Aujourd'hui : Samedi, 20 octobre 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Israël/Turquie : la négation revient frapper en pleine face
Publié le : 18-11-2009

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - „Mentir sur le génocide arménien ne devrait pas être une monnaie d’échange, israélienne - ou juive américaine – dans les relations diplomatiques avec la Turquie. » Ainsi s’exprime avec force, la rédaction de l’Intermountain Jewish News, hebdomadaire indépendant, fondé en 1913 et diffusé au sein des communautés juives des USA, en Israël et au-delà. Le journal prend ici clairement position contre la négation du génocide arménien par Israël : « Il n’est pas possible de nier un génocide, de l’ignorer ou de le faire placer au deuxième plan. Israël et les organisations juives nationales ont nié ce principe — et ce déni vient maintenant les frapper à leur tour. (…) La Turquie s’est maintenant retournée contre Israël. Toutes ces génuflexions sur le génocide arménien n’y ont rien fait. ». Le Collectif VAN vous propose la traduction de cet article de l’IJN, en date du 5 novembre 2009.








Tous ces mensonges sur le génocide arménien n’ont servi à rien


Jeudi 5 novembre 2009

Nous pourrions utiliser le mot “diplomatie” ou “politique” ou “ignorance” ou “objectivité” ou “équité.” En vérité, il n’y a qu’un mot : mensonge.

Pendant des années, certaines organisations nationales juives ont menti à propos du génocide arménien perpétré par les Turcs ottomans pendant la Première guerre mondiale. Ces organisations ont dit qu’il n’y avait pas eu de génocide, ou que c’était une question de “controverse historique.” Mettez “Génocide arménien” à la place du mot “Holocauste”. Nous n’invoquerions pas la “diplomatie” ou la “politique” ou “l’ignorance” ou “l’objectivité” ou “l’équité” pour dire que l’Holocauste n’a pas eu lieu, ou que c’était une question de “controverse historique.” Nous dirions : la négation de la Shoah est un mensonge.

En invoquant comme raison le maintien de bonnes relations entre Israël et la Turquie, ces organisations nationales juives — sans parler de l’État d’Israël lui-même — ont accepté la négation du génocide arménien par la Turquie, ou bien elles ont déclaré que c’était un fait “controversé.” On nous disait que de bonnes relations avec la Turquie ne pouvaient être achetées qu’en acceptant le mensonge de la Turquie sur le génocide arménien.

C’était scandaleux.

Comme si un génocide pouvait être mieux dissimulé qu’un autre.

Comme si les descendants de l’Holocauste pouvaient devenir aveugles ou sectaires, ou comme s’ils pouvaient renier leurs principes devant la “diplomatie” ou la “politique” ou à “l’ignorance” ou “l’objectivité” ou “l’équité” — et s’attendre à ce que ce soit efficace.

Ce ne le fut pas. Voilà, le monde de la realpolitik ayant tourné, la Turquie s’est maintenant retournée contre Israël. Toutes ces génuflexions sur le génocide arménien n’y ont rien fait. La Turquie a annulé les manœuvres militaires avec Israël le mois dernier. Après la guerre menée par Israël contre les terroristes du Hamas à Gaza il y a 11 mois, la Turquie a dénoncé Israël. À présent, les Israéliens se vengent de la seule façon qu’ils puissent : en annulant leurs nombreux voyages touristiques en Turquie.

Naturellement, nous espérons que les liens Turquie-Israël vont s’améliorer. Mais la seule manière de les payer, c’est d’utiliser la monnaie normale en matière de relations internationales : commerce et soutien mutuel dans les capitaux étrangers. Mentir sur le génocide arménien ne devrait pas être une monnaie d’échange, israélienne - ou juive américaine – dans les relations diplomatiques avec la Turquie.

Israël et ces organisations juives nationales devraient à présent se rendre compte que même d’un point de vue pragmatique, le mensonge n’a servi à rien. Et d’un point de vue moral ? En matière de génocide, diplomatie et politique n’ont pas leur place. Il n’est pas possible de nier un génocide, de l’ignorer ou de le faire placer au deuxième plan. Israël et les organisations juives nationales ont nié ce principe — et ce déni vient maintenant les frapper à leur tour.

Nous ne sommes pas surpris. Un fait aussi infiniment et absolument immoral qu’un génocide ne peut être soumis efficacement à la diplomatie ou à la politique. Franklin D.Roosevelt a essayé en ce qui concerne l’Holocauste : il a substantiellement terni sa réputation posthume. Henry Kissinger a essayé avec le Cambodge : cela a renforcé sa réputation de sournois. Bill Clinton a essayé avec le Rwanda : c’est une tache indélébile liée à sa présidence.
En matière de génocide, la postérité n’est pas indulgente.

Aujourd’hui, même en Turquie le nombre de chercheurs qui reconnaissent le génocide arménien va croissant. Les affirmations contraires variées, qui nient le génocide arménien, semblent de plus en plus saugrenues. Peut-on imaginer quelqu’un affirmant de façon crédible que la révolte du ghetto de Varsovie en 1943 montre bien que l’Holocauste n’était qu’une “guerre civile” entre les juifs et les Allemands? La caractérisation de “guerre civile” appliquée au génocide arménien par la Turquie aura l’air tout aussi ridicule à l’avenir. Nous le répétons, la postérité traite les génocides sans indulgence.

Comme l’a formulé le Professeur Ronald Grigor Suny de façon cinglante dans le numéro actuel de American Historical Review:
"Ce qui dans les sources semble avoir été la panique et la paranoïa des Turcs face à un danger imaginaire émanant de leurs sujets arméniens, s’est métastasé dans les mains d'apologistes en une justification de meurtres ordonnés par l’'État."

Lorsque les mauvais massacrent toute une population, les bons doivent réagir, comme nous devons le faire au Darfour aujourd’hui. Lorsque le temps passe et que nous nous retournons sur ceux qui ont massacré toute une population, nous ne devons jamais permettre que le mal transcendant soit nié ou minimisé au nom de considérations diplomatiques ou politiques. C’est une erreur. Et ça ne marchera pas.

©Traduction de l'anglais: C.Gardon pour le Collectif VAN - 18 novembre 2009 - 07:40 - www.collectifvan.org


Lire aussi:

Juif et Turc contre la négation du génocide arménien




Retour à la rubrique


Source/Lien : IJN



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org