Aujourd'hui : Samedi, 30 mai 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Les ambassadeurs français doivent respecter la loi
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Un ambassadeur français se doit de représenter son pays et les lois de la République. C’est même là sa fonction première.
François Dopffer, ancien ambassadeur français en Turquie de 1991 à 1996, ne respecterait-il pas la loi française ? Il a signé un article « La Turquie et l’Union européenne » dans un dossier global intitulé « Turquie : Acteur majeur des relations internationales ? », mené sous la direction de Didier Billion, directeur adjoint de l’IRIS, et dans lequel il parle de « la réunion d'une commission d'experts sur les massacres de 1915 » en précisant entre parenthèses : « (génocide pour les Arméniens) ».

François Dopffer est à même de savoir que des centaines de chercheurs et historiens internationaux de renom ont validé les « massacres de 1915 » comme génocide avéré.

Et comme tout ambassadeur, il ne peut ignorer la loi républicaine n°2001-70 du 29 janvier 2001 relative à la reconnaissance du génocide arménien de 1915.

Elle stipule : « La France reconnaît publiquement le génocide arménien de 1915. »

Ce qui n’est sans doute qu’une maladresse de présentation peut avoir de graves conséquences et donner à croire que le génocide arménien ne serait un génocide « que pour les Arméniens ».
A l’heure où l’Etat turc exporte en France un négationnisme du génocide arménien de plus en plus sophistiqué et pervers, il serait de bon ton que nos plus hauts diplomates ne fassent pas ce type de faux pas : les négationnistes s’en délectent.

***

François Dopffer a récemment présidé la conférence débat sur le thème "Crise Economique et Politique d’Elargissement de l’Union Européenne" organisée par le Comité France Turquie, avec la participation de Michel DIEFENBACHER, Président du groupe d’amitié parlementaire "France-Turquie" de l’Assemblée Nationale, Kemal DERVIS, ancien Directeur Général du Programme des Nations Unies pour le Développement, ancien Ministre de l’Economie et Hubert VEDRINE, ancien Ministre des Affaires Etrangères. Elle a eu lieu Lundi 29 Juin 2009 à Paris 7ème.

En-dehors de ses livres (« L'imbroglio turc » paru en août 2007 aux Editions Lignes De Reperes) et conférences sur la Turquie, François Dopffer, ancien ambassadeur français en Turquie de 1991 à 1996, a dirigé auparavant l'Office français de protection des réfugiés et apatrides. Après sa mission en Turquie, il a dirigé Asie et d'Océanie à l'Administration centrale du ministère des Affaires étrangères jusqu’en 2000. De 2000 à 2002, François Dopffer a occupé les fonctions d’Ambassadeur de France en Egypte. A partir de 2002, il a été nommé conseiller diplomatique du Gouvernement et serait depuis renouvelé dans ses fonctions.

http://www.geocities.com/csfeinfo/rfe/RFEInfos/58/carnet.html

-------------------------------

TURQUIE : ACTEUR MAJEUR DES RELATIONS INTERNATIONALES ?
sous la direction de Didier Billion, directeur adjoint de lÂ’IRIS
29 avril 2009

Extraits de La Turquie et l’Union européenne
30 avril
par François Dopffer, Ancien ambassadeur français en Turquie, Auteur de L’imbroglio turc (Lignes de repères, 2008)

« 5. La question arménienne

Cette question ne fait pas partie techniquement de la négociation Turquie/Union européenne, mais on ne peut que constater les efforts de la diaspora arménienne au Parlement européen pour que la reconnaissance du génocide arménien soit demandée par l'Union européenne.

Sur ce plan, les relations entre Erevan et Ankara paraissent entrer dans une phase plus positive. Le président turc est allé en Arménie en septembre 2008, sous couvert d'un match de football. Les deux gouvernements viennent de tomber d'accord sur une " feuille de route " en vue de la normalisation des relations, expression qui signifie que le processus sera progressif pour tenir compte des objections des nationalistes turcs et de certaines organisations de la diaspora arménienne. Les détails de cet accord étant tenus confidentiels, l'équilibre des concessions mutuelles ne peut encore être apprécié, mais on peut penser que l'arrangement porte sur le rétablissement des relations diplomatiques - à Tbilissi dans un premier temps -, l'ouverture des frontières, peut-être la réunion d'une commission d'experts sur les massacres de 1915 (génocide pour les Arméniens), voire selon la presse de Moscou, la reconnaissance du traité russo-turc de Kars de 1921 qui fixe la frontière turco-arménienne actuelle. Ce projet se heurte cependant à l'opposition de l'Azerbaïdjan en conflit avec l'Arménie depuis sa défaite militaire au Haut-Karabagh. Bakou qui se considère abandonné, manifeste sa mauvaise humeur à l'égard de la Turquie.

Bien entendu ce processus annoncé à la veille du 24 avril, journée de commémoration du génocide arménien, doit être analysé à la lumière des démarches en cours au Congrès américain et des déclarations de Barack Obama sur la question du génocide. En tout état de cause, il constitue un élément nouveau et positif dans le dossier des relations Turquie/Union européenne. »


Lire aussi :

http://www.diploweb.com/Geopolitique-de-Chypre.html

http://www.affaires-strategiques.info/spip.php?article1164

L’armée turque face à l’affaire Ergenekon

Avec ou sans la Turquie, telle est la question


2002–2009 : Une phase de la démocratie turque qui s’achève ?




Retour à la rubrique



TÉLÉCHARGER :
 DOSSIER




   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org