Aujourd'hui : Samedi, 30 mai 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Turquie : l’école, territoire de la propagande discriminatoire
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La Fondation d'Histoire turque (la "Tarih Vakfı Yönetim Kurulu" à ne pas confondre avec le "Turk Tarih Kurumu", l'Institut turc d'Histoire, organisme négationniste d'Etat, dirigé jusqu'à très récemment par le professeur de sinistre réputation Yusuf Halacoglu) vient de faire un communiqué pour s’élever contre la diffusion obligatoire dÂ’un DVD de propagande négationniste anti-arménienne, dans toutes les écoles primaires de Turquie. Le Collectif VAN vous en propose la traduction et vous invite à cette occasion à lire ou relire le troisième rapport sur la Turquie, adopté le 25 juin 2004 et publié le 15 février 2005, fruit des Travaux de la Commission européenne contre le racisme et l'intolérance (ECRI) de la Direction Générale des Droits de l'Homme du Conseil de l'Europe. Les autorités turques y promettaient quÂ’elles étaient « en train de revoir les manuels scolaires dans lÂ’optique de supprimer toute référence xénophobe, contraire aux droits de l'homme ou qui véhiculent des idées négatives à lÂ’encontre de certains groupes minoritaires. » Preuve que depuis plus de 4 ans, et malgré les promesses des autorités et les communiqués de protestation sincères ou non des uns et des autres, rien nÂ’a changé en Turquie, en terme de discrimination des minorités non-turques. Avec pour cibles, les plus fragiles individus de la société civile : les enfants.


Communiqué officiel
17.02.2009

Nous regrettons, en tant que Fondation d'Histoire turque, de découvrir que le communiqué mentionné ci-dessous a été diffusé dans les écoles primaires à travers la Turquie.


==

Date: 29.01.2009

sujet:

a) La note ayant le numéro 2399/67435 de la Direction municipale de l'Education nationale et datée du 25/06/2008.

b) La note ayant le numéro 18.79/332/8964 de la Direction municipale de l'Education nationale et datée du 23/01/2009
sujet (a) La direction de la ville de lÂ’Education nationale avait distribué aux écoles le DVD intitulé "Sarı Gelin - Ermeni Sorununun Iç Yüzü Belgeseli", préparé par lÂ’Etat-Major et traitant des prétentions des Arméniens au sujet des événements de 1915.

Sujet (b) Il est prié de montrer le DVD transmis en question, dans une tranche horaire convenable pour les élèves de votre école et de transmettre le résultat dans un rapport jusqu’au vendredi 27 février 2009 inclus, à notre direction du service culturel.


==

La question arménienne est un sujet sensible en Turquie. Cette question reste toujours d’actualité et à l’origine des tensions actuelles. Lorsqu’il s’agit d’aborder des sujets si sensibles, plus particulièrement dans les domaines de l’éducation, la question doit être abordée convenablement et avec stratégie. Malgré ce qui est affirmé, le documentaire intitulé ‘Sari Gelin’ que les élèves des primaires sont obligés de regarder, n’est pas ‘scientifique’. Au contraire, il doit être qualifié de film de propagande, ce documentaire attise l’animosité existante dans la société contre les ‘Arméniens’ et par son langage, accentue la discrimination, diffusant ainsi les graines de la haine. De ce point de vue, ce documentaire viole avant tout, les principes de base des ‘droits de l’homme’.

Ce genre de publications, plus particulièrement lorsqu’il s’agit de l’éducation des enfants du primaire, provoque des blessures irrémédiables au sein de la société. Dans ce documentaire, ils construisent à l’aide de prétendus arguments qui visent à orienter les enfants, la « justification de la défense » de cette attitude haineuse envers celui qui est différent de nous. Les jeunes enfants qui le regarderont vont percevoir les images montrées dans ce film comme une vérité absolue. Ce genre de pratiques est pédagogiquement erroné. Attirer d’une façon si brutale l’éducation vers des discussions politiques telles que même les adultes n’arrivent pas à les affronter, voir l’éducation fondamentale comme un instrument d’endoctrinement, sont des signes d’un totalitarisme abandonné depuis fort longtemps par les concepts de l’éducation moderne. Les erreurs pédagogiques de ce genre sont des pratiques qui constituent des ‘lignes rouges’ qu’il ne faut jamais franchir dans l’éducation.

Le fait que le Ministère de l’Education nationale ait envoyé ce documentaire, œuvre de l’Etat-Major, qu’il ait demandé expressément sa projection et qu’il ait exigé un rapport pour s’assurer de sa diffusion, est particulièrement préoccupant. Et le plus important est que parmi les écoles où ce documentaire doit être montré, il y a des écoles des minorités, surtout des écoles arméniennes. Ce qui est encore plus tragique, dans les écoles des majorités (Nota CVAN : majorité turque), il y des enfants arméniens jouant avec leurs camarades turcs. En aucun cas l’état psychologique de ces enfants et de leurs parents n’a été pris en considération. Une pratique similaire avait été porté à l’ordre du jour suite aux ‘événements de Gaza’ lorsqu’ils avaient voulu que les enfants du primaire gardent une minute de silence : les enfants juifs avaient été complètement oubliés sans tenir compte de leur état psychologique.

Malgré les divergences de foi, tous ces enfants et leurs parents sont des citoyens de ce pays à part entière avec des droits égaux. On attend de la part du Ministère de l’Education nationale des œuvres prenant en considération toutes ces sensibilités. Un climat de confiance peut être créé uniquement par des pratiques éducatives dignes d’un tel concept de citoyenneté. La construction de la paix sociale ne peut être possible qu’ainsi. Les cerveaux endommagés des enfants constituent des obstacles à la paix sociale. L’histoire est chargée d’exemples montrant la difficulté qu’il y a à réparer ce genre de dommages définitifs.

Le Ministère de l’Education nationale qui fait l’actualité ces derniers temps avec de telles pratiques, doit donner des explications valables en justifiant comment il peut adapter ces actes à l’angle des droits de la citoyenneté moderne et des principes contemporains de l’éducation.

Nous, en tant que Fondation d’Histoire, qui depuis sa création, avons œuvré comme les défenseurs de ces principes dans le domaine de l’éducation, nous appelons le gouvernement actuel à s’orienter vers un système d’éducation respectueux envers les fondements d’un Etat démocratique. Nous exigeons du Ministère de l’Education nationale d’arrêter rapidement ces pratiques erronées et dangereuses.

Nous en informons respectueusement...

Tarih Vakfı Yönetim Kurulu


Traduction du turc S.C. pour le Collectif VAN - 19 février 2009 - 07:30 - http://collectifvan.org/


Lire aussi:

Troisième rapport sur la Turquie - Adopté le 25 juin 2004 - Publié le 15 février 2005 - Travaux de la Commission européenne contre le racisme et l'intolérance (ECRI) - Direction Générale des Droits de l'Homme – Conseil de l'Europe

Extraits :

Education et sensibilisation


34. Dans son second rapport, l’ECRI a encouragé les autorités à revoir les programmes scolaires en s’assurant que les questions de racisme, de discrimination et d’intolérance sont dûment traitées dans ces programmes. Elle a également souligné l’importance d’avoir des enseignants spécialisés dans ce domaine. Elle a demandé à ce que les programmes scolaires soient révisés afin de supprimer tout élément propice à véhiculer des préjugés, favoriser les clichés ou un nationalisme excessif.

35. Les autorités turques ont informé l’ECRI qu’elles ont mis en place des programmes d’enseignement des droits de l'homme et qu’elles ont renforcé ceux qui existaient déjà à tous les niveaux d’éducation. Ces programmes font partie de l’instruction civique qui permet également l’apprentissage de la démocratie. L’ECRI est inquiète d’apprendre que des livres scolaires et des sujets d’examens officiels peuvent véhiculer des idées négatives à l’encontre de certains groupes minoritaires et notamment des Arméniens. Les autorités ont informé l’ECRI qu’elles sont en train de revoir les manuels scolaires dans l’optique de supprimer toute référence xénophobe, contraire aux droits de l'homme ou qui véhiculent des idées négatives à l’encontre de certains groupes minoritaires. L’ECRI note également qu’il existe en parallèle avec cette initiative un groupe issu de la société civile qui s’occupe également de repérer tous les préjugés et stéréotypes négatifs existant dans les manuels scolaires.

36. Concernant la sensibilisation des fonctionnaires, l’ECRI note avec satisfaction que les autorités ont multiplié le nombre de formations aux droits de l'homme prévues pour les agents des forces de l’ordre, les personnes travaillant dans les conseils de droits de l'homme3, les magistrats etc. Ces formations portent essentiellement sur la CEDH et son interprétation par la Cour européenne des droits de l'homme.

Recommandations :

37. L'ECRI encourage les autorités turques à s'assurer que les questions du respect mutuel, du racisme et de la discrimination raciale sont convenablement abordées dans le cursus scolaire des élèves et dans le cadre de la formation des enseignants concernant les droits de l'homme.

38. L’ECRI recommande aux autorités turques d’assurer le contrôle de la qualité des manuels scolaires. Ceux-ci ne doivent contenir aucune référence péjorative ou injurieuse à l’encontre de quelque groupe minoritaire que ce soit. Les autorités turques doivent être particulièrement attentives aux références faites dans les livres scolaires concernant les Arméniens et les Roms. L’ECRI encourage les autorités turques à revoir les programmes et les livres scolaires et notamment les livres d’histoire pour que les élèves soient sensibilisés aux bienfaits d’une société multiculturelle. Il serait souhaitable que les autorités coopèrent avec la société civile dans ce travail, par exemple en créant une commission mixte qui comprendrait des ONG de droits de l'homme et des experts indépendants.

39. L’ECRI recommande de continuer et de renforcer les efforts concernant la formation aux droits de l'homme des fonctionnaires. Elle encourage les autorités turques à mettre l’accent sur le respect de la dignité humaine, le principe d’égalité et l’interdiction de la discrimination, notamment raciale. Le problème du racisme et de l’intolérance doit également être abordé ainsi que la nécessité d’accepter et de favoriser la diversité culturelle.




Retour à la rubrique



TÉLÉCHARGER :
 Troisième rapport sur la Turquie




   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org