Aujourd'hui : Mercredi, 8 avril 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Le collégien a écrit : « le génocide arménien était mérité »
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Mustafa Dogan est en dernière année de collège au lycée Jacques Marquette près de Nancy. L’adolescent de 13 ans a contesté, avec cinq autres camarades issus de l’immigration turque, le cours d’histoire sur le génocide arménien. Il a répondu lors d’un examen d’histoire : « il n’y a pas eu de génocide, et même s’il a eu lieu, ils l’avaient mérité [ils : les Arméniens]». L’élève a été renvoyé deux jours et l’équipe pédagogique lui a demandé de préparer un dossier sur le thème du génocide arménien perpétré dans l’Empire ottoman en 1915. Son père a alors alerté les associations franco-turques de la région (COJEP) qui sont intervenues auprès de l’établissement. Mustafa a donc réintégré son collège et il n’aura pas de devoir sur le génocide arménien à préparer. Si cette information se révélait exacte on serait en droit de se poser des questions : de même que ce ne serait pas aux politiques de faire l’histoire, va-t-on désormais prétendre que ce n’est pas aux professeurs de l’enseigner ? Pourtant seule l’éducation peut faire évoluer la société originaire de Turquie et la délivrer de la haine anti-arménienne si profondément ancrée en elle. Le ministère de l’Education nationale va-t-il laisser les établissements gérer seuls cette situation ? Le Collectif VAN vous propose la traduction d’un article paru en turc à la Une de Hurriyet, plus grand quotidien de Turquie, et dont le slogan est le célèbre credo de Mustafa Kemal Ataturk : "La Turquie aux Turcs" (voir pdf à télécharger à la fin de la traduction).

Le génocide est devenu son devoir


Arzu ÇAKIR MORİN/PARİS

En France, où les parlementaires avaient reconnu officiellement que les événements de 1915 étaient un génocide, un collégien de 13 ans, Mustafa Dogan, parce qu’il refusait de reconnaître le génocide, a été renvoyé de l’école et on lui a demandé de préparer un devoir sur le génocide.
Le père, Mehmet Doğan, s’y est opposé catégoriquement “Mon fils ne fera pas ce devoir”.

Les associations culturelles turques [de la région] ont réagi et le directeur de l’école a fait marche arrière en disant “Nous avons voulu appliquer une méthode pédagogique. Mustafa ne sera pas obligé de faire ce devoir”.

Mustafa est en dernière année de collège au lycée Jacques Marquette près de Nancy, ville frontalière proche de l’Allemagne.

Alors qu’ils étudiaient le génocide arménien lors d’un cours d’histoire, il a, avec ses 5 camarades de classe d’origine turque, riposté et dit qu’ils ne reconnaissaient pas le génocide. Le professeur les avait renvoyés du cours et a ensuite présenté ce sujet controversé lors de l’examen d’histoire. Mustafa s’est énervé et a écrit : « il n’y pas eu de génocide, et même s’il a eu lieu, ils l’avaient mérité » en soulignant les mots « avaient mérité ». Le professeur s’est énervé et a puni Mustafa.

Le père, Mehmet Dogan, qui a raconté l’événement à Hurriyet, a dit « mon fils est rentré paniqué à la maison ‘Papa, ils se sont fâchés contre moi, ils ont dit que j’avais commis une faute grave. Et que la pénalité est de 45 000 €.’ Le lendemain, l’école m’a appelé pour un entretien. J’ai défendu mon fils en disant que la négation du génocide n’est pas un crime et qu’il n’y avait pas de telle loi. Bien sûr, il aurait été préférable qu’il ne marque pas ça [Nota CVAN : « Ils l’avaient mérité »].

Il ne va pas faire ce devoir

La direction a renvoyé Mustafa de l’école pendant 2 jours. Elle a également demandé qu’il prépare un devoir sur le thème “Le génocide perpétré par l’Empire ottoman: Crime contre l’humanité”. La famille de Mustafa a qualifié le devoir comme étant “rempli intentionnellement d’expressions contraignantes ” et a pris la décision de ne pas rendre le devoir en alertant le COJEP, les associations turques de la région.

Après l’intervention du COJEP, la direction de l’école a décidé de rencontrer une deuxième fois la famille. Doğan a répété : “Mon fils ne va absolument pas faire ce devoir. C’est la dernière année de mon fils. S’il le faut, je retirerai mon fils de cette école” .

Le directeur de l’école a répondu aux questions d’Hurriyet : “Mustafa va reprendre les cours ”

Le directeur du collège, François Vingola, qui a fait ces déclarations à Hurriyet, a précisé que la Direction ne pouvait pas admettre la description que Mustafa avait faite « du génocide mérité », qu’une telle expression ne peut pas être acceptée selon les valeurs humaines internationales. « Ce que nous voulions faire, c’était un exercice pédagogique pour rappeler ces valeurs à Mustafa. Mustafa a repris les cours. Il n’y a aucun problème, il n’y aura pas de punition. Le sujet est clos pour nous. Notre école est une institution républicaine laïque et démocratique. Et Mustafa va reprendre les cours là où il a été interrompu. » A la question de savoir s’ils allaient obliger Mustafa à rendre son devoir, il a répondu « aucun forcing ne sera fait. »

18 novembre 2009

Traduction du turc : S.C. pour le Collectif VAN - 19 novembre 2009 - 07:37 - www.collectifvan.org


Lire aussi :

« Les écoles françaises punissent les élèves qui nient le prétendu génocide »

Sanction contre un collégien niant le Génocide Arménien de façon indigne




Retour à la rubrique



TÉLÉCHARGER :
 La Une de Hurriyet - 18 novembre 2009



Source/Lien : Hurriyet



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org