Aujourd'hui : Mercredi, 11 décembre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
"Maudit" Turc ! (I)
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous présente la traduction d'un article récent paru dans la presse turque anglophone et qui a fait beaucoup de bruit dans les milieux intellectuels et journalistiques intéressés, de par la personnalité de son auteur et de par son contenu. Orhan Kemal Cengiz est un célèbre et admirable défenseur des droits de l'homme, il est l'avocat de la partie civile dans l'affaire des 4 chrétiens assassinés en Turquie le 18 avril 2007, affaire qui lui vaut - de la part des milieux ultranationalistes turcs - des menaces telles qu'il vit avec un garde du corps 24h sur 24. Généreux, dévoué, homme de principes, il est aussi réputé pour avoir une position parfaitement claire sur le génocide de 1915, qu'il souhaite voir reconnaître. Cependant, cela ne semble pas mettre cet intellectuel turc à l'abri de cette tendance, fréquente chez des démocrates turcs, à attribuer aux Arméniens les mêmes travers qu'aux Turcs, et à faire des descendants de victimes, le reflet dans le miroir des négationnistes turcs.

Ainsi, Orhan Kemal Cengiz met sur le même plan, le raciste arménien qui ne voit chez les Turcs que des assassins en oubliant les héros, et le raciste turc, pour lequel une minorité opprimée, désarmée, massacrée reste un ennemi intérieur. L'expression "Les deux faces d'une même médaille", utilisée ici par Orhan Kemal Cengiz, a aussi posé un problème à nombre de lecteurs, ainsi que l'affirmation selon laquelle le journaliste arménien de Turquie Hrant Dink, assassiné à Istanbul le 19 janvier 2007, aurait tout aussi bien pu être tué, comme citoyen turc, par un Arménien raciste.

A le lire, on a l'impression que Samast, le jeune meurtrier turc, a simplement été le plus rapide... Parmi les réactions, on a pu lire que Hrant Dink a été vraiment maltraité par certains Arméniens de la diaspora. Mais il a été également rappelé que Dink lui-même avait contribué à diaboliser la diaspora, rejoignant par là, la politique du gouvernement turc. On a pu aussi s'interroger sur le choix de publier ce texte, non dans un journal en langue turque, mais dans Today's Zaman, qui a un tout petit lectorat anglophone, plutôt constitué d'étrangers non-turcophones.

Ces remarques faites, il n'est pas inutile de constater la blessure profonde que cause à Orhan Cengiz, mais aussi à d'autres Turcs progressistes qui se sont exprimés dans la foulée, le fait d'être sordidement agressés parce que Turcs, d'êtres appelés "assassins" à cause de leur seule origine, alors même qu'ils sont considérés comme traîtres à leur nation pour des positions allant à l'encontre de celles de la majorité, et pour leur amitié envers les Arméniens. Il serait dommage de rester indifférent au sentiment d'injustice et à la douleur qui se dégagent de ce texte, et qui sont partagés par d'autres Cengiz - parfois également mal inspirés.




ORHAN KEMAL CENGİZ

o.cengiz@todayszaman.com

"Maudit" Turc !

e ne suis pas religieux. Je ne suis pas kurde. Je ne suis pas gay. Je ne suis pas chrétien.. Je ne suis pas arménien. Je ne suis pas tsigane. Mais j’ai passé toute ma vie à défendre les droits de ces personnes.

Je suis un défenseur des droits de l’homme. Quand je me décris, je dis que je suis un défenseur des droits de l’homme, avocat et écrivain. C'est au cours de ma première visite à Londres en 1998 que j'ai compris, que quoi que je fasse, je suis un "maudit" Turc pour certaines personnes. L’ironie est que je travaillais là-bas pour le Projet kurde des droits de l'homme, et nous intentions des actions en justice devant la Cour européenne des droits de l'homme, suite à quoi je me suis senti profondément menacé par les éléments de l'Etat profond de mon pays. Quand j'ai rencontré la communauté arménienne de Londres, je me suis transformé en représentant de la Turquie. C'était la première fois que mon "identité turque" prenait le pas sur toutes mes qualifications.

Les massacres des Arméniens ont été orchestrés et organisés par le Comité Union et Progrès (CUP) - qui est venu au pouvoir par un coup d'Etat militaire - tandis que l'Empire ottoman était en train de s'effondrer. Après ces massacres et suite à l'absence de confrontation avec notre passé, le CUP et ses gangs ont changé de genre et se sont transformés en « État profond » en Turquie.

Ces éléments de l'Etat profond ont continué leurs massacres et leurs manipulations et ont plongé la Turquie dans un bain de sang pendant l'ère républicaine. Nous avons ces éléments de l'Etat profond, mais nous avons également beaucoup de gens qui luttent contre eux, en ignorant ou en connaissant l'histoire. Le procès d'Ergenekon, en ce sens, constitue un tournant de cette tentative en Turquie. Vous pouvez considérer le gang Ergenekon comme le bras armé du CUP dans la Turquie d'aujourd'hui.

Les massacres des Arméniens ont été menés par un certain état d'esprit, par un mouvement politique. Malheureusement, ce mouvement politique a aussi créé l'histoire officielle de la Turquie, qui ne prévoit pas de place pour les Arméniens. Et l'Etat est dans le déni complet de ce qui a eu lieu en Turquie dans le passé. Ce déni apporte malheureusement un fort soutien à une approche raciste envers la Turquie et son peuple.

J’étais à Toronto l’année dernière pour suivre un cours intéressant sur le génocide. Pendant deux semaines, nous avons étudié en détail les différents génocides qui ont eu lieu dans diverses parties du monde. Tous les conférenciers ont présenté des exposés exemplaires, et je me suis rendu compte que j'avais vraiment appris quelque chose.

J'ai cependant réalisé qu'il y avait une différence fondamentale dans la manière de traiter le génocide arménien. Quand on a parlé de l’Holocauste, on a parlé du régime nazi; lorsqu’on a discuté du génocide cambodgien, on a parlé du régime des Khmers rouges; cependant, quand ça a été le tour du génocide arménien, on n’entendait que le mot « Turcs ».

Le déni complet nourrit un étiquetage complet et absolu. C’est un cercle vicieux. Il est très regrettable que certains Arméniens, tout en croyant qu'ils sont en quête de justice, soient devenus désespérément racistes. Ils ne veulent pas croire qu'il y a beaucoup de gens bons dans ce pays. Ils ne veulent pas se souvenir qu’il y a aussi eu de nombreux Turcs qui ont perdu la vie en essayant de protéger des Arméniens. Ils s’accrochent à cette image du “maudit Turc ”. Chaque Turc, chaque individu vivant en Turquie, est simplement un meurtrier à leurs yeux.

La pathologie de l'amnésie et la pathologie de la haine aveugle sont les deux faces d'une même médaille. Chacune des deux faces poursuit le même objectif: les deux font des Arméniens et des Turcs des êtres profondément névrosés.

Au milieu de toute cette folie, Hrant Dink était un havre sûr de raison, la sagesse et de compassion. Il avait une profonde compréhension de la Turquie et du traumatisme dont nous avons souffert pendant si longtemps. Il a été tué parce qu'il était l’espoir face à cette folie. Il aurait pu être tué par un raciste arménien. Cependant, il a été tué par des racistes turcs, bien sûr, sous la direction de l'Etat profond. Dink était un maudit Turc pour les racistes arméniens et un traître arménien pour les Turcs racistes.

C’était un personnage dangereux pour tous ceux qui voulaient continuer ce cercle vicieux de la haine. Lors de ses funérailles, nous avons chanté: "Nous sommes tous Hrant Dink». Nous avons tous besoin d'être Dink si nous voulons contribuer à la réconciliation. Je m'incline avec respect devant sa mémoire.

18 Septembre 2009, Vendredi

Traduction Collectif VAN - 28 septembre 2009 - 07:13 - www.collectifvan.org

Lire aussi:

"Maudit" Turc ! (II)




Retour à la rubrique


Source/Lien : Today's Zaman



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org