Aujourd'hui : Mardi, 25 juin 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Les charges contre Elif Safak et son roman consacré aux relations arméno-turques sont abandonnées
Publié le :

mardi 27 juin 2006, Stéphane/armenews

Elif Safak, chroniqueuse dans plusieurs journaux turcs et écrivain, était traduite en justice sur la base de l’article 301, pour insulte à l’identité turque. Objet du délit : son roman “Baba ve Pic” (Père et Bâtard), qui relate l’histoire des liens entre deux familles - l’une turque et l’autre arménienne - sur une période de 90 ans.

Le Procureur de Beyoglu du Parquet d’Istanbul a toutefois décidé d’abandonner les charges retenues contre l’écrivain suite au dépôt de plainte de l’avocat ultranationaliste Kemal Kerinçsiz, à l’origine de tous les procès anti-arméniens récents en Turquie (Orhan Pamuk, Hrant Dink, conférence arménienne d’Istanbul).

Le quotidien turc « The New Anatolian » avait cité les phrases sorties de la bouche des personnages sur lesquelles s’appuyait Kemal Kerinçsiz pour attaquer Elif Safak en justice : « Je suis le petit-fils d’une famille dont les enfants ont été massacrés par les bouchers turcs », mais aussi : « J’ai été élevé dans l’obligation de renier mes racines et de dire que le génocide n’a pas eu lieu ».

Invitée à s’expliquer devant ses juges, Elif Safak avait estimé qu’extraire certaines phrases d’un roman pour attaquer son auteur en justice n’est ni un procédé légal ni une bonne manière de représenter avec précision l’histoire décrite dans le roman. « Si un personnage dans un livre décrit un meurtre ou en commet un, cela signifie-t-il que l’auteur l’approuve ? », s’était interrogée l’écrivaine.

Yusuf Kanli dans un éditorial du Turkish Daily News en date du lundi 12 juin avait ironisé sur ce procès : « Prochainement, notre grand pays pourrait entrer dans le Guinness des Records, comme le tout premier pays à avoir fait une découverte judiciaire - en l’occurrence la poursuite et la condamnation de personnages d’un roman. » Même si le journaliste « ne peux condamner l’avocat Kerinçsiz et les individus porteurs de cette mentalité, qui représentent une minorité négligeable dans le pays » Yusuf Kanli avait ajouté « le problème est d’avoir un système judiciaire donnant la possibilité à ces gens-là de nuire à ceux qui produisent des œuvres intellectuelles, ou qui tentent d’étendre la liberté d’expression et toutes les libertés qui constituent la colonne vertébrale de toute société démocratique. »

Selon le Turkish Daily News le Procureur Mustafa Erol a indiqué, qu’aucune preuve de l’intention de l’écrivain d’insulter la nation turque n’a pu être trouvée dans l’ouvrage. « Dans son témoignage du 6 juin 2006, a souligné le Procureur, Elif Safak a déclaré en substance que son intention n’était pas d’insulter l’identité turque, mais exactement le contraire, afin de contribuer à créer un climat pacifique et humain entre Turcs et Arméniens. Elle a dit qu’il s’agissait d’une fiction. »

Le “Baba ve Piç” (Père et Bâtard) sera publié à la fin de l’année aux Etats-Unis, sous le titre “Le Bâtard d’Istanbul”, par les éditions Viking/Penguin.



Retour à la rubrique



Source/Lien : Nouvelles d'Arménie



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org