Aujourd'hui : Dimanche, 29 mars 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Obama devrait rendre son Prix Nobel de la Paix
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - « Celui qui n’a pas le courage de se lever pour défendre la vérité ne mérite pas un Prix Nobel de la Paix ! » Ainsi s’exprime le journaliste arméno-américain, Harut Sassounian, dans The California Courier. Il explique : « Dans sa lettre en date du 20 novembre, adressée aux organisations arméniennes américaines, le Président Obama a de nouveau honteusement joué avec les mots et le terme génocide. Désormais, il faudrait être incroyablement naïf pour croire qu’il reconnaîtra le génocide arménien pendant le reste de son mandat. » Le Collectif VAN vous propose la traduction de l’éditorial de Harut Sassounian en date du 10 décembre 2009.



Obama devrait rendre son Prix Nobel jusqu’à ce qu’il dise la vérité sur le génocide


De Harut Sassounian
Édité par The California Courier
Éditorial de Sassounian du 10 décembre 2009

Dans sa lettre en date du 20 novembre, adressée aux organisations arméniennes américaines, le Président Obama a de nouveau honteusement joué avec les mots et le terme génocide. Désormais, il faudrait être incroyablement naïf pour croire qu’il reconnaîtra le génocide arménien pendant le reste de son mandat.

Lors de sa campagne présidentielle, alors que le sénateur Obama faisait des promesses à répétition sur la reconnaissance du génocide arménien, les militants arméniens suivaient avec nervosité les tentatives d’utilisation du faux prétexte du dialogue avec l’Arménie par le gouvernement turc, pour l’empêcher de tenir sa promesse après les élections.

Début avril, lors d’une conférence de presse à Ankara, lorsque l’on a demandé au Président Obama son avis sur le génocide arménien, il a évité la question en déclarant : “Mes idées sont connues et je n’en ai pas changé. Ce qui m’a beaucoup encouragé, c’est de voir que sous le mandat du Président Gül, vous assistez à une série de négociations, à la mise en place d’un processus entre l’Arménie et la Turquie pour résoudre de nombreux problèmes anciens, y compris celui-ci.”

Manifestement, les Présidents Obama et Gül, pour des raisons qui leur sont propres, intriguaient pour saper la reconnaissance du génocide arménien, en poussant les négociations entre l’Arménie et la Turquie. Ils ont été rejoints dans cette alliance peu catholique, par la Russie et l’Union européenne, pour faire pression sur les dirigeants arméniens, trop empressés d’obéir.

Ce sinistre accord a été conclu à la veille du 24 avril, lorsque l’Arménie et la Turquie ont émis un communiqué de presse commun annonçant une feuille de route pour une réconciliation !

De manière peu surprenante, dans sa première déclaration du 24 avril, le Président Obama a répété tous les euphémismes et jeux de mots qu’il avait sévèrement condamné chez son prédécesseur, le Président Bush ! Obama a utilisé la bonne vieille terminologie négationniste bien connue des ex-Présidents, telles que “atrocités”, “massacres”, “les terribles événements de 1915” et le plus incroyable : “Medz Yeghern” !

Dans sa déclaration, le Président Obama a utilisé la même réponse évasive que celle donnée à Ankara : “J’ai constamment donné ma propre opinion sur ce qu’il s’est passé en 1915, et mon avis sur cette histoire n’a pas changé.” Et pourtant, il persiste à catégoriquement refuser de donner ses opinions actuelles.

En outre, le Président Obama a exhorté les Arméniens et les Turcs “à se confronter aux faits du passé, partie intégrante de leurs efforts pour aller de l’avant.” Il a exprimé son fort soutien à leur “dialogue courageux et important… pour travailler à cette histoire douloureuse…” et il a applaudi les gouvernements arménien et turc qui ont accepté “un cadre de travail et une feuille de route pour une normalisation.”

Par conséquence, le Président Obama n’a laissé flotter aucun doute quant au sacrifice qu’il allait commettre concernant la véracité du “génocide arménien”, sur l’autel d’une illusoire réconciliation arméno-turque, l’utilisant comme une feuille de vigne cachant sa promesse originelle.

Le mois dernier, dans une lettre adressée aux organisations arméniennes américaines, le Président Obama a confirmé que son opinion sur “L’une des plus grandes atrocités du 20e siècle” n’avait pas changé. Encore une fois, il n’a pas donné de détails ! Le Président répondait à une lettre de l’UGAB, de l’Assemblée Arménienne et du Diocèse de l’Église Arménienne d’Amérique.

Les trois organisations arméniennes avaient exprimé leur soutien aux protocoles Arménie-Turquie et avaient appelé la Maison Blanche à reconnaître le génocide arménien. Dans sa réponse, Obama a intelligemment exploité l’expression du soutien des organisations arméniennes au processus de réconciliation, et il a minimisé sa promesse de campagne de reconnaître le génocide arménien.

Il a répété que “la meilleure façon d’avancer …la juste reconnaissance des faits” est pour les Arméniens et les Turcs de se confronter au passé “partie intégrante de leurs efforts pour aller de l’avant.” Il a promis “de continuer à soutenir fermement les efforts de normalisation dans les mois à venir.” Le Président utilisait donc ainsi les protocoles pour saper tous les efforts de reconnaissance du génocide arménien.

Tenir sa promesse sur le génocide arménien est dans l’intérêt même du Président Obama, car cela réhabiliterait quelque peu sa morale et sa crédibilité politique, rejoignant ainsi le Président Reagan et les nombreux Parlements nationaux, les organisations internationales et les chercheurs sur le génocide et l’holocauste qui ont déjà entériné les faits du génocide arménien.

Le Président Obama ne devrait pas être surpris si les Arméniens américains ne lui faisaient plus confiance et ne lui apportaient aucun soutien pour une réélection. Ceux qui jouent avec le génocide ne devraient pas être récompensés.

Celui qui n’a pas le courage de se lever pour défendre la vérité ne mérite pas un Prix Nobel de la Paix !

©Traduction de l'anglais: C.Gardon pour le Collectif VAN - 10 décembre 2009 - 07:28 - www.collectifvan.org




Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org