Aujourd'hui : Dimanche, 17 novembre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Débat d'idées autour de la Saison de la Turquie en France
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous présente la suite de l'échange de mails entre le chercheur Nil Agopoff et Madame Huguette Meunier-Chuvin, chargée de mission auprès du Commissariat général de la Saison de la Turquie en France.



















Vous trouverez ci-dessous la suite de l'échange de mails entre le chercheur Nil Agopoff et Madame Huguette Meunier-Chuvin, chargée de mission auprès du Commissariat général de la Saison de la Turquie en France
Saison de la Turquie en France (juillet 2009 – mars 2010)


Mail de Nil Agopoff à Madame Huguette Meunier-Chuvin

Jeu 11 février 2010 7:19

Chère Madame,
Merci pour votre lettre du 8 Février dernier et vos explications.

Cependant le débat citoyen reste entier à propos de l'approche historico-culturelle du Génocide de 1915 et de son déni dans le cadre de cette saison. A part la réserve que l'on peut avoir sur le choix des différentes thématiques et des conférenciers, on peut remarquer comment certains conférenciers turcs manipulent stratégies et méthodes historico-sémantiques pour diluer la réalité génocidaire: Stratégies et méthodes historico-sémantiques de conférenciers

Il s'agit de la Saison de la Turquie et non pas de la Saison de la Culture turque comme il avait été formulée à certains moments il y a bien un an. Il y a à prendre en compte l'importance historique et culturelle de l'Arménie et du Royaume arménien de Cilicie : comme pour les différents autres pays qui ont existé sur le sol de la Turquie actuelle.

De plus, avec toute la bienveillance et les encouragements que l'on avoir pour les démocrates turcs actuellement, il y a toutefois la réalité de l'État turc à idéologie nationaliste avec ses fonctionnaires et ses habiles diplomates. Cela ne date pas d'hier. Faut-il rappeler le témoignage du Père Félix Charmetant (1844-1921), Directeur Général de L'Œuvre d'Orient, à propos de la publication du Livre Jaune ? Le Père Félix Charmentant s'exprime ainsi sur la diplomatie turque :

"...Le Turc, en effet, ne cède jamais qu'à la force. Sur le terrain diplomatique, il ne craint personne ; il possède au plus haut degré l'art des réponses évasives, des formules dilatoires ; il est le maître dans l'art de feindre, dans les discussions, et nul ne sait mieux stériliser les négociations et gagner le temps dont il a besoin pour ajourner une solution et faire échouer les combinaisons qui le gênent.

Comme tout cela ressort des notes si précises qui émanent de notre clairvoyant ambassadeur ! et comme en lisant entre les lignes de ses dépêches, on voit qu'il se rend compte exact de l'inanité des moyens diplomatiques quand ils ne sont pas appuyés par une sanction sérieuse et efficace !

Telle est la première impression qui ressort de la lecture de ce volumineux dossier."

"Le Livre Jaune et la Question d'Orient", Paris 1897, pp.3-4. Cité à la page 141 du livre de Marat Kharazian "De l'illusion à la tragédie. La France et la Question arménienne (1894-1908)" (Paris 2009)

Le Père Charmetant a vu juste sur la diplomatie turque. En effet, cette diplomatie turque réussira jusqu'à faire abandonner les survivants arméniens de 1915 par les autorités françaises en Cilicie (qui les avaient appelés auparavant à s'y établir) à la merci des bandes armées kémalistes en 1921.(*)

Ainsi, cet épisode historique qui est souvent occulté et qui fait aussi partie des relations franco-turques, a-t-il pu être présenté au cours de la Saison ? Sachant que ce drame a surtout pour origine la rivalité franco-britannique à l'époque dans cette région,(**) aujourd'hui, permettez de rappeler encore une fois, l'historiographie dans la Saison de la Turquie en France n'a pas à subir un apartheid pour complaire à une quelconque realpolitik actuelle avec l'État turc.

Je vous prie de croire, chère Madame, à l'assurance de mes sentiments dévoués.

Nil Agopoff
- de l'Union culturelle française des Arméniens de France, UCFAF fondée en 1949 USFAF
- Conseiller historique de l'ANACRA, Association nationale des Anciens Combattants et Résistants Arméniens de France Journal des combattants
- Membre du Bureau du CCAF, Conseil de Coordination des organisations Arméniennes de France CCAF

(*) : L'épisode français en Cilicie et abandon de survivants d'un génocide à leurs bourreaux - L'arrêt par les Alliés du processus juridique de pénalisation des criminels jeunes-turcs en cours dans l'Empire ottoman libéral - Les débuts du kémalisme
(1918-1930)
en héritage génocidaire

(**) : Les relations franco-turques et la Cilicie en 1919-1921 - BIBLIOGRAPHIE
en caractères latins


Lettre sur web : http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/fr_9informationcitoyenne/saisonturque/00lettresouvertes21010b11.htm


Réponse faisant suite au mail de Madame Huguette Meunier-Chuvin à Nil Agopoff :

Le 2/8/10,

Cher Monsieur,

Je vous remercie de votre rapide réponse et de la non moins rapide publication dans le Magazine des Nouvelles d'Arménie de la lettre que j'avais envoyée la semaine dernière (il ne s'agissait pas d'un droit de réponse, dans la mesure où je n'étais pas attaquée, mais d'une simple mise au point).

Je crois que nous sommes d'accord sur le fond même s'il est vrai que, pour des raisons évidentes, nous ne portons pas le même regard sur les manifestations de la Saison de la Turquie. Je sais, cependant, qu'il y a une véritable ouverture à l'heure actuelle en Turquie sur les questions historiques, historiographiques et donc politiques et que ce mouvement mérite d'être accompagné avec vigilance, certes, mais aussi avec bienveillance.

J'ai rencontré, comme vous peut-être, des enseignants (dans le secondaire et surtout dans le supérieur) de Turquie qui critiquent l'enseignement de l'histoire et oeuvrent par exemple à écrire (ou traduire) de nouveaux manuels (l'un d'entre eux, traduit du manuel de Hachette, ayant été financé par la TÜSIAD).

De plus en plus d'intellectuels turcs utilisent publiquement le terme de génocide en dehors de leurs frontières, si vous avez assisté aux colloques organisés cette année, vous aurez pu le constater vous-même. Ces changements, impensables il y a quelques années encore, me rendent personnellement optimiste et j'espère vivement qu'ils aboutiront à une reconsidération globale du passé (par la société civile qui doit, vous le dites fort bien, faire entièrement son travail de mémoire) et du discours officiel sur le passé. Les mêmes intellectuels pourront ainsi tenir le même discours à l'étranger et dans leur patrie...

Si j'ai utilisé le terme de "tabou arménien", ce n'est pas pour ne pas avoir à utiliser celui de génocide, mais parce que le sujet portait sur le tabou ou bien parce que le mot apparaît dans le titre du livre. Cette première étape n'est pas négligeable même si, encore une fois, elle est incomplète, nous en sommes d'accord. Mais, honnêtement, je ne crois pas avoir aidé à importer le négationnisme, ce qui irait à l'encontre de mes convictions.

Je pense aussi qu'en accentuant la coopération éducative entre nos pays, c'est-à-dire en envoyant plus d'étudiants européens en Turquie et en faisant venir plus d'étudiants turcs en France, nous travaillons à modifier en profondeur les mentalités.

J'ai bien conscience de ne pas vous satisfaire pleinement, mais je tenais à vous assurer que, dans notre équipe, nous avons beaucoup réfléchi, beaucoup discuté, beaucoup travaillé dans cette optique.

Vous remerciant une fois encore de votre réponse, je vous prie d'agréer, Cher Monsieur, mes salutations les meilleures,

Huguette Meunier-Chuvin


Cet échange de mails fait suite à ce premier courrier de Nil Agopof :
http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=40235




Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org