Aujourd'hui : Samedi, 22 février 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Le procès du meurtre de Dink suspendu au dégel turco-arménien
Publié le :

Monde 14/10/2009 à 00h00

Par RAGIP DURAN (à Istanbul)

Les audiences se traînaient depuis plus de deux ans sans résultats notables bien que l’assassinat le 19 janvier 2007 de Hrant Dink, directeur d’Agos, le principal hebdomadaire arménien de Turquie, ait indigné le pays. Mais quelque chose commence enfin à bouger dans le procès des meurtriers supposés.

«Pour la première fois, le procureur a admis presque l’ensemble de nos requêtes», explique Fethiye Cetin, qui, avec les autres avocats de la famille de la victime, voulait «dès le début démontrer les relations qui existent entre les assassins de Dink et la bande Ergenekon», une organisation paramilitaire accusée de fomenter un coup d’Etat contre le gouvernement actuel et jugée depuis plus de deux ans.

Le tribunal a accepté, lundi, d’étudier les documents visant deux détenus du procès Ergenekon. La salle d’audience archicomble de la 14e chambre de la cour d’assise d’Istanbul, dans laquelle les 20 accusés - dont 5 détenus -, étaient jugés, accueillait aussi une dizaine d’observateurs étrangers, dont Hélène Flautre, coprésidente de la commission parlementaire turco-européenne.

Les Européens ont les yeux fixés sur ce procès débuté en juillet 2007 où les zones d’ombre restent nombreuses. A la lenteur de la procédure, avec des audiences espacées de plusieurs mois - la prochaine est fixée au 8 février 2010 -, s’ajoutent les réticences du ministère public à aller jusqu’au bout des recherches concernant les véritables donneurs d’ordre dans les milieux ultranationalistes.

«On refuse nos requêtes alors que nous voulons dévoiler les relations entre les tueurs, certains militaires et des membres des services de renseignements de la police», dénonçait jusqu’alors une pétition déposée par les parties civiles. «La couleur du jour est noire», clamait une pancarte des amis de Hrant Dink devant le palais de justice. Le collectif «Pour Hrant, pour la justice» a aussi organisé samedi une marche silencieuse avec des torches, «pour dissiper les ténèbres».

La onzième audience du procès Dink a eu lieu deux jours après la difficile signature des protocoles d’accord entre Erevan et Ankara, qui rétablissent les relations diplomatiques entre les deux pays. Et à l’avant-veille du match de football entre la Turquie et l’Arménie à Bursa, avec un visiteur exceptionnel, le président de la République d’Arménie, Serzh Sargsyan, rendant la visite effectuée par son homologue turc, Abdullah Gül, lors du match aller l’an dernier. «Est-ce que le début de la détente turco- arménienne peut avoir une influence positive sur le déroulement du procès ?» interroge un avocat qui reconnaît ne pas avoir la réponse.





Retour à la rubrique


Source/Lien : Libération



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org