour de lui avec suspicion, qui se sent encerclé, qui voit des ennemis partout, qui s'isole et se détache du monde entier, et qui n'arrive pas à devenir membre de la famille de l'humanité. La cause de tout cela est un crime contre l'humanité qui est ancré dans notre subconscient, qu'on n'arrive pas à affronter, qu'on évite d'affronter et qu'on repousse dans les profondeurs. Cela ressemble à la peur du voleur qui craint qu'un jour on ne lui enlève les biens qu'il a volés. D'ailleurs, ça s'est passé exactement comme cela lors de la formation de la République. Les notables, les Aga, les pachas et les membres du Comité Union et Progrès, ayant partagé le butin du pillage, ont participé à la défense de l'Anatolie et se sont fait une place parmi les cadres dirigeants de la jeune république. En faisant cela, ils se sont appropriés le crime. D'après vous, pourquoi Ataturk a-t-il accordé des rentes aux familles des criminels du génocide arménien, pourquoi leur a-t-il attribué les maisons restantes des Arméniens ?

Actuellement, les défenseurs de la thèse officielle s'attachent souvent à l'argument suivant : les Arméniens étaient minoritaires. Moi, je dis : « non, ils n'étaient pas minoritaires ». Malgré le fait que les Kurdes étaient éparpillés (d'une façon forcée) sur le territoire arménien, ils n'étaient pas minoritaires. Donnons l'explication suivante : on parle d'une population anatolienne, au début de la 1ère guerre mondiale, atteignant 10 millions de personnes. On peut affirmer que 1,5 million étaient des Arméniens, sans oublier de préciser que sur l'ensemble du territoire de l'Empire, ce chiffre était de 2 millions, dans la région de l'Egée 1,5 millions étaient Grecs et sur la côte de la mer Noire, il y avait 1 million de Grecs; quant aux Assyriens, on donne ces chiffres entre 500.000-700.000, au total il y avait près de 5 millions de chrétiens. Presque la moitié de la population anatolienne.

Qu'allait-il advenir alors de ces gens ? On pouvait très bien leur donner des droits nationaux, les regrouper dans une région, par exemple on pouvait donner aux Arméniens une sorte d'autonomie, regroupant les autres entités chrétiennes, grecques, assyriennes et autres, on aurait pu ainsi gagner ces nations. Ou bien une société démocratique multi-culturelle. Ce que je veux dire : en réalité, tout pouvait être résolu par la dialogue. Cette question a-t-elle jamais été posée avant d'emprunter le chemin de la violence? C'était exactement ce qu'il fallait faire en réalité. L'autre choix n'était par le choix naturel et les conséquences horribles ne pouvaient pas être évitées. Car vous détruisez le tissu naturel de l'Anatolie : cette approche en force ne pouvait être mise en œuvre que par le génocide, pas par un autre moyen.

Un génocide planifié jusqu'aux moindres détails et conduit par la main de l'Etat. Un crime contre l'humanité, organisé sous le couvert d'un déplacement de populations en prétextant la guerre. De plus, une opération concernant les Arméniens des régions n'ayant aucun rapport avec les fronts de guerre comme Edirne,Tekirdag, Canakkale, İzmit, Kütahya, Eskisehir, İzmir, etc.. Qu'est-il arrivé aux maquisards dans les montagnes ? Rien. Quels sont ceux qui ont été punis, qui ont été exilés sur les routes ? Les femmes, les enfants, les vieillards. Alors pourquoi ? Si on les avait laissés chez eux, que ce serait-il passé ? Rien.

L'objectif à atteindre était différent et tout était planifié pour leur départ sans retour. Les autres immigrés étaient installés aussitôt dans leurs maisons. On a visé à réduire leur nombre [le nombre des Arméniens] à une proportion raisonnable, à moins de 5%. Bahaeddin Şakir s'est déplacé en Anatolie pour donner personnellement des instructions, jusque dans les moindres recoins. Les hommes respectables et dignes qui ne souhaitaient pas participer à ce crime contre l'humanité ont été assassinés, d'ailleurs ils avaient dit [les Unionistes] que les défenseurs des Arméniens seraient pendus devant leur propre maison. De plus, ils ont lancé des fatwas disant que les biens des Arméniens étaient 'hallal' pour eux, incitant ainsi la population à y participer [au pillage].

Les troupes des Forces Spéciales - Teşkilatı Mahsusa – étaient placées le long de l'itinéraire, elles donnaient l'impression que les convois étaient attaqués par des bandits, tandis que les gendarmes n'intervenaient pas. Pour accomplir cette besogne, tous les criminels coupables de meurtres, de viols, ont été libérés des prisons et ont été obligés de se joindre au Teskilat-i Mahsusa. Les lits des fleuves, les pieds des falaises, les cavernes, les puits étaient remplis de cadavres dÂ’innocents.

Le peuple [turc et kurde], sachant qu'ils [les Arméniens] allaient vers une mort certaine, attaquait ces groupes [d'Arméniens] comme des mouches se précipitant sur une goutte de miel, et les pillait, essayait de leur prendre tout ce qu'ils avaient : les pièces d'or qu'ils avaient cousues sur leurs vêtements, quelques pièces d'argent, des morceaux de pain sec, des vêtements, jusqu'à leurs chaussures.

Même un morceau de pain sec était de trop pour eux. Et les enfants ? C'était dommage, c'était un pêché, c'était une main d'œuvre, ça représentait un capital, ils les ont pris, ils les ont partagés entre eux (Nota CVAN : comme un butin). Et les belles femmes ? C'était vraiment dommage! Ils n'arrivaient pas à les départager ! Ne seraient-elles pas bien dans leurs petits harems ?

C'était une frénésie totale, tout le monde se précipitait sur ce butin, le butin du navire naufragé, ils saisissaient ce qu'ils pouvaient. Je me demande si, pour une nation, il y a une tragédie plus grande que celle-là ? Un peuple ne vit-il pas pour venger cela ? Il vit même jusqu'à l'éternité. En vérité, comme je dis toujours, une demande d’excuse ne sera jamais suffisante. Il en faut beaucoup plus, beaucoup plus. Tout ce que nous pouvons faire. Tout ce dont nous sommes capables. S'il le faut, il faut qu'on les porte sur nos têtes. Mais d'abord, nous devons nous mettre à leur place. Nous ne l'avons jamais vécu, nous ne connaissons pas ça car nous étions une société nomade, nous ne savons pas ce que veut dire rester à un endroit pendant 3000 ans, voici notre problème. Lorsqu'on va comprendre ceci, c’est-à-dire lorsqu'on va comprendre ce que signifie pour un peuple qui n'a pas connu d’autre patrie que ses terres, ce que signifie pour lui le fait de regarder de loin l’Ararat qu'il vénère, après avoir été chassé de sa patrie, à ce moment-là, tout va être résolu.

En fait, au bout de 500 ans, vous pouvez maintenant le comprendre. Imaginez par exemple que vous soyez chassés d'Istanbul, le peuple entier. Imaginez que vous soyez éparpillés partout dans le monde. Il n'y a pas de paysage plus magnifique que le Bosphore, que Bebek, Emirgan, Taksim, Kadikoy, Besiktas, Uskudar (Nota CVAN : les beaux quartiers d'Istanbul). Il ne reste plus que les souvenirs de cette ville, des transports en bateaux et des mouettes que vous nourrissiez avec des morceaux de simit (Nota CVAN : pain aux graines de sésame).

Les îles aux Princes, la tour de Kız Kulesi, les tablées de conversations avec des amis, face au Bosphore, autour du raki et du poisson, les jours où vous aviez nourri les pigeons sur la place d'Eminonu, le Grand Bazard, la mosquée de Sultanahmet, le palais de Topkapı, votre première entreprise à Mecidiyeköy, votre première maison à Aksaray, le parc où vous aviez emmené vos enfants, l'école primaire que vous avez fréquentée, la Colline de Camlica où vous aviez tenu la première fois par la main votre chérie, tout cela n'existe plus, Istanbul n'existe plus pour vous ! Et même si vous étiez partis au bout du monde, sans jamais pouvoir revenir, votre coeur est resté ici, votre chérie appartient à un autre, vous y pensez, vous pleurez, et vous mourrez avec ce pénible chagrin nostalgique.

Pensez-y une fois. Sentez-le. Lorsque vous allez le sentir, à l'instant même vous allez dire « tenez prenez tout, car vous les méritez davantage » mais lorsque vous direz cela, eux ne diront pas « oui, partez, allez-vous en, nous voulons tout » ; lorsque vous allez le dire, ils diront « non, ne partez nulle part, vivons ensemble en paix ». Je l'ai toujours dis, la question n'est pas seulement une question de génocide, c'est le traumatisme de perdre les terres que tu as toujours appelées ta patrie. Ce traumatisme ne peut être réparé en aucune circonstance mes amis !

Oui je demande pardon, je demande même pardon du fond de mes racines pour toute mon existence. Sur ces terres où je suis arrivé plus tard du Caucase en tant qu'immigré, je demande pardon au nom de mes ancêtres qui se sont installés dans leurs villages, je demande pardon parce qu'ils sont restés silencieux à leur départ, parce qu'ils ont récupéré leurs biens (Nota CVAN : le verbe 'konmak' utilisé fait allusion à un oiseau chasseur qui 'se perche' sur sa proie sans défense, sans fournir d'effort). Parce que ‘je suis descendu de la montagne et que j'ai chassé celui de la vigne’ (Nota CVAN : l'expression turque signifie dans ce contexte, ‘je suis un rustre qui a chassé le civilisé’). Parce qu’après leur départ, ces terres ont perdu leur âme et elles se désertifient de plus en plus. Pour cette géographie que nous ne nous efforçons même pas de connaître vraiment et sur laquelle nous plantons une culture factice et sans racines.

J'ai honte parce que j'ai fait exploser leurs églises, j'ai détruit leurs monastères, j'ai essayé d'effacer toute trace de leur existence, je ne connais même pas les racines des noms des villages, des districts, des villes, des montagnes, des fleuves qui portent toujours les traces, parce que j'ignore les mots arméniens entrés dans notre langue, les plats arméniens, les coutumes arméniennes entrées dans ma culture. J'ai honte parce que je suis étranger à ces terres à ce point-là, parce que je ne connais pas deux mots d'arménien, de grec et de kurde, parce que, eux, ils parlent ma langue. J'ai honte parce qu'en ce moment il n'existe pas un seul village arménien en Anatolie (on ne peut pas compter le village de Vakifli car jusqu'en 1939, il n'était pas à l’intérieur des frontières de la Turquie). Aujourd'hui 10% de la population d'Egypte est chrétienne, cela correspond à 7,5 millions de personnes, 10% de la population de Syrie est chrétienne et cela correspond à 2 millions de personnes, je demande pardon parce que le pourcentage de la population [chrétienne] dans ce pays [la Turquie] est de 0,01 et chaque jour nous faisons tout pour les faire fuir encore.

Le voila, un fantôme se balade en Anatolie et c'est le fantôme des innocents qui ont subi le génocide, c'est le cri de la majorité silencieuse de l'Anatolie. Ils ne sont pas seulement les ancêtres des Arméniens vivant en Arménie. Ce sont les Grecs, les Kurdes, les Assyriens, les Chaldéens, les Nestoriens, les Yezidis, les Alevis, ce sont les habitants de ces terres. En vérité, ils sont l'Anatolie. Et pour que ces âmes reposent en paix, je m'agenouille. Je présente mes excuses pour que la malédiction se lève, pour que ces terres retrouvent la sérénité et la paix. Je ne me contente pas de présenter des excuses, j'ouvre mes bras à ceux qui sont dispersés partout dans le monde mais qui n'ont d'autre patrie que l'Anatolie, aux vrais enfants de l'Anatolie, les Arméniens, les Grecs et les Assyriens et je les invite dans leur pays d'origine. Je leur dis "venez s'il vous plait", "Bienvenue dans votre pays d'origine ", revenez sur ces territoires vides, déserts, maudits, visités par des fantômes, pour que cette terre retrouve sa vitalité et son âme. Je fais cela au nom de l'humanité. J'en suis redevable. Car il faut plus que la demande d'excuses…

Tolga Eren

21 Décembre 2008

Traduction du turc : S.C. pour le Collectif VAN - 22 janvier 2009 - 07:10 - http://collectifvan.org/


Lire aussi:

Turquie : les fantômes de l'Anatolie (I)

Turquie : les fantômes de l'Anatolie (II)



Retour à la rubrique


Source/Lien : Nasname



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org